Alain Dister

photographe français

Alain Dister, né à Lyon le et mort le [1], est un journaliste et photographe français, auteur de nombreux ouvrages concernant le rock.

Alain Dister
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Alain Dister, de son vrai nom Alain Desailly, nait à Lyon le , fils de haut fonctionnaire.
Il part pour la Californie en 1966, et s'installe dans le quartier de Haight-Ashbury, à San Francisco, où il vit en vendant ses dessins et ses peintures. Il participe à l'émergence de la communauté hippie et fréquente en particulier le collectif Family Dog, qui organise des concerts[2]. Un an durant, invité par Jerry Garcia et Bob Weir, Dister habite la maison du groupe Grateful Dead, "emblème du mouvement hippie"[3].

Rentré en France en 1969, il cofonde et travaille pour le magazine spécialisé Rock & Folk[4]. Son ouvrage, Oh hippie, days !, rend compte de l'Amérique de la fin des années 1960 (la libération sexuelle, les drogues, la musique psychédélique, etc), qu'il a lui-même vécue, avec une touche Beat Generation à laquelle il consacrera un livre, La Beat Generation. La Révolution hallucinée, en 1997 (éd. Gallimard).

Photographe, notamment connu pour ses photographies du monde du rock'n'roll et des États-Unis des années 1960, il expose ses œuvres dans divers musées et galeries à travers le monde. Son regard sur les attitudes, les esthétiques du rock, du punk et de divers courants non pris en compte à l'époque par la culture académique (notamment en France), fait de lui un témoin de la « contre-culture ».

Dans les années 1980 Alain Dister produit des émissions de radio pour France Culture, des films documentaires, en particulier pour l'émission télévisée Les enfants du rock. Il a été critique d'art pour la revue Connaissance des arts.

En 2007 Dister lèque sa bibliothèque personnelle à la Bibliothèque Robert Desnos de Montreuil sous bois en Seine-Saint-Denis[5].

Il vit et travaille à Paris, puis, de 2000 jusqu'à son décès, en Bourgogne, à Ménétreux sous Pisy.

ExpositionsModifier

  • 1973 : Séquences et Conséquences, musée d'art moderne, Paris, France
  • 1983 : La Ville en ses jardins, CNAC G. Pompidou, Paris, France
  • 1986 : Soirée Des stars sur la passerelle et Rock et photo, Rencontres d'Arles.
  • 1990 : Visions of the Road, Palais des Beaux Arts, Charleroi, Belgique
  • 1991 : Franco Fontana Collezione, Museo d'Arte Moderna, Modène, Italie
  • 1994 : La Jeune Fille dans la ville, Galerie du Jour/Agnès B, Paris, France
  • 1997 : Rock'n'Roll Attitudes, Espace Photographique de la Ville, Paris, France
  • 1998 : Macadam Blues, FNAC Étoile, Paris, France
  • 1999 : Agnès b gallery Shibuya, Tokyo, Japon
  • 1999 : AND's gallery, Osaka, Japon
  • 2000 : Gracie Mansion Gallery, New York, États-Unis
  • 2007 : FNAC Forum et FNAC Montparnasse
  • 2010 : Les Rencontres d'Arles, France.
  • 2013 : Portraits de rock, Aulnay-sous-Bois, France

OuvragesModifier

Il est aussi le scénariste (et protagoniste) d'une bande dessinée consacrée au rock, Pop et Rock et Colégram (1978), qu'il a créée avec les dessinateurs Gotlib et Solé.

Notes et référencesModifier

  1. Le journaliste Alain Dister est mort, France2.fr.
  2. « Alain Dister, journaliste, écrivain et photographe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Max Armanet, « Alain Dister passe backstage », sur Libération (consulté le )
  4. « Notice sur Alain Dister », sur etonnants-voyageurs.com (consulté le ).
  5. Lucie Desmaret, « Le fonds Alain Dister "Rock et société" de la bibliothèque Robert Desnos », Rapport de stage, université de Limoges,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier