Ouvrir le menu principal

Îles de Loos
Carte de l'archipel
Carte de l'archipel
Géographie
Pays Drapeau de la Guinée Guinée
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 9° 27′ 15″ N, 13° 47′ 24″ O
Superficie 60 km2
Nombre d'îles 14
Île(s) principale(s) 3
Administration
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Guinée

(Voir situation sur carte : Guinée)
Îles de Loos
Îles de Loos

Les îles de Loos sont un groupe d'îles situées au large de Conakry en Guinée. Ce nom vient du portugais : Ilhas dos los Idolos : « Île des Idoles »[1].

Ces iles aussi appelées îles de Los ou Loose Island en anglais, étaient appelées auparavant Îles de Kaloum[2].

Sommaire

GéographieModifier

L'archipel couvre environ 60 km2 formant un cercle de 18 à 19 km de diamètre[3]. L'Archipel comprend[3],[4] :

 
Plage du Gouverneur sur l'ile de Roume

Îles principalesModifier

Articles détaillés : Île de Tamara, Île de Roume et Île de Kassa.

IlotsModifier

Une dizaine d'ilots[3],[4] :

  • Îlot Cabri relié à marrée basse à l'île Blanche.
  • Quatre îlots au sud de l'île de Tamara dont l'île Poulet.
  • À l'Est de l'île de Kassa deux ilots reliés à l'île de Kassa à marrée basse dont l'île Goulu.
  • Îlot de la Bouteille au sud de l'île de Roume dont seul un rocher de quelques mètres émerge à marée haute.
  • Île Souride relié à marré basse à l'île de Roume.
  • Le banc Crawford : haut fond sableux qui émerge lors à marée basse au nord de l'île de Roume.
  • Île Fousset : Rocher qui émerge à marée basse entre l'île de Roume et Tamara[6].

"Ancienne" îleModifier

L'île de Tombo, sur laquelle est bâti le centre historique de Conakry, faisait partie de l'archipel avant que le bras de mer la séparant du continent ne soit comblé.

Tableau récapitulatif des caractéristiques des îles de l'archipelModifier

Nom de l'île Longueur largeur Villages Remarques Latitude Longitude Source
Tamara ou Fotoba 7.9 km 1.5 km à 430 m Fotoba, Robané, Boom 9.48739 -13.82077 [7],[4]
Kassa 7.4 km 1.4 km à 300 m Soro, Mangué, Tanéné,

Coromania, Kouromandya

9.47853 -13.75068 [8],[4]
Roume ou Room 2 km 1 km à 150 m Tayire 9.46239 -13.79361 [9],[4]
Île Blanche 1 km 200 m Inhabitées 9.43439 -13.76533 [10],[4]
Île de Corail 310 m 200 m 9.43573 -13.81562 [11],[4]
Îlot Cabri 300 m 80 m Reliée à l'île Blanche à marée basse 9.43871 -13.76023 [12],[4]
Île Goulu 170 m 80 m Reliée à Kassa à marée basse 9.46095 -13.74174 [4]
Île Souride 160 m 90 m Reliée à Roume à marée basse 9.46736 -13.79517 [13],[4]
Île Poulet 140 m 80 m Îlot proche de Tamara 9.4559 -13.8220 [4]
Îlot sud Tamara 1 110 m 60 m Îlot proche de Tamara 9.44818 -13.82934 [4]
Îlot sud Tamara 2 100 m 20 m Îlot proche de Tamara 9.45329 -13.821 [4]
Îlot sud Goulu 100 m 20 m Reliée à Kassa à marée basse 9.46048 -13.74254 [4]
Îlot sud Tamara 3 90 35 m Îlot proche de Tamara 9.452943 -13.82664 [4]
Îlot de la bouteille 2 m 2 m S'étend à marée basse (110 x 65 m) ;

Îlot proche de Roume

9.46086 -13.78724 [14],[4]
Banc Crawford 0 m 0 m Apparait à marrée basse (430 x 30 m) ;

Îlot proche de Roume

9.47721 -13.78451 [15],[4]
"Île" Fousset 0 m 0 m Rocher émergeant à marée basse  Incertain [6]

InfrastructuresModifier

Les iles sont reliés à Conakry, la capitale guinéenne par voie maritime[16] par bateau ou pirogue en bois à moteur, appelé kounki. Les distances avec la capitale varient de 4,5 à14 km :

  • 4.5 km pour Kassa,
  • 11 km pour Roume,
  • et 9 à 14 km pour Tamara.

Il n'y a ni route, ni voiture, seul de rares deux roues empruntent les quelques pistes.

GéologieModifier

L'archipel présente une forme en anneau[17]. Cette structure correspond vraisemblablement à la chambre magmatique d'un corps volcanique, aujourd'hui érodé, constitué de roches magmatiques per-alcaline[17]. Cette série sous-saturée présente, sur l’ensemble des iles, des syénites à néphélines localement pegmatitiques, recoupées par des dykes de phonolite[17]. Ces roches non métamorphisée, sont liée à un volcanisme mésozoïque (contemporain de l'ouverture de l’Atlantique), tout comme le dyke géant de la péninsule de Conakry.

