Ouvrir le menu principal
Alfant
Fonction
Évêque
Biographie
Naissance
Décès
Activité
PrélatVoir et modifier les données sur Wikidata

Alfant, (?-1075), évêque d'Apt (1048-1075), fils de Guillaume, seigneur d'Agoult et de Simiane[1], et d'Adalaxis de Reillanne, neveu de Raimbaud de Reillanne, archevêque d'Arles.

Blason des Simiane
Blason des Agoult

Sommaire

BiographieModifier

Alfant avait comme frères Hugues, évêque de Senez, Pons, évêque de Glandèves, ses aînés, Rostang et Guillaume d'Agoult, étaient coseigneurs d'Apt, Caseneuve, Goult, Castillon, Gordes, etc. Successeur sur le siège épiscopal d'Apt d'Étienne d'Agde, il fut élu à l'âge de vingt-cinq ans. Un acte du Cartulaire de l'Église d’Apt loue sa science, son éloquence, son érudition et son zèle.

Le premier bienfaiteur de l'Église d'AptModifier

Dès le début de son épiscopat, Alfant donna à son Église des biens sis à Saignon et à Joucas ainsi que des dîmes en vin, pain et viande.

Le reconstructeur de la cathédrale d'AptModifier

Ce fut Alfant qui, en 1056, prit l'initiative de faire rebâtir la cathédrale Sainte-Marie d'Apt démolie par les raids des Sarrasins depuis quatre-vingt ans. Il s'engagea par vœu à la relever devant son clergé et ses frères Rostang et Guillaume ainsi que devant tous les nobles du comté d'Apt. Il fit noter sa décision dans une charte[2] expliquant «qu'il était plus à propos de relever les ruines de son église que les ruines de celles qui ne lui avait pas été confiées » .

 
Crypte de la cathédrale Sainte-Anne d'Apt

Le patrimoine des Agoult-Simiane investi dans la cathédraleModifier

Le 27 juin 1056, l'évêque d'Apt donna une manse à Saint-Pierre des Tourettes pour la reconstruction de sa cathédrale et demanda à son clergé de l'imiter. Le même jour ses frères donnèrent à leur tour des églises sises à Castillon[3]. Peu après ce fut au tour de Pons et Pierre Bot, son fils, seigneurs de Saignon, qui donnèrent terres, vignes et vergers. Le 25 juin 1060, Rostang d'Agoult ajouta une manse à Barret-de-Lioure, dans le comté de Gap. Lors des travaux, Alfant assista à l'invention des corps d'Auspice, Quentin et Sendard, évêques d'Apt, ensevelis dans des cellæ gallo-romaines formant la crypte[4].

Le conseiller des comtes de ProvenceModifier

Au côté de son oncle l'archevêque Rambaud de Reillane, et jusqu'à la mort de celui-ci en 1067, Alfant continua non seulement de participer aux consécrations de nouvelles églises[5] mais il assista régulièrement aux conseils des comtes de Provence.

NotesModifier

  1. Le grand-père d'Alfant, évêque d'Apt, était Humbert, seigneur de Caseneuve, fils d'Eyric, frère de dom Mayeul, le quatrième abbé de Cluny.
  2. Charte LXXXVI du Cartulaire de l'Église d'Apt.
  3. Le Cartulaire de l'Église d'Apt en donne la liste : Saint-Pierre, Sainte-Fare, Sainte-Marie et Saint-Étienne ainsi que Saint-Michel «dans le château » (in castro).
  4. En 1076, après la mort d'Alfant, son frère Rostang d'Agoult, fit une donation pour «la nourriture des ouvriers qui travaillent à la cathédrale ».
  5. Avec son oncle Rambaud, archevêque d'Arles, il consacra nombres d'églises nouvelles ou restaurées dont celle de Saint-Saturnin-lès-Apt et la cathédrale de Maguelone. La dédicace de l'église dédiée à saint Saturnin est toujours in situ : HAEC. DOMVS. SANTI. SATVRNI. EST. COSECRATA. TRIV EPISCOPORV. + PSON. RAIABALDI. ARELATENSIS. ARQEPI. ET. VGONIS. SANACIENSIS. EPI. ET. ALFANI. VS APTENSIS. EPI. MENSE. MADIE. KALENDARIO III. Elle se situe entre 1048 et 1055, dates entre lesquelles Raimbaud, archevêque d'Arles, Hugues, évêques de Senez, et Alfant, évêque d'Apt, étaient en charge.

BibliographieModifier

  • G. de Manteyer, La Provence du 1er au XIIe siècle, Paris, 1908.
  • N. Didier, H. Dubled, J. Barruol, Cartulaire de l'Église d'Apt, (835-1130), Librairie Dalloz, Paris, 1967.