Ouvrir le menu principal

Adelir Antônio de Carli

père catholique brésilien
Adelir Antônio de Carli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Surnom
Padre BaloneiroVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion

Adelir Antônio de Carli (1967–2008), également connu au Brésil sous le nom de Padre Baloneiro, est un père catholique brésilien, mort durant une tentative pour réaliser un vol à l'aide d'une grappe de ballons gonflés à l'hélium, le .

De Carli, parachutiste expérimenté, s'était lancé dans cette tentative pour récolter de l'argent qui devait servir à créer une zone de repos spirituel pour les camionneurs du port de Parana, dans la ville de Paranaguá.

Sommaire

BiographieModifier

Défenseur des droits de l'hommeModifier

En 2006, de Carli avait dénoncé des violations des droits de l'homme contre des mendiants à Paraguana. À la suite de ces dénonciations, plusieurs agents municipaux furent arrêtés.

L'aéronauteModifier

Le but de de Carli dans ce type de vols était de battre le record mondial de 19 heures de vol. Durant un premier essai, le 13 janvier 2008, il réalise un vol d'une durée de quatre heures passant de Ampère (Paraná, Brésil) à San Antonio (Misiones, Argentine), sur une distance de 25 kilomètres. Avec 600 ballons, de Carli atteint une altitude de 5 300 m[1].

Le 20 avril 2008, après avoir décollé assis sur un siège attaché à 1 000 ballons, de Carli atteint une altitude de 6 000 mètres, avant de perdre le contact avec les autorités. Des restes de ses ballons furent trouvés par la suite flottant sur la mer.

De Carli était équipé d'un parachute, d'un casque et d'une combinaison étanche, d'un GPS, d'un téléphone portable, d'un téléphone satellite, de flotteurs, et d'au moins cinq jours de nourriture et d'eau. Toutefois, il ignorait la façon de se servir du GPS, comme il l'indique dans un de ses derniers appels aux sauveteurs.

Le 4 juillet 2008, la partie inférieure de son corps est retrouvée à une centaine de kilomètres des côtes de Macaé[2].

PrixModifier

Notes et référencesModifier