Ali-bey Ben-Youssef

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Youssef.

Ali-bey Ben-Youssef
Fonctions
Bey de Constantine
Prédécesseur Hussein-bey Ben-Salah
Successeur Ahmed Bey Rouhou
Biographie
Nom de naissance Ali-bey Ben-Youssef

Ali-bey Ben-Youssef , fils de Baba-Ali caïd de la tribu des Sebaou, (en arabe علي باي بن بابا علي[1]), est un bey de Constantine. Il règne en (1222 de l'Hégire), pendant 1 an dans cette province, et est assassiné par Ahmed Ben-el-Atrache, envoyé d'Ahmed Chaouch El Kebaïli[2].

BiographieModifier

Ali-bey, d'origine turque, courageux et serviable, est admis dans la milice privilégiée de l'oudjak d'Alger. Se faisant remarquer pour sa vaillance, le pacha d'Alger le nomme bey de la province de Constantine, à condition qu'il lave l'humiliation, lors de l'expédition menée et ratée contre Tunis, par son prédécesseur Hussein-bey Ben-Salah, dans l'Ouad-Serate au sud du Kef (Tunisie)[3].

Mercenaire, qui avait tenté d'assassiner à la mosquée, Mustapha dey d'Alger, Ahmed-Chaouch[4], pourchassé trouve refuge à Constantine. Il profite de l'absence du bey, et avec l'aide de Tunis, Ahmed soulève et soudoie les Yoldachs, sorte de milice d'instinct indépendant, en leur rappelant le sort des victimes de l’Ouad-Serate. Suivi d'un pillage de la ville, la horde des révoltés se rendent à la mosquée et tirent sur les prieurs. Ali-bey se réfugie chez Si El-Abbadi mais dénoncé, il sera présenté mains liées, devant Ahmed Chaouch El Kebaïli, qui lui coupera la tête[5],[6].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (ar) Les Bays de l'est algérien, sur hukam.net Consulté le 17 janvier 2012
  2. Charles Brosselard, Les inscriptions arabes de Tlemcen, Bastide, Alessi et Arnolet, , chap. volume 1, p. 127-132
  3. Ernest Mercier, Histoire de l'Afrique Septentrionale, Paris, Ernest Leroux, , chap. XXVIII, p. 473
  4. Le dey d'Alger possède des officiers de la garde rapprochée appelés "chaouchs"
  5. Orientalistes, Revue orientale et algérienne, Paris, Gide et J. Baudry, (lire en ligne), chap. 3, p. 398
  6. Société archéologique, Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine, Paris, Alessi et Arnolet, (lire en ligne), chap. 3, p. 489