Alimentation à calorie négative

Une alimentation à calorie négative est une alimentation qui serait composée de nourriture nécessitant plus de d'énergie pour être digérée que d'énergie apportée par l'aliment ingéré. Son effet thermique — le "coût" calorique de digérer ces aliments — serait supérieur à l'énergie contenue dans l'aliment. Il s'agit d'un mythe. En dépit de sa récurrente popularité dans les guides de régimes amaigrissants, il n'y a pas de preuves scientifiques à l'appui de l'idée que des aliments puissent être à calorie négative. Par contre, des études montrent que consommer beaucoup de fruits et légumes peut induire une perte de poids chez les personnes en surpoids.

Le glaçon consomme de l'énergie, dans la mesure où il n'apporte aucune calorie, et que le corps doit en brûler quelques-unes pour maintenir sa température[1].

Bien qu'il y ait des boissons fraîches en calorie négative, l'effet est minime[2] et boire de très grandes quantités d'eau peut s'avérer dangereux.

Un mytheModifier

D'après Marion Nestle, professeure de nutrition, études alimentaires et santé publique à l’université de New York, et Malden Nesheim, professeur émérite de nutrition à l’université Cornell, la théorie des calories négatives est « physiologiquement impossible ». Ils affirment que « l’effet thermique », mécanisme selon lequel la digestion des aliments brûle des calories, ne dépasse jamais de 20% à 30% de la valeur calorique des aliments[3].

Selon Sciences et Vie, il s'agit d'un mythe: les aliments n'apportent pas moins de calories que ce que le corps dépense pour sa digestion. Mais une alimentation très riche en fruits et légumes peut induire une perte de poids chez certaines personnes en surpoids.

Selon le Time, les calories brûlées par le corps pour la digestion sont « minuscules » par rapport aux calories apportées par les aliments[4]. Le céleri a un effet thermique de l'ordre de 8%, beaucoup moins que les 100% ou plus requis pour qu'un aliment puisse avoir des « calories négatives ». Et, en ce qui concerne la mastication, d'après le Time on pourrait croire que mâcher du céleri est une activité intense, mais, pourtant, « mâcher brûle à peu près autant de calories que regarder l'herbe pousser »[4].

Les alimentsModifier

Les aliments qui sont supposés, à tort selon Sciences et Vie[1], être négatifs en calories sont pour la plupart des fruits et les légumes faibles en calories comme l'endive, le concombre, la tomate, les épinards, la laitue, le brocoli, l'asperge, le céleri, le chou, les haricots verts, le pamplemousse, le citron, la lime, la fraise, la pomme, le melon, la pastèque, etc[5],[6],[7]. Il n'y a pas de preuve scientifique qui montre que l'un de ces aliments ait un impact calorifique négatif[4],[8],[9].

Les régimes basés sur les aliments à calorie négative ne fonctionnent pas comme annoncé, mais peuvent tout de même conduire à la perte de poids en réduisant la sensation de faim par le remplissage de l'estomac avec de la nourriture qui n'est pas dense en calories[5]. Les fruits et légumes sont des aliments volumineux et riches en fibres, ce qui entraîne une sensation de satiété plus rapide, pour un apport calorique moindre que d'autres aliments. Des études ont montré que les personnes en surpoids peuvent perdre du poids lorsqu'elles mangent beaucoup de fruits et légumes[1].

En 2005, une étude sur un régime à base de plantes faibles en graisse a constaté que les participants ont en moyenne perdu 13 (5,9) sur plus de quatorze semaines, et a attribué la perte de poids à la réduction de la densité énergétique des aliments issus de leur faible teneur en gras et à haute teneur en fibres, et l'augmentation de l'effet thermique[10]. Une étude sur le chewing-gum rapporte que la mastication brûle environ 11 par heure[11].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Science-et-vie.com, « Existe-t-il des aliments à calories négatives ? », Science-et-vie.com,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  2. Roxanne Webber, « Does Drinking Ice Water Burn Calories? », Chowhound, CBS Interactive,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2015)
  3. « Non, manger du céleri ne fait pas maigrir », Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  4. a b et c Nancy Snyderman, « There Are No Negative-Calorie Foods: Debunking 10 Myths About Dieting », Time,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Marion Nestle et Malden Nesheim, Why Calories Count : From Science to Politics, University of California Press, , 189–190 p. (ISBN 978-0-520-26288-1, lire en ligne)

    « What are these magic foods? Just the low-calorie, high-nutrient-density fruits and vegetables that you might expect to be recommended to someone who is dieting: celery, grapefruit, lemon, lime, apple, lettuce, broccoli, cabbage, and other such items. »

  6. « Mincir en mangeant avec les aliments à calories "négatives" », Marie Claire,‎ (lire en ligne)
  7. « Zoom sur douze aliments "minceur" à adopter », So Soir,‎ (lire en ligne)
  8. Sari Fine Shepphird, 100 Questions & Answers About Anorexia Nervosa, Jones & Bartlett, (ISBN 978-0-7637-5450-1), « Question 74 », p. 171
  9. Topsante.com, « Quels sont les aliments concernés par cette théorie ? », Topsante.com,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  10. Neal D. Barnard, Anthony R. Scialli, Gabrielle Turner-McGrievy, Amy J. Lanou et Jolie Glass, « The effects of a low-fat, plant-based dietary intervention on body weight, metabolism, and insulin sensitivity », The American Journal of Medicine, vol. 118, no 9,‎ , p. 991–997 (PMID 16164885, DOI 10.1016/j.amjmed.2005.03.039)
  11. James Levine, « The Energy Expended in Chewing Gum », The New England Journal of Medicine,‎ (lire en ligne)