Ahmed Baba

Ahmed Baba
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
TombouctouVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion

Ahmed Baba, né Abu Al-'abbas Ahmed Ibn Ahmed Al-Massufi le à Araouane[1],[2][réf. nécessaire] (alors partie de l'Empire songhaï), de tribu songhaï de Massoufa (Imassoufa) de la branche Songhaï de sanhadja et mort le , était un savant et homme de lettres ouest-africain, qui a résisté à l’envahisseur saadien (dans la zone de l'actuel Maroc). Il est capturé et retenu prisonnier par le sultan Ahmed Al-Mansour[3].

Le centre d'étude des manuscrits du désert à Tombouctou porte son nom depuis sa création en 1970 par le gouvernement malien avec l'aide de l'UNESCO[4].

BiographieModifier

Ahmad Baba est né le entre Araouane et Tombouctou, dans la famille Songhaï. Son père était le maître Ahmad bin al-Hajj Ahmad bin Umar bin Muhammed Aqit. Il est allé à Timbuktu à son jeune âge, pour étudier avec son père et un maître, Mohammed Bagayogo (parfois appelé Baghayu'u) ; il n'y a pas d'autres faits de son activité avant 1594, quand il fut déporté au Maroc par accusation de sédition, après l'invasion marocaine du Songhai où il est hébergé à Fez jusqu'à la mort d'Ahmad al-Mansur. Zaydan An-Nasser, nouveau sultan marocain, permit à Ahmed Baba et aux autres exilés du Soudan de retourner dans leur pays. Il revient à Tombouctou le .

Les textes Tarikh El-Fettach (Traduction Houdas, 1913) et Nozhet-Elhâdi (traduction Houdas, 1889), apportent des références essentielles à l'étude d'Ahmed Baba.

On mentionne à Marrakech le logement où aurait habité le grand intellectuel de l'empire Songhaï.

CitationModifier

 
L’échelle dans l’obtention des marchés du Soudan : Ahmad Baba répond aux questions d’un Marocain sur l’esclavage, Tombouctou, 1615

« Ô toi qui vas à Gao fais un détour par Tombouctou. Murmure mon nom à mes amis et porte leur le salut parfumé de l'exilé qui soupire après le sol où résident sa famille, ses amis, ses voisins »[5].

Notes et référencesModifier

  1. Auguste Cherbonneau, « Un professeur nègre à Tombouctou. XVIe siècle », Revue pédagogique, vol. 7, no 1,‎ , p. 276–287 (lire en ligne, consulté le )
  2. Francis Simonis, « Ahmed Baba, un sage à Tombouctou », sur Le Point, (consulté le )
  3. Amadou Mahtar Mbow, « le patrimoine documentaire africain, », communication au colloque «Bibliothèques nationales en Afrique francophone au XXIe siècle», sur École des bibliothécaires, archivistes et documentalistes de l’université Cheikh Anta Diop, (consulté le )
  4. Jean-Michel Djian, Les manuscrits trouvés à Tombouctou, Le Monde diplomatique, monde-diplomatique.fr
  5. Allocution de son excellence monsieur Amadou Toumani Touré, président de la République, chef de l’État à l’occasion du 3e dîner-gala pour le projet des manuscrits de Tombouctou, Pretoria, koulouba.pr.ml

BibliographieModifier

  • Mahmoud Zouber, Ahmad Bābā de Tombouctou (1556-1627). Sa vie et son œuvre. Paris, Maisonneuve et Larose, 1977.
  • Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l'Afrique noire, Éditions Hatier, 1994
  • Jean-Michel Djian, Les manuscrits de Tombouctou, Éditions JC Lattès, 2012 (ISBN 9782709639545)
  • Édith de Cornulier-Lucinière (ill. de Sara), L'homme des villes de sable, Éditions Chandeigne, 2014
  • Patrick Manac'h, Samir Aït Oumghar, Ahmed Baba. Un héritage partagé, 1556-1627. Les Editions Limitées, 2015 (ISBN 978-9954-35-346-2).

Liens externesModifier