Ouvrir le menu principal

André Mollet (jardinier)

architecte et dessinateur de jardins
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mollet (homonymie).

André Mollet est un jardinier, dessinateur de jardins et théoricien français, ayant travaillé en France, en Angleterre, dans les Provinces-Unies et en Suède, né vers 1600, et mort à Londres le .

Sommaire

BiographieModifier

Il est le troisième fils de Claude Mollet, premier jardinier du roi sous les règnes de Henri IV et Louis XIII, et de Claude de Martigny, petit-fils de Jacques Mollet, jardinier au château d’Anet. Une grande partie de carrière s’est déroulée hors de France.

Vers 1629, il part travailler en Angleterre à la demande de la reine Henriette Marie, fille de Henri IV et de Marie de Médicis, épouse de Charles Ier.

Il entre ensuite, en 1633, au service du stathouder Frédéric-Henri de Nassau, prince d’Orange, notamment pour le jardin de Honselaarsdijk près de La Haye.

Après un retour en France en 1635, il se rend à nouveau en Angleterre et intervient à Wimbledon Manor pour Henriette-Marie en 1641-1642, mais la guerre civile anglaise l’oblige bientôt à regagner la France.

La reine Christine de Suède l’appelle alors à Stockholm en 1648, où l’accompagne son fils Jean. Il travaille notamment au jardin royal (Kungsträdgården), rénove les anciens jardins de la Houblonnière (Humlegården) et dessine des jardins, en fournissant également des plantes, pour des membres importants de la cour suédoise. C’est à Stockholm que paraît en 1651 son traité, Le Jardin de plaisir. Il quitte la Suède à la fin de l’été 1653.

On le retrouve en Angleterre à partir de 1658 ; le roi Charles nomme en 1661 André et son neveu Gabriel (fils de Claude II Mollet) jardiniers pour les nouvelles plantations de St James's Park. André Mollet meurt à Londres le 7 juin 1665, probablement victime de la peste.

Il s'est marié en avril 1644 avec Marthe Aucher[1].

ŒuvresModifier

Il est l’auteur d’un traité publié en 1651 à Stockholm, par l’imprimeur libraire Henrich Keyser, en trois éditions simultanées : en français (Le Jardin de plaisir), en allemand (Der Lust Gartten) et en suédois (Lustgård), accompagné de trente gravures. Ce livre traite des végétaux à mettre en œuvre et expose surtout, dans son dernier chapitre, les principes de composition spatiale des jardins, basés sur la géométrie et l'axialité. Deux modèles de jardins « idéaux » constituent les premiers plans d’ensemble de jardins publiés dans un traité[2]. Le reste des planches illustrent les différents éléments qui peuvent prendre place dans cette distribution : parterres de buis en broderie, parterres à compartiments de gazon, bosquets agrémentés de salles et de cabinets, labyrinthes.

Cet ouvrage, aujourd'hui considéré comme un « document majeur sur les relations internationales qui se tissèrent, en matière d’art des jardins, dans l’Europe du deuxième quart du XVIIe siècle[3] », a donné lieu aux éditions suivantes :

  • Le jardin de plaisir, contenant plusieurs desseins de jardinage tant parterres en broderie, compartiments de gazon, que bosquets, et autres..., Stockholm, Henrich Keyser, 1651 (édition princeps : lire en ligne)
  • The Garden of Pleasure, Londres, John Martyn, 1670 (version anglaise, avec un texte abrégé mais de nouvelles planches, parue cinq ans après la mort de l'auteur).
  • Le Jardin de plaisir, postface de Michel Conan, Paris, Éditions du Moniteur, 1981 (adaptation en français contemporain de l'édition de 1651).
  • André Mollet, Le Jardin de Plaisir. Der Lust Gartten. Lustgård, introduction et commentaires par Anna Jakobson, Göran Lindhal, Kjell Lundquist et Åke Nisbeth, Uppsala, Gyllene Snittet, 2 vol., 2006-2007 (fac-similés des éditions française, allemande et suédoise de 1651 et de l'édition anglaise de 1670, accompagnés d'une série de commentaires).