 
Syénite proche de celle rencontrée sur les îles de Loos.

Faune et floreModifier

Les îles de Cabri, Blanche et Corail, ainsi que le domaine marin contiguë constitue le sanctuaire marin des îles de Loos depuis 1992[2]. La surface s'étend sur 13 hectares, dont 15 ares émergés ou se succède de multiples écosystèmes marins (récifs coralliens), côtiers et terrestres[2].

Outre la protection de faunes comme les tortues marines vertes : Chelonia mydas et Lepidochelys olivacea, les requins, les dauphins et diverses espèces d’oiseaux et de poissons, le sanctuaire permet[2] :

  • la reproduction des tortues marines sur l’ilot Cabri,
  • la réintégration des chimpanzés sur l’île blanche,
  • le repeuplement d'oiseaux de mer sur l’île Corail.

HistoireModifier

Avant l'invasion européenneModifier

Les îles de Loos étaient vers les 14éme et 15éme siècles le centre d’initiation, d’éducation et de formation de la jeunesse de ce royaume à ses futures obligations qu’exige la vie[2].

Avant l'arrivée des premiers européens, les îles de Loos était une zone rituelle, d'intiation et d'éducation des jeunes des tribus locales[2]. Ce qui explique la présence de nombreuses idoles de bois sur l'île, et le nom donné par les premiers explorateurs portuguais : "Ile des idoles" (Ilhas dos los Idolos en portuguais)[2].

Les premiers comptoirs et invasionsModifier

Les îles ont été fréquentées assez tôt par les Européens et ont pris de l'importance commerciale pour leur rôle dans le commerce des esclaves, comme plusieurs autres comptoirs de la côte occidentale africaine.

En 1460, l'explorateur portugais Pedro de Sintra explore les côtes de la Sierra Leone et ses environs, et débarqua sur la côte de sourigbé avec certains de ses hommes ; ils prirent contact avec les populations noires. C’est avec l’occupation portugaise que les Îles de Loos ont connu la traite des Noirs qui prendra son essor au XVIe siècle.

En 1755, un négociant, Miles Barber (en), de l'« African Company of Liverpool » établit une usine dans l'île de Kassa pour employer des travailleurs qualifiés dans la réparation des bateaux et aussi des pilotes pour naviguer et commercer avec les tribus par les rivières locales. Ceci a mené Kassa à être connue comme « Factory Island ».

En 1787, les Anglais acquièrent leurs premiers établissements en Sierra Leone, notamment le site de Freetown, dans l'objectif d'y réinstaller les esclaves libérés sur le sol anglais.

Possession britannique (1818-1904)Modifier

Charles MacCarthy (en), Gouverneur de la Sierra Leone signe un traité le 6 juillet 1818, avec Mangé Demba (en), un roitelet local, qui cède sous forme de concession les îles aux Anglais contre le paiement d'un loyer annuel. Ce traité met fin à la traite des esclaves sur les iles de Loos (abolition par la Grande-Bretagne en 1807), puis à l'esclavage en 1833, et enfin à l'émancipation complète des esclaves en 1838.

 
Îles de Los (vers 1905).

Les îles sont cédées à la France le 7 avril 1904, lors de la série d'accords franco-britannique qui fondent l'Entente cordiale entre la France et la Grande-Bretagne. Les Îles de Loos sont remises à la France en échange de l'abandon par cette dernière de ses derniers droits de pêche à Terre-Neuve et au Labrador (le French Shore), alors sous souveraineté britannique.

Les îles de Loos sont alors incorporées en juillet 1904 dans la Guinée française, une des parties constitutives de l'Afrique-Occidentale française.

La Guinée française (1904-1958)Modifier

À l'origine simple dépendance de la colonie du Sénégal, sous le nom de « Rivières du Sud », un décret du 17 décembre 1891, donnait à la colonie une autonomie pleine et entière, en la détachant complètement du Sénégal et en lui accordant un gouverneur titulaire, qui conservait l'autorité sur les résidents de Grand-Bassam et de Porto-Novo. Le 10 mars 1893, le nom de « Rivières du Sud », fut remplacé par celui de « Guinée française », en même temps que les établissements de la Côte-de-l'Or et du Golfe de Bénin étaient érigés à leur tour en colonies autonomes, sous les noms respectifs de Côte d'Ivoire et de Dahomey.

Grâce à l'activité du gouverneur Ballay, l'île de Tombo - qui abrite le centre historique de la capitale Conakry, la seule des îles de Loos sous souveraineté française -, « se trouva couverte d'une ville régulièrement dessinée, harmonieusement bâtie, percée de larges boulevards ombragés, égayée par des jardins; un petit port, très fréquenté, desservi par une jetée provisoire, donna de l'animation et de l'importance à Conakry »[18].

À partir de 1904, l'histoire des îles de Loos ne se différencie plus du reste de la Guinée française.

Scipio O'Connor fut le premier administrateur colonial nommé par les Français dans les îles de Loos.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier