Alpha Sagittarii

étoile de la constellation du Sagittaire
Alpha Sagittarii
Rukbat
Données d'observation
(époque J2000)
Ascension droite 19h 23m 53,17483s[1]
Déclinaison −40° 36′ 57,3705″[1]
Constellation Sagittaire
Magnitude apparente 3,97[2]

Localisation dans la constellation : Sagittaire

(Voir situation dans la constellation : Sagittaire)
Sagittarius IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral B8 V[3]
Indice U-B −0,33[2]
Indice B-V −0,10[2]
Astrométrie
Vitesse radiale −0,7[4] km/s
Mouvement propre μα = +30,49[1] mas/a
μδ = mas/a
Parallaxe 17,94 ± 0,22 mas[1]
Distance 182 ± 2 al
(55,7 ± 0,7 pc)
Caractéristiques physiques
Température 12 370 ± 500 K[5]
Métallicité −0,02[6]

Autres désignations

Rukbat, Alrami, α Sgr, HD 181869, HIP 95347, HR 7348, CD-40 13245, CPD-40 8955, FK5 728, GC 26737, SAO 325060[7]

Alpha Sagittarii (α Sagittarii / α Sgr) est une étoile de la constellation du Sagittaire. Elle porte les noms traditionnels Alrami et Rukbat.

PropriétésModifier

Alpha Sagittarii est une étoile bleu-blanc de la séquence principale de type spectral B8 V[3]. Elle n'apparaît pas particulièrement brillante à l'œil nu, avec une magnitude apparente visuelle de +3,97[2]. Cependant, cela est dû à sa distance ; en réalité, l'étoile est deux fois plus chaude que le Soleil et beaucoup plus massive, avec une luminosité dans le domaine visible environ 40 fois supérieure à celle du Soleil. Sur la base d'un excès d'émission en infrarouge, elle pourrait posséder un disque de débris, comme Véga[6].

C'est une binaire spectroscopique à un spectre. Le ROSAT All Sky Survey découvrit qu'Alpha Sagittarii émettait un flux important de rayons X, ce qui n'est pas attendu pour une étoile ayant ce type spectral. L'explication la plus probable est que la compagne est une étoile active de la pré-séquence principale ou une étoile qui vient juste d'atteindre la séquence principale[8].

Noms traditionnels et étymologieModifier

On ne sait pas pourquoi Bayer appela cette étoile alpha, plutôt que ε Sgr ou σ Sgr qui sont plus brillantes. Ceci a parfois conduit certaines vieilles cartes à décrire Alpha et Beta Sgr comme beaucoup plus brillantes qu'elles ne le sont en réalité, étant invisibles depuis l'Europe du Nord car beaucoup trop sud pour être visibles.

L'étoile porte les noms traditionnels d'Alrami et de Rukbat, provenant de l'arabe rukbat al-rāmī = le genou de l'archer. Rukbat ne doit pas être confondue avec Delta Cassiopeiae, qui est aussi appelée Ruchbah ou Rukbat, du mot arabe ركبة rukbah signifiant "genou". En astronomie traditionnelle arabe, elle formait, avec β1 Sgr et β2 Sgr, Al Ṣuradain (ألسردين), les deux Surad, des oiseaux du désert[9].

En chinois, 天淵 (Tiān Yuān), signifiant Fontaine céleste, fait référence à un astérisme constitué de α Sagittarii, β1 Sagittarii et β2 Sagittarii. Par conséquent, α Sagittarii elle-même est appelée 天淵三 (Tiān Yuān sān, la troisième étoile de la fontaine céleste)[10].

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) Floor van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752v1) Note: see VizieR catalogue I/311.
  2. a b c et d (en) H. L. Johnson, B. Iriarte, R. I. Mitchell et W. Z. Wisniewskj, « UBVRIJKL photometry of the bright stars », Communications of the Lunar and Planetary Laboratory, vol. 4, no 99,‎ (Bibcode 1966CoLPL...4...99J)
  3. a et b (en) W. Buscombe, « Spectral classification of Southern fundamental stars », Mount Stromlo Observatory Mimeogram, vol. 4,‎ (Bibcode 1962MtSOM...4....1B)
  4. (en) D. S. Evans (June 20–24, 1966). « The Revision of the General Catalogue of Radial Velocities » Determination of Radial Velocities and their Applications, Proceedings from IAU Symposium no. 30, University of Toronto: International Astronomical Union. 
  5. (en) N. A. Sokolov, « The determination of T_eff_ of B, A and F main sequence stars from the continuum between 3200 A and 3600 A », Astronomy and Astrophysics Supplement, vol. 110,‎ , p. 553–564 (Bibcode 1995A&AS..110..553S)
  6. a et b (en) C. Saffe, M. Gómez, O. Pintado et E. González, « Spectroscopic metallicities of Vega-like stars », Astronomy and Astrophysics, vol. 490, no 1,‎ , p. 297–305 (DOI 10.1051/0004-6361:200810260, Bibcode 2008A&A...490..297S, arXiv 0805.3936)
  7. (en) * alf Sgr -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  8. (en) S. Hubrig, D. Le Mignant, P. North et J. Krautter, « Search for low-mass PMS companions around X-ray selected late B stars », Astronomy and Astrophysics, vol. 372,‎ , p. 152–164 (DOI 10.1051/0004-6361:20010452, Bibcode 2001A&A...372..152H, arXiv astro-ph/0103201)
  9. (en) R. H. Allen, Star Names: Their Lore and Meaning, New York, Dover Publications Inc, (ISBN 0-486-21079-0, lire en ligne), p. 357
  10. (zh) AEEA (Activities of Exhibition and Education in Astronomy) 天文教育資訊網 2006 年 7 月 2 日

Liens externesModifier