Ouvrir le menu principal

Administration de Lyon

AdministrationModifier

Articles détaillés : Loi PLM et Liste des maires de Lyon.
 
Logo de la ville

La ville de Lyon est administrée par un maire et un conseil municipal dont les membres sont élus au suffrage universel (suffrage direct) pour six ans.

Le conseil municipal élit en son sein le maire, qui est chargé de préparer et d’appliquer les décisions du conseil, et qui dispose d'importantes compétences propres. Le maire est assisté d'un ou de plusieurs adjoints, qui peuvent recevoir certaines délégations.

Cependant, la ville de Lyon est divisée en neuf arrondissements municipaux, qui furent créés à partir de 1852. Un arrondissement est une subdivision territoriale des principales communes françaises possédant une population importante. Depuis la loi PLM[1], l'organisation municipale de Paris, Lyon et Marseille est comparable. Des 3 villes concernées, Lyon est la commune disposant du plus petit nombre d'arrondissements (un total de 9), tandis que Paris en contient 20 et Marseille 16. Cette différence est principalement due à la petite superficie de Lyon (47,87 km² contre 240,62 km² pour Marseille et 105,40 km² pour Paris)[2].

Dans chacun des 9 arrondissements de la ville, siège un conseil d'arrondissement, avec à sa tête le maire d'arrondissement. Chaque conseil d'arrondissement est élu au suffrage universel direct, en même temps que le conseil municipal. Les mairies d'arrondissement sont des structures élues à l'échelon local. Elles ne sont pas des mairies de plein exercice, et ne lèvent notamment pas d'impôts, mais répartissent les crédits qui leur sont délégués par la mairie centrale.

Le conseil municipal de Lyon se compose de 73 membres et se réunit 10 fois par an. Il est présidé par le maire de la ville, Gérard Collomb.

Liste des maires successifsModifier

XVIIIe siècleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 septembre 1792 Louis Vitet Gironde élu à la Convention nationale

XXe siècleModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 1881 mai 1900 Antoine Gailleton   Médecin.
mai 1900 octobre 1905 Jean-Victor Augagneur PRS Médecin. démissionnaire
novembre 1905 septembre 1940 Édouard Herriot Radical révoqué par le gouvernement de Vichy
septembre 1940 juin 1941 Georges Cohendy   Premier adjoint, président de la délégation spéciale.
juin 1941 décembre 1942 Georges Villiers   Industriel. nommé par le gouvernement de Vichy puis révoqué par lui
janvier 1943 septembre 1944 Pierre Bertrand   Médecin. nommé par le gouvernement de Vichy
septembre 1944 18 mai 1945 Justin Godart Radical Avocat, ancien ministre et parlementaire. Maire provisoire.
18 mai 1945[3] 26 mars 1957 Édouard Herriot RGR-Radical décédé en fonction
14 avril 1957 27 novembre 1976 Louis Pradel sans étiquette, proche du centre droit décédé en fonction
27 novembre 1976 5 décembre 1976 Armand Tapernoux   adjoint, intérim
5 décembre 1976 24 mars 1989 Francisque Collomb UDF  
24 mars 1989 25 juin 1995 Michel Noir RPR  
25 juin 1995 25 mars 2001 Raymond Barre UDF  

XXIe siècleModifier

Nom Dates du mandat Parti Notes
Gérard Collomb  
ex-PS, LREM
Premier maire socialiste de Lyon sous la Vème République. Il est également président du Grand Lyon de 2001 à 2017, et sénateur du Rhône (de 1999 à 2017). Il devient ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur[4], le , ce qui l'amène à démissionner de ses fonctions locales.
Georges Képénékian  
ex-PS, LREM
Gérard Collomb   En cours
LREM

Arrondissements et quartiersModifier

Articles détaillés : Arrondissements de Lyon et Quartiers de Lyon.

ArrondissementsModifier

 
Carte de la ville de Lyon et de ses 9 arrondissements

La ville de Lyon est divisée en 9 arrondissements. Ils ont été créés à partir de 1852. L'organisation municipale est comparable à celle de Paris (Marseille fonctionne en secteurs regroupant deux arrondissements) : lors des élections municipales, chaque arrondissement élit ses propres conseillers (221 au total). Parmi eux, 73 forment le Conseil municipal.

Nombre de conseillers élus par arrondissement
Arrondissement 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e Total
Conseillers d'arrondissement 10 10 24 10 16 18 18 24 18 148
Conseillers municipaux 4 5 12 5 8 9 9 12 9 73
Nombre total d'élus 14 15 36 15 24 27 27 36 27 221

Par ailleurs, chaque arrondissement est dirigé par un maire d'arrondissement, élu au sein du conseil d'arrondissement. Depuis les élections municipales de , les maires d'arrondissement sont les suivants :

QuartiersModifier

Anciennes communesModifier

  • En 1852, trois « faubourgs de Lyon » et un village ont été annexés à la ville de Lyon :
    • Le plateau de La Croix-Rousse, partie sud de l'ancienne commune de Cuire-la-Croix-Rousse (actuel 4e arrondissement).
    • La Guillotière, s'étendant sur les actuels 3e, 6e, et 7e arrondissements.
    • Vaise (partie sud de l'actuel 9e arrondissement)
    • Le village de Monplaisir (partie ouest de l'actuel 8e arrondissement).
  • En 1963 :
    • Saint-Rambert-l'Île-Barbe (partie nord du 9e arrondissement).

Le « Grand Lyon »Modifier

La ville de Lyon est regroupée avec 59 autres communes de son agglomération au sein d'une métropole, le « Grand Lyon », remplaçant la communauté urbaine de Lyon qui existait depuis 1969.

Avec ses 1 310 082 habitants (en 2011), le Grand Lyon est le groupement intercommunal le plus peuplé de France.

La loi du 27 janvier 2014[7], qui s'inscrit dans le cadre de l'Acte III de la décentralisation, crée la métropole de Lyon. À la différence des autres métropoles, ce n'est pas un établissement public de coopération intercommunale mais une collectivité territoriale à part entière, reprenant les compétences du Grand Lyon et du conseil général du Rhône sur son territoire. Elle est entrée en vigueur le .

CantonsModifier

Depuis la création de la métropole de Lyon, la ville n'est plus découpée en cantons, le conseil départemental du Rhône n'ayant plus autorité sur ce territoire. Les élections départementales de mars 2015 n'y ont ainsi pas lieu.

Jusqu'à cette date, Lyon représentait 14 des 54 sièges du conseil général du Rhône depuis le découpage cantonal de février 2000. Les limites de cantons sont incluses dans les arrondissements :

Notes et référencesModifier

  1. Loi n° 82-213 du 2 mars 1982, relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions, codifiée depuis dans le Code général des collectivités territoriales
  2. « Informations générales sur Lyon », sur http://www.toutes-les-villes.com
  3. retrouve le siège qu'il avait dû laisser le
  4. « Découvrez la composition complète du gouvernement Philippe », sur Le Huffington Post (consulté le 19 juillet 2017)
  5. « Myriam Picot, maire du 7e arrondissement », sur www.mairie7.lyon.fr (consulté le 22 juillet 2015)
  6. Lyon Capitale, « Lyon 8e : Christian Coulon (PS) élu dans le 8e arrondissement », Site web,‎ (lire en ligne)
  7. Loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles.

Voir aussiModifier