Alain Journet

homme politique français

Alain Journet
Illustration.
Fonctions
Député de la 5e circonscription du Gard : 1981-1993
Prédécesseur Gilbert Millet
Successeur Alain Danilet
Sénateur du Gard : 1998-2008
Maire du Vigan
Prédécesseur René Boissière
Successeur Thierry Bourrié
Biographie
Nom de naissance Alain Armand Journet
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Le Vigan (Gard)
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Géomètre

Alain Journet, né le au Vigan, est un homme politique français, membre du Parti socialiste.

BiographieModifier

FamilleModifier

Armand Journet, son père — qui « avait deux livres : la Bible, et le dictionnaire pour en comprendre les mots », est boulanger à Mandagout[1].

Marié, il a deux enfants.

FormationModifier

Élève du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et de l'École supérieure des géomètres et topographes (ESGT), il est Diplômé par le gouvernement (DPLG) et par l'État (DPE).

Carrière professionnelleModifier

Il est géomètre-expert de profession.

Engagement politiqueModifier

Il est élu au conseil général en 1973. Il devient ensuite maire en 1977, puis député en 1981.

Candidat aux élections législatives de 1986 en deuxième position sur la liste PS conduite par Georgina Dufoix, qui recueille 85 081 voix, soit 28,84 %, il est élu député du Gard de 1986 à 1988. Il est réélu en 1988 face notamment à Fernand Balez, Gérard Guérin et Francine Gomez.

Face à des candidats comme Fernand Balez et Jean-Michel Teulade, il est battu aux élections législatives de 1993 par Alain Danilet.

En 1994, il succède à Gilbert Baumet comme président du conseil général, dès le premier tour de scrutin[2].

Il a également été sénateur du Gard de 1998 à 2008. Lors de son dernier mandat, sa suppléante était Monique Barlaguet, maire de Boucoiran-et-Nozières.

MandatsModifier

RéférencesModifier

  1. P. R., « Un château du XVIIIe pour le livre et les écritures », Midi Libre,‎ , p. 26
  2. « L'élection des présidents des conseils généraux Gard: les socialistes reviennent à l'union de la gauche », Le Monde,‎ (lire en ligne).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier