Ouvrir le menu principal

Andouin Aubert

prélat catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubert.

Andouin Aubert
Image illustrative de l’article Andouin Aubert
Andouin Aubert, portrait dans la Livrée d'Albano
Biographie
Naissance IIe millénaire
Beyssac Drapeau de la France France
Décès
Avignon Drapeau de la France France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Innocent VI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Ss. Gioavanni e Paolo
Cardinal-évêque d'Ostia e Velletri
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Évêque de Paris
Évêque d'Auxerre
Évêque de Maguelone
Doyen du Collège des cardinaux
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Andouin Aubert, le cardinal de Maguelone, (né à Beyssac en Limousin et mort à Avignon, le ) est un cardinal français du XIVe siècle. Il est un neveu du pape Innocent VI et un cousin du cardinal Pierre de Monteruc (1356) et l'oncle du cardinal Étienne Aubert le Jeune (1361).

BiographieModifier

Andouin Aubert est chanoine à Poitiers, doyen du chapitre de Yrieix, curé de La Plume, de Thil, de Sainte-Foy-de-Peyrolières et prieur d'Arbois, chanoine de Saint-Géry, archidiacre de Brabant et protonotaire apostolique. En 1349 il est élu évêque de Paris et transféré à Auxerre en 1350 et à Maguelone en 1353. Il réside à Avignon.

Il est créé cardinal par le pape Innocent VI lors du consistoire du . Le cardinal Aubert participe au conclave de 1362, lors duquel Urbain V est élu pape. Il est doyen du Collège des cardinaux.

Livrée du cardinal AubertModifier

 
Livrée d'Albano devenu Hôtel de ville de 1447 à 1845

Dite livrée d'Albano, du nom de son dernier occupant Niccolò Brancaccio dit Nicolas de Brancas, cardinal-évêque d'Albano, elle se trouve au cœur d'Avignon, sur la place de l'Horloge au carrefour de la Rue Ferruce. C'est l'actuel Hôtel de Ville. Elle fut la résidence des cardinaux Pierre Colonna, Pierre de Mortemart, Étienne Aubert, futur Innocent VI. Mais elle doit toute sa décoration à Audoin Aubert, .

Cette Livrée fut aménagée dans l'ancienne abbaye des dames bénédictines de Saint-Laurent. Audoin Aubert précisa dans son testament du , qu'il y avait fait édifier tour et cave[1].

Les niveaux de cette tour ont été particulièrement étudiés par Hervé Aliquot qui note qu'elle « a conservé le plus étrange décor de l'Europe de cette époque ».

Dans la salle du premier étage, la voûte, un ciel bleu foncé étoilé d'or, est soutenue par des arcs décorés de boutons de roses et les quatre murs sont couverts « d'immenses tapis dont les motifs peints au pochoir évoquent les merveilles venues d'Orient ». Courant sur ces murs, se voit une inscription en caractères blancs « dont les lettres donnent l'impression d'un alphabet crypté[2] ».

Plus insolite encore dans cette salle est le portrait sculpté du cardinal Aubert sur l'un des culs de lampe. « Son visage est enveloppé d'un capuchon à l'intérieur rouge et à l'extérieur bleu turquoise retombant sur une robe de même couleur. Il est coiffé d'un chapeau noir orné d'une houppe dont il tient les cordons de la main droite ».

Au second étage, dans la chapelle au sol recouvert de carreaux verts, nouveau mystère ! Si trois culots supportant les arêtes d'ogive sont aux symboles des évangélistes (Ange de Matthieu, Aigle de Jean et Lion de Marc), le quatrième n'est pas le Bœuf de Luc mais la tête d'Innocent VI, oncle du cardinal[3].

En 1447, devenue la propriété du Collège Saint-Ruf de Montpellier, la Livrée, sur ordre du cardinal Pierre de Foix, légat pontifical, est rachetée par le Conseil de Ville pour être aménagée en maison municipale.

La chapelle de la tour servit au XVIIIe siècle à entreposer les archives municipales.

Notes et référencesModifier

  1. De nos jours, seule subsiste la Tour, dite de l'Horloge, rendue célèbre par la présence de Jacquemart et de Jacotte qui sonnent les heures depuis 1471.
  2. H. Aliquot n'hésite pas à parler du rôle ésotérique de cette tour et de son cabinet secret du premier étage.
  3. Ce portrait est identique à celui du gisant du pape à Villeneuve-lès-Avignon. Il l'est aussi avec celui de la fresque de la Chapelle des Espagnols à Santa-Maria Novella de Florence où le Souverain Pontife est entouré du cardinal Gil Albornoz et de l'empereur Charles IV de Luxembourg.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

  • Biographie, auxerre.historique.free.fr
  • Salvador Miranda: Aubert, Andouin, Biographie in: The Cardinals of the Holy Roman Church, fiu.edu (anglais)