Adelin Salle

sculpteur belge

Adelin Salle, né à Liège le et mort à Tilff le , est un sculpteur et médailleur liégeois.

Adelin Salle
PMa B 531 Tournai.jpg
Adelin Salle, Fleurs d'Avril, Musée des beaux-arts de Tournai
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
TilffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Né le 23 avril 1884 à Liège[1], Adrien Salle étudie la sculpture à l’Académie royale des beaux-arts de Liège.

L'essentiel de son oeuvre d'art public est matérialisé par des interventions artistiques dans des bâtiments publics ou religieux de sa ville natale.

Renouant avec la grande tradition de la sculpture religieuse, il est l'auteur d'un Chemin de Croix pour l'église Sainte-Marie-des-Anges située place des Franchises, une oeuvre en terre cuite modelée qui rend hommage aux paroissiens morts pendant la Grande guerre[2], ainsi qu'une Vierge au Lys[3] et un Christ au tombeau, œuvre pathétique en plâtre qui assimile les morts du conflit au Christ[2], datée du lendemain du conflit et aujourd'hui oubliée dans les réserves muséales liégeoises[4].

Salle réalise également le monument aux morts en mémoire de la bataille du Sart-Tilman — au cours de laquelle près de 450 soldats belges ont trouvé la mort — inaugurée en 1924 et « dont l’énorme figure en granit de pleureur écroulé [qui] est d’une si impressionnante attitude »[5] constitue l’une des réalisations les plus impressionnantes de la sculpture belge de cette époque, dans un style recourant à l'antique et aux pietà[6].

À l'occasion du centenaire de la Belgique, il est l'auteur d'un coq en bronze qui complète le monument de la place du Souvenir de Tilff, une oeuvre volée en 1999[7] mais dont un second exemplaire se trouve dans les collections du Musée de l’Art wallon[8]. Sculpteur statuaire, il est également l'auteur médailles, de bustes ainsi que de figures et de compositions allégoriques : dans les années 1930, il produit notamment une série de médailles consacrée aux sports pour l’Exposition internationale de Liège ainsi que des portraits de Zénobe Gramme ou Olympe Gilbart[9]. La Ville de Liège lui commande une statue commémorant la présentation aux Liégeois le 7 juillet 1935 du prince Albert de Liège par la Reine Astrid. Réalisée en marbre blanc, d'une hauteur de près de 2 mètres, elle est conservée depuis 1937 dans la salle des pas perdus de la Violette[10]. La même année, il compte au nombre des artistes sollicités par l'architecte Jean Moutschen pour la décoration du lycée Léonie de Waha où il réalise l'un des bas-reliefs de façade, intitulé Étude[11].

En 1944, Adelin Salle obtient un poste d'enseignant à l'Académie et, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, quand l'architecte Georges Dedoyard est chargé de la reconstruction du pont des Arches, il fait appel à lui en 1948 pour exécuter en amont du pont un bas et haut-relief en pierre de six mètres de hauteur figurant de truculentes et dionysiaques Scènes populaires liégeoises[1].

Mort à Tilff le [1], Adelin Salle est inhumé au Cimetière de Sainte-Walburge à Liège.

ŒuvresModifier

 
Femme à l'orgue, médaille en bronze réalisée à l'occasion du Concours international de chant d'ensemble Liège, 1930


Notes et référencesModifier

  1. a b et c Oger, « Le Statuaire liégeois Adelin Salle », La Vie Wallone, no 26,‎ , p. 305 et ss. (lire en ligne)
  2. a et b Yves Dubois, Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre en province de Liège : Mémoire de master, Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, , p. 75
  3. Sander Pierron, La sculpture en Belgique 1830-1930, Bruxelles, Vermaut, , p. 162
  4. Identifié à l'Église Saint-Jacques jusqu'en 2006, il n'est pas même répertorié dans les réserves où il est conservé, abîmé ; Yves Dubois, Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre en province de Liège : Mémoire de master, Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, , p. 196
  5. Sander Pierron, La sculpture en Belgique 1830-1930, Bruxelles, Vermaut, , p. 143
  6. Yves Dubois, Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre en province de Liège : Mémoire de master, Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, , p. 131
  7. Yves Dubois, Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre en province de Liège : Mémoire de master, Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, , p. 122
  8. Yves Dubois, Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre en province de Liège : Mémoire de master, Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, , p. 196
  9. « Adelin Salle | Connaître la Wallonie », sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le 1er juin 2020)
  10. Coline Leclercq, « La statue d'Albert II, bébé, veille toujours sur Liège », sur www.lavenir.net, L'Avenir, (consulté le 1er juin 2020)
  11. Patrimoine architectural et territoires de Wallonie : Liège, Mardaga, (ISBN 978-2-87009-881-3, lire en ligne), p. 10
  12. Christian Koninckx et al., Astrid: 1905 - 1935, Bruxelles, Racine, , 217 p. (ISBN 9782873864323, lire en ligne), p. 180-183
  13. « Photo de la présentation du prince Albert aux Liégeois », sur http://portfolio.lesoir.be (consulté le 22 juillet 2013)

Voir aussiModifier

Liens internesModifier