Alphonse II de Gandie

(Redirigé depuis Alphonse V de Ribagorce)

Alphonse d'Aragon et d'Eiximenis
Titre Comte de Ribagorce
(1412 - 31 août 1422)
Autre titre Comte de Denia
(1412 - 31 août 1422)
Marquis de Villena
(1412 - 31 août 1422)
Duc de Gandie
(1412 - 31 août 1422)
Prédécesseur Alphonse d'Aragon et de Foix
Successeur Hugues de Cardona et de Gandie
Allégeance Couronne d'Aragon
Biographie
Naissance
Décès
Père Alphonse d'Aragon et de Foix
Mère Yolande d'Eiximenis

Image illustrative de l’article Alphonse II de Gandie
Blason d'Alphonse d'Aragon et d'Eiximenis

Alphonse d'Aragon et d'Eiximenis (né en 1358 - mort le 31 août 1422), également connu sous les noms d'Alphonse II de Gandie « le Jeune » et Alphonse V de Ribagorce.

BiographieModifier

Un duc influentModifier

Il était le fils de le duc Alphonse d'Aragon et de Foix et de son épouse Yolande d'Eiximenis. Il se marie le à Tudela avec Marie de Navarre, fille du roi de Navarre Charles II. Veuf après il contracta un second mariage avec Yolande de Villafeliche.

Alphonse d'Aragon et d'Eiximenis continua le travail de son père : il favorisa la culture de la canne à sucre et l'industrie, la construction de monuments importants tels que le monastère Saint-Jérôme de Cotalba et le palais Ducal de Gandie, dont les travaux avaient été lancés par son père Alphonse d'Aragon et de Foix, il fit réparer l'église collégiale de Gandie et continua à promouvoir la cour qui abritait de grandes figures littéraires valenciennes comme Ausiàs March, Joanot Martorell et Joan Roís de Corella.

La succession d'AragonModifier

Il a été prétendant au trône de la Couronne d'Aragon au cours du compromis de Caspe après la mort de son père, car il était descendant du roi Jacques II d'Aragon par les mâles en ligne droite. Mais il avait très peu de soutien et au moment du vote, il n'obtint aucun vote en sa faveur. Il a combattu au côté de Ferdinand Ier d'Aragon, été élu roi d'Aragon, pendant le siège de Balaguer, quand Jacques II d'Urgell, un des prétendants au trône, se révolta contre le roi Ferdinand. Il fit également le siège de la ville de Lérida et négocia la reddition des rebelles.

MortModifier

À sa mort sans descendance fut ouvert un procès pour la succession du duché, qui fut résolue par la dévolution de Gandie à Hugues de Cardona et de Gandia.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier