Alexandre Pierre Givry

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Givry.
Alexandre Pierre Givry
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Alexandre Pierre Givry (Paris, -Paris, ) est un ingénieur hydrographe qui a donné son nom à une formule utilisée en navigation.

BiographieModifier

Il entre au Dépôt des cartes et plans comme élève ingénieur hydrographe en et est envoyé à Cadix en à l’escadre de Rosily. Il sert alors sur l' Observateur, la Cornélie (1806-1807) et le Héros (1807-1808) et effectue les levés des plans des côtes de la région de Cadix.

En , il travaille à Venise avec Charles-François Beautemps-Beaupré aux levés hydrographiques de l'Adriatique et, en particulier à ceux des régions de Cattaro et de Raguse.

Il participe en 1811-1812 au levé de la Mer du Nord de Anvers jusqu'à Lübeck et effectue des travaux qui font encore l'admiration des hydrographes d'aujourd'hui[1].

Ingénieur hydrographe de 2e classe (), il hydrographie en 1816 la rade de Brest puis embarque avec Roussin sur la Bayadère pour une campagne sur les côtes africaines depuis le banc d'Arguin (Mauritanie) jusqu'aux îles de Loos (1817-1818). En 1819-1820, toujours en compagnie de Roussin et sur le même navire, il effectue des levés des côtes du Brésil, de la Guyane, des Antilles et de Terre-Neuve.

Ingénieur hydrographe de 1er classe (), il se concentre sur les levés des côtes de France avec Beautemps-Beaupré, essentiellement sur les côtes de Bretagne (1831, 1837-1838 et 1843-1846)), de la Manche et de la mer du Nord (1834-1836 et 1840-1841).

En 1841, il rédige les instructions nautiques des côtes de la Manche et quitte le service actif en .

Membre correspondant de l'Institut (Académie des sciences, section de géographie) (), il meurt à Paris le .

Récompenses et distinctionsModifier

  • Chevalier () puis Officier de la Légion d'honneur ().

Correction de GivryModifier

Il s'agit de la correction à apporter aux mesures d'angles relevées sur une carte en projection de Mercator pour obtenir des angles sur la sphère terrestre.

Le cap (ou le relèvement) entre deux points mesuré sur une carte de Mercator correspond à une route à cap constant ou loxodromie. Le chemin le plus court entre deux points sur la sphère terrestre correspond à un grand cercle ou orthodromie.

La correction de Givry approxime l'écart entre le cap de la loxodromie et le cap initial de l'orthodromie par la moitié de l'angle entre les méridiens des deux points considérés, à la latitude moyenne du trajet. C'est pourquoi on l'appelle aussi correction de demi-convergence : g = 1/2*[Gb-Ga]*sin Lm (où G est la longitude et L la latitude).

ŒuvresModifier

Parmi les nombreux travaux qu'il publia :

  • Résumé des observations hydrographiques faites en 1819 et 1820 pendant la campagne de la Bayadère (1822)
  • Éclaircissements sur les positions géographiques déterminées en 1821, 1822 et 1823 pendant la campagne de la Clorinde (1824)
  • Suppléments aux instructions pour la navigation aux atterrages et dans la rivière du Para (1836)

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. E. Taillemite, op. cit en bibliographie, p. 214

Voir aussiModifier

Liens externesModifier