Généalogie simplifiéeModifier

Les généalogies de la famille Mollet données dans les livres de Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au grand siècle, p. 309-310, et de Patricia Bouchenot-Déchin, André Le Nôtre, sont différentes. Le début de l'arbre proposé est celui de Dominique Garrigues, la fin, celui de Patricia Bouchenot-Déchin.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean I Mollet[4]
laboureur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques I Mollet
jardinier du duc d'Aumale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Claude I Mollet
(1557-1647)
premier jardinier du roi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre Mollet
(vers 1595-1660)
jardinier aux Tuileries
 
 
 
 
 
Claude II Mollet
(mort en septembre 1664)
premier jardinier du roi
 
 
 
 
 
André Mollet
(vers 1600-1665)
jardinier du roi au Louvre et aux Tuileries
 
 
 
 
 
Jacques 2 Mollet
(mort en 1622)
jardinier du roi à Fontainebleau
 
 
 
 
 
Noël Mollet
jardinier du roi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Suzanne Mollet
 
 
Charles Mollet
(mort en 1693)
jardinier au Louvre
 
 
 
Gabriel Mollet
(mort vers 1662)
assiste son oncle en Angleterre
 
 
Jean II Mollet
Jardinier, succède à son père en Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Armand Mollet
(mort en 1742)
 
 
Armand Claude Mollet
dessinateur des jardins di roi
Architecte du roi
 
 
 
Armand-Louis Mollet
 
 
Jean-François Mollet
Jardinier du roi au Petit jardin de la Reine au Louvre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
André-Armand Mollet
(vers 1692-1719/1720)
Architecte du roi
 
 
Louis-François Mollet
(1695-1757)
Architecte du roi
 
 
 
Armand-Robert Mollet
Écuyer
Abbé
 
 
Nicolas de Mollet
(mort en 1769)
écuyer, bachelier en théologie de la faculté de Paris
 
 
Mathieu Mollet
(1705-an IV)
Écuyer, gentilhomme ordinaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Armand-Louis de Mollet
Écuyer, contrôleur général des bâtiments du roi au château de Monceaux en 1758[5]
 
 
 
Jeanne-Marguerite de Mollet
 
Adrien-David Gohier de Valcourt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard-Claude de Mollet
contrôleur général des bâtiments, jardins, arts et manufactures de France
 
 
 
 
 
Adrienne-Thérèse Gohier de Valcourt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis Mollet
mort en 1810
contrôleur général des bâtiments du roi
 

Notes et référencesModifier

  1. Jules Guiffrey, Artistes parisiens du XVIe et du XVIIe siècles : donations, contrats de mariage, testaments, inventaires, etc. tirés des insinuations du Châtelet de Paris, p. 322, Imprimerie nationale, Paris, 1915 (lire en ligne)
  2. Selon Georges Farhat, « Au-delà du “terroir sterile”. Le parc dans l’organisation du domaine seigneurial (1550-1700), autour d’un texte de Louis Savot », in André Le Nôtre, fragments d’un paysage culturel. Institutions, arts, sciences et techniques, sous la direction de Georges Farhat, Sceaux, Musée de l’Île-de-France, 2006, p. 88-113.
  3. Hervé Brunon, « André Mollet, Le Jardin de plaisir (1651) », in Les Livres d’architecture. Manuscrits et imprimés publiés en France, écrits ou traduits en français (XVIe siècle - XVIIe siècle) [base numérique], sous la direction de Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance, notice mise en ligne le 7 octobre 2007. Consulté le 8 juillet 2012.
  4. Voir : Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au grand siècle, p. 309-310, Champ Vallon (collection Époques), Seyssel, 2001 (ISBN 2-87673-337-4) extraits
  5. État general de la France, enrichi de gravures, tome 1, p. 140, Paris, 1789 (Lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Hervé Brunon, « André Mollet, Le Jardin de plaisir (1651) », in Les Livres d’architecture. Manuscrits et imprimés publiés en France, écrits ou traduits en français (XVIe siècle - XVIIe siècle) [base numérique], sous la direction de Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, Tours, Centre d’études supérieures de la Renaissance, notice mise en ligne le 7 octobre 2007.
  • Michel Conan, « Postface », in André Mollet, Le Jardin de plaisir, Paris, Éditions du Moniteur, 1981, p. 99-115, republié sous le titre « Le Jardin de Plaisir d’André Mollet », in Michel Conan, Essais de poétique des jardins, Florence, Leo S. Olschki, 2004, p. 135-168.
  • Michel Conan, « Claude Mollet (v. 1563-v. 1649) et sa famille », in Créateurs de jardins et de paysages de la Renaissance au XXIe siècle, I, De la Renaissance au début du XIXe siècle, sous la direction de Michel Racine, Arles-Versailles, Actes Sud / École nationale supérieure du paysage, 2001, p. 23-31.
  • Sten Karling, « The Importance of André Mollet and His Family for the Development of the French Formal Garden », in The French Formal Garden, sous la direction de Elizabeth B. MacDougall et F. Hamilton Hazlehurst, Washington, DC, Dumbarton Oaks, 1974, p. 3-25.
  • Laurence Pattacini, « André Mollet, Royal Gardener in Saint James’s Park, London », Garden History, XXVI, 1, 1998, p. 3-18.

Liens externesModifier