Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adieu Berthe (homonymie).

Adieu Berthe est une adaptation de la pièce de théâtre Room Service de John Murray et Allen Boretz par Albert Husson et Francis Blanche. La création eut lieu en 1969 au théâtre des Célestins sur une mise en scène de Jacques Charon.

Sommaire

ArgumentModifier

Léo Bertold est un producteur de spectacles, totalement démuni d'argent. Il passe son temps à déménager d'hôtels en hôtels faute d'argent pour payer la note. Lui et sa troupe sont installés à l'hôtel Lucullus, pour mettre au point une pièce : Adieu Berthe. Tout irait pour le mieux, si le directeur général de la chaîne d'hôtels Lucullus n'avait pas débarqué avec ses comptables pour vérifier les comptes de l'hôtel.

Dès lors, Léo Bertold va s'ingénier à gagner du temps et à berner le directeur.

TélédiffusionModifier

La pièce a été télédiffusée pour la première fois le jeudi 31 décembre 1970 sur la première chaîne de l'ORTF[1] dans le cadre de l'émission Au théâtre ce soir. La fiche technique et la distribution ci-dessous sont celles de cette télédiffusion.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour de la pièceModifier

Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (janvier 2018).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Trou de mémoire de Francis Blanche : Les représentations étaient marquées par un faux trou de mémoire de Francis Blanche, qui alors feignait d'improviser avec son humour habituel, ce qui provoquait un prétendu fou rire chez son partenaire Lawrence Riesner, fou rire qui se propageait dans le public, lequel n'était pas au courant. Durant son « trou de mémoire », Francis Blanche empoignait même le combiné d'un téléphone factice dans lequel il disait : « Allo la régie, qu'est-ce que je dois dire là maintenant ? ». Mais, à la vérité, Francis Blanche refaisait le même numéro dans TOUTES les représentations de la pièce, y compris l'année suivante au Maroc !

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Les Pièces de 1970 », sur kiriloff.free.fr (consulté le 13 janvier 2018).
  2. « Carole Grove - Personnes - Racine - Célestins, Théâtre de Lyon », sur memoire.celestins-lyon.org (consulté le 13 janvier 2018).
  3. « Carole Grove - uniFrance Films », sur unifrance.org (consulté le 13 janvier 2018).
  4. « Cendrine Carnero - Personnes - Racine - Célestins, Théâtre de Lyon », sur memoire.celestins-lyon.org (consulté le 13 janvier 2018).

LiensModifier