Alphonse Beauregard

poète canadien

Alphonse Beauregard (1881-1924) est un poète québécois.

Alphonse Beauregard
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
A. ChasseurVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement
Archives conservées par

BiographieModifier

Né à La Patrie (Compton en Québec) le [1], Alphonse Beauregard suit un cours commercial à l'Académie Girouard de St-Hyacinthe. Il doit abandonner ses études à la mort de son père en 1892[2]. Il pratique alors divers métiers, tels qu'employé à la manufacture de chaussures Côté (1892-1898), comptable pour la Compagnie Singer ou commis au port de Montréal à la Commission du Havre (1907).

En parallèle, Alphonse Beauregard pratique la poésie. Ses poèmes sont publiés dès 1906 dans des revues et des journaux, parfois sous le pseudonyme de A. Chasseur. Il contribue activement à la rédaction du Terroir ainsi qu'aux publications suivantes: La Revue, Le Nationaliste, L'Avenir du Nord et La Revue moderne. Son premier recueil de poésie, Les Forces, paraît en 1912 et son second, Les alternances, en 1921[2].

Le 28 octobre 1908, il est reçu à l'École littéraire de Montréal. De 1911 à 1922, il occupe le poste de secrétaire de l'École, puis, en 1922, il est élu président.

Il meurt asphyxié au gaz le [3]. Son poème « Impuissance » est paradoxalement un des plus puissants de cette époque.

PublicationsModifier

  • Les forces, 1912, édité par Arbour & Dupont à Montréal;
  • Les alternances : poèmes, 1921, édité par Dupont et Roger Maillet à Montréal.

Notes et référencesModifier

  1. Acte de baptême no B4 d'Alphonse Beauregard du registre coté CE501,S22 de la paroisse de Saint-Pierre-de-Ditton dans le comté de Saint-François en Estrie de l'année 1881 de BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec). Il a été baptisé le 9 janvier 1881 et il est né le , sur le site web de BAnQ.
  2. a et b Hamel, Réginald, Hare, John et Paul Wyczynski, Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Éditions Fides,
  3. Laberge, Albert, Propos sur nos écrivains, Montréal, [s.n.],

Liens externesModifier