Myrtille des marais

espèce de plantes
(Redirigé depuis Airelle des marais)

Vaccinium uliginosum • Airelle des marais

La myrtille des marais ou airelle des marais (Vaccinium uliginosum) est un sous-arbrisseau large de 30 à 80 cm de la famille des Ericaceae. On le trouve dans les tourbières, les landes, les pentes rocheuses subalpines et les bois humides des montagnes circumboréales, entre 500 et 3 000 m d'altitude (généralement de 900 à 1 800 m).

DénominationsModifier

Attention aux confusions avec l'espèce Vaccinium myrtillus L., la myrtille. Celles-ci sont cependant sans conséquences, les fruits des deux espèces étant comestibles et de saveurs très voisines.

DescriptionModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les feuilles de 15 à 25 mm de long, assez fines pour laisser apparaître un fin réseau de nervures, sont entières, obtuses au sommet et glauques. Les rameaux, de couleur brune, présentent une section arrondie (contrairement à Vaccinium myrtillus)

De mai à juillet, s'épanouissent des fleurs pendantes de 5 mm de long et de couleur verdâtre à blanchâtre. Elles sont visitées principalement par des reines de bourdons (surtout B. pratorum, et B. lucorum, mais aussi B. pascuorum, B. cryptarum, B. jonellus, d'autres hyménoptères dont l'abeille domestique (Apis mellifera) et diverses syrphidés (Diptères)[9].

Les baies globuleuses, bleu noir, ressemblent beaucoup aux myrtilles (Vaccinium myrtillus) mais la pulpe intérieure est blanche et non rouge. Appelée également « myrtille aux loups », ce qui indique une qualité nutritive moindre que la myrtille commune.

TaxinomieModifier

SynonymesModifier

 
Myrtilles des marais recueillies dans les montagnes du Saïan oriental.

Selon Vascan[2] :

  • Vaccinium gaultherioides Bigelow
  • Vaccinium microphyllum (Lange)
  • Vaccinium occidentale A. Gray

Liste des sous-espèces, variétés et formesModifier

 
Bleuets en Sibérie orientale
 
Myrtilles sur les branches d'un buisson

Selon Catalogue of Life (26 août 2013)[10] :

  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. occidentale

Selon Tropicos (26 août 2013)[11] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. alpinum (Bigelow) Hultén
  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. gaultherioides (Bigelow) S.B. Young
  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. microphyllum Lange
  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. occidentale (A. Gray) Hultén
  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. pedris (Harshb.) S.B. Young
  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. pubescens (Wormsk. ex Hornem.) S.B. Young
  • sous-espèce Vaccinium uliginosum subsp. uliginosum
  • variété Vaccinium uliginosum var. album J.Y. Ma & Yue Zhang
  • variété Vaccinium uliginosum var. alpinum Bigelow
  • variété Vaccinium uliginosum var. gaultherioides (Bigelow) Bigelow
  • variété Vaccinium uliginosum var. langeanum Malte
  • variété Vaccinium uliginosum var. occidentale (A. Gray) H. Hara
  • variété Vaccinium uliginosum var. pedris Harshb.
  • variété Vaccinium uliginosum var. pubescens (Wormsk. ex Hornem.) Hornem.
  • variété Vaccinium uliginosum var. salicinum (Cham. & Schltdl.) Hultén
  • forme Vaccinium uliginosum fo. langeanum (Malte) Polunin
  • forme Vaccinium uliginosum fo. pubescens (Wormsk. ex Hornem.) Polunin

UtilisationsModifier

Les baies de Vaccinium uliginosum sont comestibles. Elles peuvent parfois se retrouver mélangées à des cueillettes de Vaccinium myrtillus. La consommation en grandes quantités provoquerait cependant vertiges et migraines[12].

Des extraits de Vaccinium uliginosum entrent, pour leur pouvoir inhibiteur de la tyrosinase et anti-cytokines, dans la composition de produits cosmétiques destinés à lutter contre le vieillissement de la peau par les rayons ultraviolets[13].

EnnemisModifier

Les chenilles des papillons de jour (rhopalocères) suivants se nourrissent de Myrtille des marais :

Notes et référencesModifier

  1. ITIS, consulté le 26 août 2013
  2. a b c d e et f Voir noms vernaculaires et synonymes pour cette espèce sur le site VASCAN (Base de données des plantes vasculaires du Canada) de Canadensys.
  3. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  4. a b c et d Bock, B. (Tela Botanica, FCBN, Ministère chargé de l'Ecologie, MNHN). Base de données des Trachéophytes de France métropolitaine, consulté le 2 avril 2015
  5. a et b Voir cette espèce sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)
  6. Loïc Duchamp, Les complexes tourbeux acides du Parc naturel régional des Vosges du Nord, Ann. Sci. Rés. Bios. Trans. Vosges du Nord-Pfälzerwal, 2010, p. 20
  7. Pierre Mardaga, La forêt, 1985, p. 74
  8. Sébastien Girardin, Essai de physiologie végétale, 1810, p. 428
  9. Jacquemart 1996
  10. Roskov Y., Ower G., Orrell T., Nicolson D., Bailly N., Kirk P.M., Bourgoin T., DeWalt R.E., Decock W., van Nieukerken E.J., Penev L. (eds.) (2020). Species 2000 & ITIS Catalogue of Life, 2020-12-01. Digital resource at www.catalogueoflife.org. Species 2000: Naturalis, Leiden, the Netherlands. ISSN 2405-8858, consulté le 26 août 2013
  11. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 26 août 2013
  12. François Couplan, Encyclopédie des plantes comestibles d'Europe, Vol. 1
  13. (en) World International Property Organization Brevet d'invention WO/2006/075865 d'une composition pour l'amélioration de l'état de la peau
  14. papillons diurnes du Canada

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases taxinomiquesModifier

BibliographieModifier

  • (en) A.-L. Jacquemart, Biological Flora of the British Isles: Vaccinium uliginosum L., dans Journal of Ecology, 84: 771-785. 1996.