Dans le droit romain, un agnat (du latin agnatus, de agnasco : ad-nasco « naître à côté de »[1]) est un membre d'une famille descendant par les mâles d'un même pater familias ou d'un enfant adopté par celui-ci[2]. L'épouse du pater familias et les brus, s'il y en a, et si elles sont soumises à la manus du chef de maisonnée, sont aussi comprises dans ce lien d’agnatio. Cette relation agnatique spécifique au droit romain se dissout à la mort du pater familias. Le terme de « cognat » s'appliquait de son côté à tous les consanguins sans distinction de lignes[3], en insistant parfois sur la lignée maternelle[4].

En anthropologie contemporaine, les « agnats » sont les individus apparentés par les hommes, et « agnatique », le système de filiation reposant sur la lignée mâle[4]. « Agnatique » est donc un quasi-synonyme de « patrilinéaire »[5]. Dans cette acception, « agnats » s'oppose à « utérins », individus apparentés par les femmes[4], « cognats » désignant l’ensemble des individus apparentés aussi bien par les hommes que par les femmes[4].

En généalogieModifier

Par extension, en généalogie, lorsqu'on travaille sur la « lignée agnatique », cela signifie qu'on s'intéresse à la lignée des hommes, par les mâles, d'un individu ; c'est-à-dire le père, puis le grand-père, puis l'arrière-grand-père, etc. (dans les ascendants) ou le fils, puis le petit-fils, puis l'arrière-petit-fils, etc. (dans les descendants).

On parle par opposition de « lignée cognatique » pour la lignée des femmes[5], bien que « lignée utérine » soit plus rigoureux.

Exemple : lignée agnatique de Saint-Louis à Louis XIVModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Définition », sur Larousse.fr (consulté le ).
  2. « AGNAT : Définition de AGNAT », sur cnrtl.fr (consulté le )
  3. « COGNAT : Définition de COGNAT », sur cnrtl.fr (consulté le )
  4. a b c et d Laurent S. Barry, Pierre Bonte, Salvatore D’Onofrio, Nicolas Govoroff, Jean-Luc Jamard, Nicole-Claude Mathieu, Enric Porqueres i Gené, Jérôme Wilgaux, András Zempléni, Françoise Zonabend, « Glossaire de la parenté », L’Homme, avr.-sept. 2000, pp. 721-732, lire en ligne (consulté le 31 décembre 2021)
  5. a et b Yvan Barbé, « Agnat », Encylopædia Universalis en ligne

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier