Ouvrir le menu principal

Angélo, Frédo et Roméo

Comédie satirique québécoise considérée comme étant le pire film québécois par la critique

Angélo, Frédo et Roméo est une comédie satirique québécoise de Pierre Plante, sortie en 1996. Le film raconte l'histoire d'un célibataire naïf qui s'imagine être le héros de différents films tournés à travers le monde. Ce film est considéré par plusieurs critiques comme étant un des pires films de l'histoire du cinéma québécois[1],[2].

Angélo, Frédo et Roméo
Description de cette image, également commentée ci-après
Logotype du film

Réalisation Pierre Plante
Scénario François Camirand
Pierre Plante
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions du Regard
Mélo Films
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Drapeau : Québec Québec
Genre Comédie
Durée 82 minutes
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

SynopsisModifier

Frédo est un homme qui, un beau jour, se voit hériter la fortune d'un de ses vieils oncles, devenant ainsi le propriétaire d'une compagnie de transport maritime. Il ne sait pas comment résoudre les problèmes de cette compagnie, devenant rêveur et, par la bande, la proie d'Angélo, un pseudo-réalisateur de cinéma à l'imagination débordante. Ce dernier a un but bien précis : lui soutirer sa fortune en lui faisant accroire que, pour améliorer sa qualité de vie, il devrait investir dans le monde du cinéma.

Fiche techniqueModifier

  • Titre original : Angélo, Frédo et Roméo
  • Accroche : 3 complices dans la peau de plus de 24 personnages...
  • Réalisation : Pierre Plante
  • Scénario : François Camirand et Pierre Plante
  • Production : Jean-Roch Marcotte
  • Producteur délégué : Yves Fortin
  • Sociétés de productions : Les productions du Regard avec la participation financière de Téléfilm Canada, SODEC, crédits d'impôts provinciaux et Super Écran
  • Distribution : CFP Vidéo
  • Costumes : Louise Labrecque
  • Direction artistique : Gilles Aird
  • Maquillages : Lucille Demers
  • Maquillages effets spéciaux : Adrien Morot
  • Mixage : Hans Peter Strobl et Louis Gignac
  • Montage : Jean-Pierre Cereghetti et François Gill
  • Musique : Denis Larochelle
  • Photographie : Daniel Vincelette
  • Son : Claude La Haye et Marcel Pothier
  • Langue : Français
  • Pays d'origine :   Canada
  • Genre : Comédie
  • Date de sortie en salle :   Canada 23 février 1996
  • Date de sortie en vidéo :   Canada 30 juillet 1996
  • Budget : 2,3 millions $ CA
  • Visa : Général
  • Durée : 82 minutes
  • Format de support : 35 mm

DistributionModifier

ProductionModifier

TournageModifier

Le tournage du film a débuté le 9 septembre 1994 et s'est terminé au début octobre de la même année[3].

Lieux de tournageModifier

Le film a été tourné à Montréal et ses environs.

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

Le film a complètement été démoli par la critique québécoise lors de sa sortie en salles:

« Angélo, Frédo et Roméo, c’est le fond du baril du cinéma québécois, un brouillon qui aurait été recalé dans un cours collégial de cinéma, une véritable insulte à l'intelligence du public. Il possède heureusement une grande qualité : il ne dure qu’une heure et vingt... »

— Normand Provencher, Le Soleil

« Hélas, les pitreries de Martin Drainville et de Benoit Brière n'apportent rien de nouveau à l'histoire du cinéma. Pour susciter le rire, il faut reprendre certains gestes de l'imité avant de s'en détacher. Les deux comiques n'ayant pas la stature des comédiens des Cent et une nuits d'Agnès Varda, on n'arrive ja-mais à croire à leurs personnages de réalisateur ou d'acteur chinois ou italien. »

— Mathieu Perreault, La Presse

« Un pur navet signé Pierre Plante. Un furoncle sur le nez du cinéma québécois. Cette basse comédie prenant le public pour un crétin donne la vedette à Martin Drainville, Benoît Brière et Luc Guérin dans une série de sketches imitations sots et ratés, liés entre eux par une bouillie qui ne saurait prétendre au titre de scénario. […] Privés de répliques cohérentes et de direction, ces comédiens éprouvés se révèlent nuls, incapables d'arracher un rire et réduits à des mimiques grotesques servies à contretemps. »

— O.T., Le Devoir

Box-officeModifier

Au total, le film a été projeté 1318 fois dans les cinémas du Québec entre 1996 et 1997. Le nombre de spectateurs ayant assisté à la projection de ce film est d'environ 31 173 personnes[4].

Notes et référencesModifier

  1. « La liste: les pires films du cinéma québécois », sur Le Soleil, (consulté le 15 mai 2019)
  2. « La revanche des navets », sur Le Devoir (consulté le 15 mai 2019)
  3. « Angelo, Frédo et Roméo – Film de Pierre Plante », sur Films du Québec, (consulté le 15 mai 2019)
  4. « Banque de données Léo-Ernest-Ouimet », sur www.stat.gouv.qc.ca (consulté le 15 mai 2019)

Liens externesModifier