Angelo Calogerà

écrivain, éditeur italien
Angelo Calogerà
Angelo Calogera.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Écrivain, éditeur ou éditriceVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Ordre religieux
Ecclesiastical Arms of Abbot Angelo Calogera.jpg
Blason

Angelo Calogerà, également connu sous le nom de Domenico Demetrio Calogerà, (né à Padoue le [1] ou le [2] et mort à Isola di San Michele le ) est un moine bénédictin et écrivain italien, actif dans la vulgarisation de la littérature et de la science.

BiographieModifier

Angelo Calogerà est né Domenico Demetrio Calogerà vers le , à Padoue alors dans la République de Venise, de Don Liberale Calogerà de Corfou et Giustina Labarvellon d'origine française[1].

Son père Liberale est un membre de la maison aristocratique de Calogerà[2] et s'est illustré dans les années 1570 pendant la guerre de Chypre contre l'empire ottoman. Il s'installe à Padoue où il occupe plusieurs postes administratifs puis déménage à Venise où il obtient la nationalité vénitienne. En 1716, Angelo Calogerà devient moine Camaldule et exerce d'abord le métier de bibliothécaire de la San Michele di Murano puis de San Giorgio Maggiore[1].

En 1728, au sommet de la renommée d'Antonio Vallisneri, Calogerà commence à publier Raccolta d'opuscoli scientifici e filologici[3], suivi en 1755 par Nuova raccolta d'opuscoli scientifici e filologici jusqu'au quarante-deuxième volume en 1787. Dans le premier volume, après avoir reconnu explicitement la valeur de la culture moderne, il publie le Progetto ai letterati d'Italia per iscrivere le loro vite de Giovanni Artico, comte de Porcìa, suivi d'une biographie Vita di Giambattista Vico scritta da sé medesimo, puis dans le deuxième volume, une autobiographie de Pier Jacopo Martello[1].

En 1762, avec Giacomo Rebellini il fonde la revue Minerva ossia Nuovo giornale dei letterati d'Italia, publiée jusqu'en 1767 contrastant la Frusta letteraria de Giuseppe Baretti[1].

Angelo Calogerà a également écrit Memorie intorno alla vita di M. Luca De Renaldis vescovo di Trieste consigliere intimo dell'imperadore Massimiliano I e suo ambasciatore a molte corti sovrane d'Europa imprimé à Venise en 1753[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (it) Cesare De Michelis, « Angelo Calogerà », sur treccani.it, (consulté le ).
  2. a et b Eugenios Rizos Rankabēs, « Livre d'or de la noblesse ionienne », sur books.google.fr, Maison d'éditions Eleftheroudakis, (consulté le ).
  3. (it) Angelo Calogera, « Raccolta d'opusculi scientifici, e filologici (pubblicata da Angelo Calogera) », sur books.google.fr, (consulté le ).
  4. Venezia, appresso Modesto Fenzo, 1753. source: Opac SBN. Catalogo del servizio bibliotecario nazionale.

Liens externesModifier