Anicia Juliana

aristocrate byzantine

Anicia Juliana est une grande aristocrate romaine et princesse byzantine née à Constantinople en 462 et morte en 527 ou 528[1].

Anicia Juliana

BiographieModifier

Anicia Juliana est la fille de l'éphémère empereur d'Occident Olybrius, issu de la famille des Anicii, et de Placidia. Par sa mère, elle est la petite-fille de Valentinien III et l'arrière-petite-fille de Théodose II[2].

Elle exerce son influence la plus importante à la fin du règne d'Anastase (491-518) et sous le règne de Justin (518-527), lorsque son mari Flavius Areobindus Dagalaiphus fait figure de successeur possible sur le trône d'Orient. Leur fils Olybrius est consul en 491 et épouse Irène, la fille d'Anastase.

Femme très pieuse, elle multiplie les fondations ecclésiastiques dans la capitale, et affiche la richesse et l'influence de sa famille avec la construction de Saint-Polyeucte, la plus grande église de Constantinople avant Sainte-Sophie. Ses ambitions politiques familiales sont définitivement déçues lorsque Justinien accède à la pourpre en 527.

Son nom reste associé au Dioscoride de Vienne, un manuscrit richement enluminé réalisé à sa demande vers 515. Elle est représentée sur le folio 6v entre la Magnanimité et la Prudence, dans ce qui constitue l'un des plus anciens portraits de donateur connus.

Arbre généalogiqueModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Théodose Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eudoxie
 
Arcadius
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Théodose II
 
Eudoxie
 
Placidia
 
Constance III
 
 
 
 
 
Aspar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eudoxie
 
 
 
 
 
Valentinien III
 
 
 
Areobindus
 
Ardabur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Placidia
 
Olybrius
 
 
 
Dagalaiphus
 
Godisthéa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anastase Ier
 
Juliana
 
 
 
 
 
 
 
Dagalaiphus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Irène
 
 
 
 
 
 
Olybrius
 
 
 
 
 
 
 
 
 


RéférencesModifier

  1. (en) R. Martin Harrison, Excavations at Sarachane in Istanbul, Princeton University Press, , 550 p. (ISBN 978-1-4008-5797-5, lire en ligne)
  2. (en) « Anicia Juliana », sur The Byzantine Legacy (consulté le 25 janvier 2019)

BibliographieModifier

  • (en) Arnold Hugh Martin Jones, John Robert Martindale, John Morris, The Prosopography of the later Roman Empire, Cambridge University Press, , 1342 p. (ISBN 978-0-521-20159-9);
  • (en) « Anicia Juliana », dans Alexander Kazhdan, Oxford Dictionary of Byzantium, vol. 1, (ISBN 978-0-19-504652-6), p. 99-100 ;
  • (en) E. Alföldi-Rosenbaum, « Portrait Bust of a Young Lady of the Time of Justinian », Metropolitan Museum Journal,‎ , p. 19-40 ;
  • (en) James Bardill, « A New Temple for Byzantium : Anicia Juliana, King Solomon and the Gilded Ceiling of the Church of St. Polyeuktos in Constantinople », The Social and Political Archaeology of Late Antiquity, W. Bowden et Machado, C. (éd.),‎  ;
  • (en) G. W. Bowersock, Peter Brown et Oleg Grabar, « Anicia Juliana », Late Antiquity, A Guide to the Posclassical World,‎ , p. 300-301 ;
  • (en) Leslie Brubaker, « The Vienna Dioskorides and Anicia Juliana », Byzantine Garden Culture, A. M. Littlewood, H. ; Wolschke-Bulmahn, J. (ed.),‎ , p. 189-214 ;
  • (it) Carmelo Capizzi, « Anicia Giuliana (462 ca.-530 ca.) : Ricerche sulla sua famiglia e la sua vita », Rivista di studi bizantini e neoellenici, vol. n. s. 5,‎ , p. 191-226 ;
  • (it) Carmelo Capizzi, Anicia Giuliana, la committente (c. 463-c. 528), Jaca Book, , 150 p. (ISBN 978-88-16-43504-9) ;
  • (en) Bente Kiilerich, « The Image of Anicia Juliana in the Vienna Dioscurides : Flattery or Appropriation of Imperial Imagery ? », Symbolae Osloenses, vol. 76,‎ , p. 169-190 ;
  • (en) Paul Magdalino, « Aristocratic oikoi in the tenth and eleventh regions of Constantinople », Byzantine Constantinople : Monuments, Topography and Everyday Life, ed. Nevra Necipoğlu,‎ , p. 53-69 ;
  • (en) Christine Milner, « The Image of the Rightful Ruler : Anicia Juliana's Constantine Mosaic in the Church of Hagios Polyeuktos », New Constantines : the rythm of imperial renewal in Byzantium, P. Magdalino (éd.),‎ , p. 73-81 ;
  • (it) A. M. V. Pizzone, « Da Melitene a Costantinopoli : S. Polieucto nella politica dinastica di Giuliana Anicia : alcune osservazione in margine ad A.P. I 10 », Maia, vol. 55,‎ , p. 107-132 ;
  • (en) Mary Whitby, « The St Polyeuktos Epigram (AP 1.10) : A Literary Perspective », Greek literature in late antiquity : dynamism, didacticism, classicism,‎ , p. 159-188
  • Christian Settipani, Continuité gentilice et Continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l'époque impériale, Linacre College, Oxford University, coll. « Prosopographica & Genealogica », , 597 p. (ISBN 1-900934-02-7)