Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Busche.
Antoine Busche
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Antoine Busche né à Paris le et mort le , est un haut fonctionnaire français, préfet du Ier Empire.

BiographieModifier

Antoine Busche est le fils d'un procureur à Paris destitué à la Révolution et qui s'est réfugié en Auvergne. Antoine, resté à Paris, y suit parallèlement les études de l'école polytechnique et l'école des mines[1]. Officier du corps des Mines puis ingénieur à bord de la corvette Le Naturaliste (1801/1802).

Il entre au ministère de la Guerre où il est protégé par Charles-François Lebrun à qui sa femme est apparentée. Il suit en 1810 Lebrun lors du séjour de celui-ci aux Pays-Bas, où il est ensuite du à décembre 1811 membre du Conseil de Liquidation à Amsterdam dont le président est Joseph-Dominique Louis[2]. Ce conseil doit régler le payement des dettes laissés par le Royaume de Hollande à la suite de l'annexion à l'Empire Français[3].

Il entre comme auditeur au Conseil d'État le 19 janvier 1810. Il participe comme auditeur avec Beyle et Bergognié. pendant l'incendie de Moscou il doit errer errer de palais en palais, et doit enfin loger avec Beyle et Bergognié à l'Ecole de médecine. Lui et Bergognié sont récompensés avec une des dix-sept préfectures données au mois de mars-avril 1813[4].

Il devient préfet des Deux-Sèvres le 12 mars 1813 en remplacement du baron Dupin et reste en poste sous la Première Restauration puis, par décret de Napoléon du 6 avril 1815 pendant les Cent-Jours. Il est remplacé le 14 juillet 1815. Apprécié par la population du département, l'arrondissement de Parthenay le présente candidat aux élections, mais il ne sera pas élu[5].

Il occupe à partir de 1816 le poste de directeur de la réserve d'approvisionnements de Paris. Dans ses temps libres il s'adonne à l'astronomie à l'observatoire de Paris. Il meurt en 1856. Il avait deux fils, l'un est mort en mer.

HonneursModifier

Notes et référencesModifier