Ouvrir le menu principal

Alexandre Spendarian

compositeur et chef d'orchestre soviétique arménien
Alexandre Spendarian
Spendyarian by Rita Willaert.jpg
Alexandre Spendarian, Erevan.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
ErevanVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Tombe d'Alexandre Spendarian (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Faculté de droit de l'université d'État de Moscou (d)
Conservatoire Komitas d'Erevan
Simferopol gymnasium №1 (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Enfant
Tatyana Spendiarova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instruments
Genre artistique
Distinction
Artiste du peuple d'Arménie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ալեքսանդր Սպենդիարյանի Գերեզմանը 01.jpg
Vue de la sépulture.

Alexandre Spendarian, Spendiaryan, ou Spendiarov (en arménien Ալեքսանդր Սպենդիարյան, en russe Александр Спендиаров ; -, Erevan) est un compositeur et chef d'orchestre arménien. Il est considéré comme le père de la musique classique arménienne. Il a donné son nom au théâtre national d'opéra et de ballet de l'opéra d'Erevan (1932).

BiographieModifier

Né à Kakhovga (en Crimée) en 1871, Alexandre Spendiarian a vécu une enfance baignée de musique à Simféropol, sa mère pianiste lui inculquant dès le plus jeune âge la passion du chant. Durant ses années d'étude à la faculté de droit de l'Université de Moscou, il est violoniste dans l'orchestre de l'université. Grace aux études effectuées chez Rimsky-Korsakov, sa musique acquiert une dimension plus sophistiqué, plus fine, pour lesquels Spendiarov n'hésite pas de se servir des thèmes populaires d'Arménie et de la Crimée qu'il connaissait depuis son enfance, passé dans ces deux pays.

En 1916 Spendiaryan se produit à Tiflis où il rencontre le poète arménien, Hovhannès Toumanian et décide d'écrire un opéra basé sur le poème "La capture de Tmkabert". En 1916, le livret de l'opéra "Almast", réalisé par Sophia Parnok était prêt et Spendiaryan commence à travailler sur l'opéra. Il termina la partition piano-chant de l'opéra en 1923. Il a continué son travail sur l'instrumentation jusqu'à sa mort, sans terminer l'acte quatre. Plus tard, il sera terminé par M. O. Shteinburg. La première représentation de «Almast» a eu lieu en 1930 au Théâtre du Bolchoï de Moscou. Le 20 janvier, lorsque le Théâtre académique d’État d'Erevan d'opéra et de ballet a été ouvert, une représentation de l'opéra a été donné en arménien dans la traduction de Tigran Hakhumyan. L'opéra a été représenté également à Tbilissi, Tachkent, Novosibirsk et Odessa. Il a été reprogrammé à Erevan en 1939, 1969, 1971 et 1983. En 1951, le théâtre de l'opéra de chambre russe de Paris a donné une représentation de "Almast" à la maison de la Mutualité.

Le poème symphonique "Trois Palmiers" d'après Lermontov, occupe une place particulière parmi les compositions symphoniques de Spendiaryan. Avec son ton poétique, sa nature pittoresque, et son orchestration lumineuse, l'œuvre est parmi les plus puissantes du compositeur. Spendiaryan en tournée à l'étranger dirige cette pièce originale à Berlin, Copenhague, New York et ailleurs. Le compositeur Aram Khatchatourian a dit de son prédécesseur, "Je suis profondément convaincu que Spendiarov et Komitas sont les patriarches de la musique classique arménienne, ils ont tracé les principales tendances de l'évolution de l'art musical arménien pendant de nombreuses décennies à venir." Spendiaryan et Aram Khatchatourian se sont rencontrés pour la première fois à Moscou. Spendiaryan avait apprécié le potentiel du jeune compositeur.

Il est fait artiste du Peuple de la république socialiste soviétique d'Arménie en 1926.

Œuvres principalesModifier

Productions scéniquesModifier

  • Opéra «Almast» (livret de Sophia Parnok)
  • Ballet « Les Sept filles du roi des djins»

Musique orchestraleModifier

  • Valse concertante (1906)
  • Ouverture pour orchestre
  • Suites «Esquisses criméennes» pour orchestre — premier recueil, op. 9 (1903), deuxième recueil, op. 23 (1905)
  • Poème symphonique «Trois Palmiers» d'après Lermontov
  • «Études d'Erevan» (1925)

Musique vocale et symphoniqueModifier

  • Quatuor «La Déesse-oiseau» (d'après Pouchkine)
  • Quatuor «Le Rameau de Palestine» (d'après Lermontov)
  • Ballade «Le Pêcheur et la Fée» (d'après Gorki), op. 7
  • Élégie «La Bande non comprimée» (d'après Nekrassov)
  • «Bède le Prophète» (1907)

Liens externesModifier