Aliakmon

rivière en Macédoine, Grèce

Aliakmon
Aliákmonas
Illustration
Vue du lac artificiel de Polýfyto.
Carte.
Carte montrant le cours de l'Aliakmon.
Caractéristiques
Longueur 297 km
Bassin 6 971,7 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Cours
Source Nord de la chaîne du Pinde
· Coordonnées 40° 21′ 30″ N, 20° 47′ 25″ E
Embouchure le golfe Thermaïque
· Altitude m
· Coordonnées 40° 28′ 53″ N, 22° 38′ 27″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Grèce Grèce

L'Aliakmon ou Aliákmonas (en grec moderne : Αλιάκμονας) est le plus long fleuve de Grèce, avec une longueur de 297 km[1].

Noms Modifier

Le nom en grec puriste est Aliákmon, et dans la langue officielle grecque Aliákmonas[2]. Le fleuve a aussi des noms slave (Бистрица : Bistritsa, « rapide »)[3], valaque (Alaga, « rapide »)[4] et turc (İnce Karasu, « étroit et sombre »)[5].

Géographie Modifier

L'Aliakmon prend sa source dans le nord de la chaîne du Pinde, dans le nord de la Grèce, près de la frontière avec l'Albanie, avant de couler vers le sud-est puis le nord-est à travers les périphéries de Macédoine-Occidentale et de Macédoine-Centrale, pour finalement se jeter dans le golfe Thermaïque. Il traverse les préfectures de Kastoriá, Grevená, Kozani, Imathie et Piérie. Son bassin versant est vaste, ce qui le rend important pour l'agriculture de la région. Son embouchure constitue la partie ouest du delta de l'Axiós (ou Vardar), au sein du parc national de l'Axiós-Loudías-Aliákmonas.

Voir aussi Modifier

Article connexe Modifier

Liens externes Modifier

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et références Modifier

  1. Les sources proposant différents chiffres (souvent 297 et 322 km), le chiffre choisi est celui proposé par l'ambassade de Grèce en France et par geogr.eduportal.gr.
  2. Greece in Figures January - March 2018, p. 12
  3. Encyclopedia of the Languages of Europe, Glanville Price, Blackwell Publishing, 2000, (ISBN 0-631-22039-9), p. 316.
  4. Rupprecht Rohr (dir.), (de) « Die Aromunen. Sprache – Geschichte – Geographie », in : Ausgewählte Beiträge zum 1. Internationalen Kongress für Aromunische Sprache und Kultur, 2–3 Sept.1985, Mannheim (Balkan-Archiv. Beiheft 5, Buske, Hamburg 1987, (ISBN 3-87118-863-8).
  5. Die Jungtürken und die mazedonische Frage(1890-1918), Mehmet Hacısalihoğlu, Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2003, (ISBN 3-486-56745-4), p. 42.