Beta Cancri

étoile
(Redirigé depuis Al Tarf)
Beta Cancri
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 08h 16m 30,921s[1]
Déclinaison +09° 11′ 07,96″[1]
Constellation Cancer
Magnitude apparente 3,50 à 3,58[2]

Localisation dans la constellation : Cancer

(Voir situation dans la constellation : Cancer)
Cancer IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral K4IIIBa0.5[3]
Indice U-B +1,77[4]
Indice B-V +1,48[4]
Indice R-I +0,78[4]
Variabilité suspectée[2]
Astrométrie
Vitesse radiale +22,94 ± 0,19 km/s[5]
Mouvement propre μα = −46,82 mas/a[1]
μδ = −49,24 mas/a[1]
Parallaxe 10,75 ± 0,19 mas[1]
Distance 290 ± 25 al
(89 ± 8 pc)
Magnitude absolue -1,31[6]
Caractéristiques physiques
Masse 1,75 ± 0,11 M[7]
Rayon 51,66+0,99
−0,96
 R[7]
Gravité de surface (log g) 1,90[7]
Luminosité 676,7 ± 41,4 L[7]
Température 4 094 ± 53 K[7]
Métallicité −0,17 [Fe/H][7]
Rotation 6,9 km/s[8]
Âge 1,49 ± 0,22×109 a[7]
Système planétaire
Planètes 1 : β Cancri b

Autres désignations

Altarf, Al Tarf, Tarf, β Cnc, 17 Cancri (Flamsteed), HR 3249, HD 69267, BD+09 1917, SAO 116569, FK5 312, HIP 40526, ADS 6704, CCDM 08165 +0911, GC 11254[9]

Beta Cancri (β Cnc / β Cancri, Bêta du Cancer) est l'étoile la plus brillante de la constellation zodiacale du Cancer. Elle porte également le nom traditionnel Altarf ou encore al-Tarf (mot arabe pour « la pointe ») ou Tarf[10]. Elle est située à environ 290 années-lumière de la Terre[1].

PropriétésModifier

β Cancri est une étoile géante orange, précisément du type K4 III[3], de magnitude apparente +3,50 et de magnitude absolue -1,31 dans le visible[6]. La notation « Ba0.5 » à la fin de son spectre, derrière sa classe de luminosité, indique qu'il s'agit d'une étoile à baryum, qui montre un enrichissement en baryum dans son spectre[11].

Elle possède deux faibles compagnons de 14e magnitude, désignés β Cancri B et C ; par conséquent, l'étoile primaire est elle-même désignée β Cancri A. En date de 2016, la composante B est située à une distance angulaire de 29,5 secondes d'arc et à un angle de position de 293° de l'étoile primaire, tandis que la composante C est située à une distance angulaire de 70,5 secondes d'arc et à un angle de position de 38° de l'étoile primaire[12].

β Cancri B semble être une naine rouge. Elle partage un mouvement propre commun avec β Cancri A et elle lui est ainsi probablement physiquement liée. Si c'est le cas, elle est située à environ 26 000 ua de l’étoile primaire et il lui faudrait 76 000 ans pour compléter une orbite[13].

Beta Candri bModifier

Beta Cancri A est l'objet primaire d'un système planétaire dont l'unique objet secondaire connu est Beta Cancri b, une planète confirmée[14],[15].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy & Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a et b (en) N. N Samus', E. V. Kazarovets et al., « General catalogue of variable stars: NSV and supplement », Astronomy Reports, vol. 61, no 1,‎ , p. 80 (DOI 10.1134/S1063772917010085, Bibcode 2017ARep...61...80S)
  3. a et b (en) Philip C. Keenan et Raymond C. McNeil, « The Perkins catalog of revised MK types for the cooler stars », Astronomy & Astrophysics Supplement Series, vol. 71,‎ , p. 245 (DOI 10.1086/191373, Bibcode 1989ApJS...71..245K)
  4. a b et c (en) Bright Star Catalogue, « HR 3249 », sur Alcyone
  5. (en) B. Famaey et al., « Local kinematics of K and M giants from CORAVEL/Hipparcos/Tycho-2 data. Revisiting the concept of superclusters », Astronomy & Astrophysics, vol. 430,‎ , p. 165–186 (DOI 10.1051/0004-6361:20041272, Bibcode 2005A&A...430..165F, arXiv astro-ph/0409579)
  6. a et b (en) E. Anderson et Ch. Francis, « XHIP: An extended Hipparcos compilation », Astronomy Letters, vol. 38, no 5,‎ , p. 331 (DOI 10.1134/S1063773712050015, Bibcode 2012AstL...38..331A, arXiv 1108.4971)
  7. a b c d e f et g (en) Ellyn K. Baines et al., « Fundamental Parameters of 87 Stars from the Navy Precision Optical Interferometer », The Astronomical Journal, vol. 155, no 1,‎ , p. 16, article no 30 (DOI 10.3847/1538-3881/aa9d8b, Bibcode 2018AJ....155...30B, arXiv arXiv:1712.08109, lire en ligne)
  8. (en) Alessandro Massarotti et al., « Rotational and radial velocities for a sample of 761 HIPPARCOS giants and the role of binarity », The Astronomical Journal, vol. 135, no 1,‎ , p. 209–231 (DOI 10.1088/0004-6256/135/1/209, Bibcode 2008AJ....135..209M)
  9. (en) * bet Cnc -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  10. « International Astronomical Union | IAU », sur www.iau.org (consulté le 21 juillet 2018)
  11. (en) A. Gomez et al., « Absolute magnitudes and kinematics of barium stars », Astronomy & Astrophysics, vol. 319,‎ , p. 881 (Bibcode 1997A&A...319..881G)
  12. (en) Brian D. Mason et al., « The 2001 US Naval Observatory Double Star CD-ROM. I. The Washington Double Star Catalog », The Astronomical Journal, vol. 122, no 6,‎ , p. 3466 (DOI 10.1086/323920, Bibcode 2001AJ....122.3466M, lire en ligne)
  13. (en) James B. Kaler, « Al Tarf », sur Stars
  14. (en) bet Cnc b sur la base de données NASA Exoplanet Archive
  15. (en) beta Cnc b sur L'Encyclopédie des planètes extrasolaires de l'Observatoire de Paris.

BibliographieModifier

Liens externesModifier