Ouvrir le menu principal

Ange Marie d'Eymar

politicien français
Ange Marie d'Eymar
Le Vachez Collection - Ange-Marie d'Eymar (1747-1803).jpg
Ange Marie d'Eymar, député de la sénéchaussée de Forcalquier (estampe de 1790)
Fonctions
Député
Préfet
Ambassadeur
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Père-Lachaise - Division 17 - d'Eymar 04.jpg
Vue de la sépulture.

Ange Marie d’Eymar du Bignosc (né le à Forcalquier et mort le à Genève, Suisse) est un homme politique et haut fonctionnaire français, député aux États généraux de 1789 et à l’Assemblée constituante de 1789-1791.

Sommaire

BiographieModifier

Avant la Révolution, il se consacre à la littérature. Admirateur des philosophes des Lumières, il écrit au début de 1789 plusieurs articles où il dénonce l’intransigeance des ordres privilégiés, qui entraîne la ruine de l’État. Il est élu député de la noblesse de la sénéchaussée de Forcalquier.

Après l’ouverture des États généraux, il est dans les premiers députés de la noblesse à rejoindre le Tiers. En décembre 1790, il demande que de grands honneurs soient rendus à Rousseau.

En , il est nommé commissaire de la République, chargé de la surveillance de l’armée des Alpes. À l’été, résident à Gênes, il s’oppose à Barras et Fréron, qui accusent le général Brunet de trahison (il est finalement guillotiné en novembre).

Sous le Directoire, il est nommé ambassadeur à Turin, et participe donc aux préliminaires de paix de Villafranca avec le Piémont, après les premières victoires de Bonaparte lors de la campagne d'Italie (1796-1797). Il reste en Italie jusqu’en 1800, quand il est nommé préfet du département du Léman. Il fait élever une statue de Voltaire à Genève et reste en poste jusqu’à sa mort, le 11 janvier 1803. Son coeur est enterré, aux côtés de son épouse, dans le cimetière du Père-Lachaise (17e division).

ŒuvresModifier

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • « Ange Marie d'Eymar », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  • Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, (publié en 1889, en ligne et assembleenationale.fr, consultés le 20 mars 2008)
  • Jean-Bernard Lacroix, notice biographique, La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, n°307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 81-82 et 87