Ouvrir le menu principal

Alban Lefranc

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefranc.
Alban Lefranc
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Alban Lefranc, né à Caen en 1975, est un écrivain, auteur dramatique et traducteur français.

Biographie / romansModifier

Ses premiers romans sont des vies imaginaires dans lesquels il "réinvente" les vies de Mohamed Ali, Rainer Werner Fassbinder, Maurice Pialat, Andreas Baader, la chanteuse Nico[1].

Fassbinder, la mort en fanfare (Rivages, 2012) " fait s'enchevêtrer films, vie de Fassbinder et histoire, s'infiltre au plus profond pour, dans un revirement final, se l'approprier et le transfigurer en un objet romanesque" [2],[3],[4] "Du cinéaste Fassbinder à l'écrivain Alban Lefranc, une possession a eu lieu" (Marianne Dautrey, Le Monde des livres).

Publié en 2006, Des foules, des bouches, des armes retrace les premières années de la Fraction armée rouge vue par les yeux de Bernward Vesper, premier compagnon de Gudrun Ensslin avant qu'elle fonde la RAF avec Andreas Baader. Le roman est repris sous une forme augmentée et largement modifiée, sous le titre Si les bouches se ferment (Verticales, 2014) [5],[6]

En 2009, Vous n'étiez pas là (Verticales), qualifié d'« antibiographie », est consacrée à la chanteuse Nico.

En paraît Le ring invisible aux éditions Verticales, qui réinvente la jeunesse du boxeur Mohamed Ali[7]. À propos du Ring invisible, Florence Bouchy dans Le monde des livres a écrit : "L'Ali de Lefranc est un agrégat de corps sportifs et subversifs, à travers lesquels jouissances verbale et physique se contiennent et se relancent mutuellement. Dans l'espace potentiel qu'est son texte, aire de perfection protectrice contre le chaos des désirs débridés qui l'assaillent, l'écrivain s'engage pleinement. Prouvant au passage que pour lui, comme pour d'autres, la littérature est un sport de combat." (Le Monde des livres, 11/4/2013). À la mort de Mohamed Ali, Lefranc évoque le boxeur dans Libération[8].

En , il publie L'amour la gueule ouverte, hypothèses sur Maurice Pialat, aux éditions Hélium/Actes Sud. "C’est à l’au-delà du sentimentalisme que s’intéresse Alban Lefranc, à cette contrée où «la sagesse ne viendra jamais», dont Pialat fut peut-être le premier explorateur" (Mathieu Lindon, Libération[9]. "À nouveau, la langue d’Alban Lefranc fait merveille : transmutant le matériau brut des entretiens ou des écrits de confidence, elle offre une poésie rythmique digne de son sujet écorché et toujours combattant"[10].

Publications en revuesModifier

Il a fondé la revue bilingue (français/allemand) La mer gelée à Dresde en 2000. Après cinq ans d'interruption, la revue reprend chez l'éditeur Le Nouvel Attila en .

Il collabore à de nombreuses revues, en France, en Allemagne, au Québec.

TraductionsModifier

Alban Lefranc a traduit de l’allemand deux romans de Peter Weiss : Le Duel et L'Ombre du corps du cocher ; mais aussi Le cœur électrique de Peter Stephan Jungk et Roman de l'au-delà de Mathias Politycki.

Il a traduit aussi trois scénarios de Fassbinder : Maman Küsters s'en va au ciel/ Le droit du plus fort, Tous les autres s'appellent Ali.

ThéâtreModifier

Steve Jobs est publiée en aux éditions Quartett [11]. La création est prévue en 2020 (mise en scène Robert Cantarella, avec Nicolas Maury dans le rôle-titre)[12]

Il a aussi publié Table Rase aux éditions Quartett en [13].

CinémaModifier

Il a travaillé comme co-scénariste du film (en développement) de Christoph Hochhäusler, Je t'ai vue sourire (MACT Productions)[14].

BibliographieModifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (février 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
  • ROMANS
  • Des foules, des bouches, des armes, Paris, éditions Melville / Léo Scheer, 2006 (ISBN 978-2915341386)
  • Vous n'étiez pas là, Paris, éditions Verticale/Gallimard, 2009 (ISBN 978-2070124046)
  • Fassbinder. La mort en fanfare, Paris, éditions Payot & Rivages, 2012
  • Le Ring invisible, Paris, éditions Verticales & Gallimard, 2013 - traduit en italien chez 66thand2nd, par Daniele Petruccioli.
  • Si les bouches se ferment, Paris, éditions Verticales, 2014 (ISBN 978-2070144815)
  • L'amour la gueule ouverte, hypothèses sur Maurice Pialat, éditions Helium, Actes Sud, 2015 (ISBN 978-2-330-04712-2)


ROMANS traduits

Angriffe, trilogie, (traduction en allemand par Katja Roloff), Munich, Blumenbar, 2008

Il ring invisibile  (traduction en italien par Daniele Petruccioli), Rome, 66thand2nd, 2013


THEÂTRE

Steve Jobs, éditions Quartett, 2019 (ISBN 978-2-916834-79-5)

Table Rase, éditions Quartett, 2018 (ISBN 978-2-916834-72-6)


Participations à des ouvrages collectifs :

  • OR/GOLD, La mer gelée, éditions Le Nouvel Attila, 2019
  • MAMAN, La mer gelée, éditions Le Nouvel Attila, 2017
  • En procès, éditions Inculte, 2016
  • CHIEN/HUND, La mer gelée, éditions Le Nouvel Attila, 2017
  • Berlin. Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, coll. Bouquin, éditions Robert Laffont, 2014
  • Face à Sebald, éditions Inculte, 2011
  • Le Ciel vu de la terre, éditions Inculte, 2011
  • Une chambre en ville, éditions Edwarda, 2011
  • Sacha Lenoir, Capricci, 2011
  • Écrivains en séries 2, éditions Laureli/Léo Scheer, 2011
  • Face à Lamarche-Vadel, éditions Inculte, Paris, 2009


Pièces radiophoniques :

  • L'amour la gueule ouverte: Hypothèses sur Maurice Pialat, France Culture, 2017
  • Ali après, diffusion France Culture, 2011
  • Vous n'étiez pas là, diffusion France Culture, 2011


Traductions de l'allemand :

  • Maman Küsters s'en va au ciel/ Le droit du plus fort, Tous les autres s'appellent Ali (Fassbinder), L'Arche, Paris, 2019
  • Le cœur électrique (Peter Stephan Jungk), Actes Sud, Paris, 2011
  • Roman de l'au-delà (Mathias Politycki), Actes Sud, Paris, 2011
  • L'Ombre du corps du cocher (Peter Weiss), éditions Perturbations, Paris, 2009
  • Le Duel, (Peter Weiss), éditions Melville / Léo Scheer, Paris, 2006

Liste de référencesModifier

  1. Christine Marc et ier, « Alban Lefranc : le « je », fiction grammaticale 2 (des Bouches à Pialat) », sur DIACRITIK, (consulté le 11 avril 2019)
  2. « Note de lecture : « Attaques sur le chemin, le soir, dans la neige » (Alban Lefranc) », Charybde 27 : le Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2017)
  3. « Réécoute - Fip livre ses musiques : "Fassbinder, la mort en fanfare" d'Alban Lefranc », Fip Radio,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  4. « "Fassbinder, la mort en fanfare" de Alban Lefranc chez Rivages (Paris, France) », sur www.20minutes.fr (consulté le 12 octobre 2017)
  5. « Alban Lefranc : le « je », fiction grammaticale 2 (des Bouches à Pialat) », DIACRITIK,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  6. « Note de lecture : « Si les bouches se ferment » (Alban Lefranc) », Charybde 27 : le Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  7. Mathieu Lindon, « Alban Lefranc prend Cassius Clay en main », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  8. Alban Lefranc, « Ali, l’hérétique couronné », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  9. « Lefranc et Da Silva, à leurs amours », Libération.fr,‎ , http://next.liberation.fr/livres/2015/03/11/lefranc-et-da-silva-a-leurs-amours_1218771 (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2017)
  10. « Note de lecture : « L’amour la gueule ouverte (hypothèses sur Maurice Pialat) » (Alban Lefranc) », Charybde 27 : le Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2017)
  11. « Steve Jobs », sur www.quartett.fr (consulté le 19 février 2019)
  12. Posté par charybde2, « Entretien avec Alban Lefranc et Arno Bertina, in La moitié du fourbi – 8 . Note de lecture : La moitié du fourbi – 8 : « Instants biographiques » », sur Charybde 27 : le Blog, (consulté le 11 avril 2019)
  13. « Actoral.17 : Steve Jobs d’Alban Lefranc, aboli bibelot d’inanité sonore », DIACRITIK,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  14. « L’IMPOSTEUR | Poitiers Film Festival », sur www.poitiersfilmfestival.com (consulté le 13 octobre 2017)

Liens externesModifier