Ouvrir le menu principal

Antigorite
Catégorie IX : silicates[1]
Image illustrative de l’article Antigorite
Bowénite
Général
Classe de Strunz 9.ED.15
Formule chimique (Mg,Fe2+)3Si2O5(OH)4
Identification
Couleur Vert sombre à vert pomme, vert-bleu, jaunâtre, gris, marron ou noir
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais microcristaux
Clivage net à {001}
Habitus petites masses interstitielles
Échelle de Mohs 3,5 à 4
Éclat gras, vitreux
Propriétés chimiques
Densité 2,5-2,6
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'antigorite est la serpentine la plus courante pour la sculpture et la joaillerie.

Sommaire

Inventeur et ÉtymologieModifier

Nommée en 1840 par Mathias Eduard Schweizer à partir du nom du gisement topotype découvert dans la vallée de Antigorio en Italie

TopotypeModifier

Valle di Antigorio, Domodossola, Piémont, Italie

CristallographieModifier

CristallochimieModifier

GîtologieModifier

AssociationsModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

VariétésModifier

  • bowenite
  • rétinalite
  • williamsite

SynonymesModifier

  • Chyta ou serpentine feuille

GisementsModifier

Serpentinites, issues de l’altération hydrothermale (400°-600°) de roches ultramafiques.

Critères de déterminationsModifier

UtilisationModifier

Elle est souvent utilisée pour faire du faux jade, car moins onéreuse et plus facile à tailler.

Notes et référencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Angeles Gavira et Peter Frances, Rocks and Minerals, The definitive visual guide [« Rock and Gem (2005) »], Londres (Grande-Bretagne), Dorling Kindersley Limited, , 364 p. (ISBN 978 1 4053 2831 9)