Abbaye Saint-Pierre de Poulangy

abbaye française
(Redirigé depuis Abbaye royale de Poulangy)

Abbaye Saint-Pierre
EN 1789.
EN 1789.
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement chanoinesses
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Ville Poulangy

L'abbaye Saint-Pierre de Poulangy, était une abbaye royale de moniales de l'Ordre de Saint-Benoît au Doyenné d'Is en Bassigny, à Poulangy (France, Haute-Marne),

HistoriqueModifier

Elle ne fut pas fondée au VIIe siècle par sainte Salaberge, abbesse de l'Abbaye Saint-Jean de Laon[1] comme quelques-uns le prétendent [2].

Elle a abrité une congrégation de chanoinesses, qui étaient tenues de faire preuves de noblesse. Tout ce qu'on sait c'est que ce monastère florissait dès 1038 septième année du roi Henri Ier de France. On croit que Saint-Bernard introduisit à Poulangy la règle de Cîteaux.

Une transaction entre l'abbesse et les religieuses se passa le [3] qui apporta un grand changement dans le gouvernement intérieur et extérieur de ce monastère. Par cette transaction, revêtues de lettres patentes enregistrées, l'abbesse se dépouillait entièrement du droit de régir les biens, renonçait à son tiers, et au tiers lot des biens affectés pour l'entretien des bâtiments, moyennant une pension de 2 400 livres environ. Madame de Grammont se pourvut au Parlement pour faire casser cette transaction et obtint un arrêt provisoire[4].

ArchitectureModifier

Si les bâtisses maîtresses — l'abbatiale, l'église de l'abbaye et le cloître — en furent détruites à la Révolution française, il en reste néanmoins un porche, une porte du XVIIIe siècle et de nombreuses maisons de religieuses qui datent pour les plus récentes du XVIIIe siècle.

On peut citer notamment une œuvre de l'architecte Jean-Baptiste Bouchardon, père du célèbre sculpteur Edmé Bouchardon qui réalisa la Statue équestre de Louis XV de l'ancienne place Louis XV à Paris, désormais place de la Concorde. Cette abbaye était réputée pour guérir de la folie. Les malades restaient internés à l'abbaye, sans relations avec l'extérieur et chaque jour, ils assistaient à des offices spéciaux.

Les abbessesModifier

  • 1125-1157 : Gertrude I
  • 1157-1200 : Adeline I, parente de saint Bernard
  • 1200-1215 : Gertrude II
  • 1215-1220 : Elisabeth I
  • 1220-1229 : Adeline II
  • 1229-1230 : Alix I
  • 1230-1264 : Elisabeth II, se mit en 1230 sous la garde de l'évêque de Dijon: Pierre Barbotte (v.1203-1240), et du Comte de Champagne: Thibaut IV de Champagne dit le Chansonnier ou le Posthume (12011253), pour secouer le joug de l'abbesse de l'Abbaye Notre-Dame de Tart dont elle dépendait[5].
  • 1264-1302 : Mathilde
  • 1302-1312 : Jeanne I de Choiseul
  • 1312-1321 : Marguerite I
  • 1321-1334 : Simone de La Roche
  • 1334-1352 : Marguerite II de La Fauche
  • 1352-1369 : Alix II de Deuilly
  • 1369-1385 : Béatrice de Vaudenay
  • 1385-1413 : Guyette de Bricons
  • 1413-1445 : Jeanne II de Monsterent
  • 1445-1452 : Jeanne III d’Aignay
  • 1452-1460 : Isabelle I de Montbourchet
  • 1460-1469 : Marguerite III de Juilly
  • 1469-1495 : Isabelle II de Drouant
  • 1495-1518 : Isabelle III d’Aigreville,
  • 1518-1534 : Isabelle IV de Saillant, obtint cette abbaye en commende en 1518, à l'âge de 13 ans et gouvernait en 1534.
  • 1534-1543 : Prudence de Mailly-Nesle, abbesse de Valbenoîte, travaillait à la réforme de ce monastère en 1538 et 1541
  • 1543-1544 : Renée de Lorraine
  • 1544-1560 : Marguerite IV de Salazar de Montaigu, élue abbesse de Saint-Pierre de Reims, obtint cette abbaye en 1547 et se démit en 1560.
  • 1561-1585 : Claude du Bois de Roucy de Termes, prit possession le
  • 1585-1586 : Louise-Claude du Bois de Roucy de Termes
  • 1586-1618 : Jeanne IV de Mailly-Nesle
  • 1618-1678 : Françoise de Damas de Saint-Riran
  • 1678-1715 : Marie I de Choiseul-Francières, sœur de Claude Maréchal de France, fut d'abord coajutrice, ensuite abbesse
  • 1715-1750 : Jeanne V Gabrielle de Pra-Balay-Saulx de Péseaux
  • 1750-1766 : Jeanne VI Louise des Granges de Grammont
  • 1766-1781 : Marie II Gabrielle-Françoise du Mouchet-Battefort de Laubespin de Vaudrey
  • 1781-1790 : Marie III d’Anstrudes des Tourpes

Les chanoinessesModifier

Cette abbaye était composée de femmes de la noblesse que l'on envoyait là après qu'elles eurent « fauté ». La discipline n'y était pas très stricte. L'abbaye comptait aussi des chanoinesses honoraires, comme Marie Charlotte Monique de Capizucchi de Bologne (1746-1811).

Notes et référencesModifier

  1. Recherches historiques et statistiques sur les principales communes de l'arrondissement de Langres par Jean Baptiste Stanislas Martial Migneret, Théodore Pistollet de Saint-Ferjeux - Sommier, 1836
  2. Hugues Du Tems, Le Clergé de France, ou tableau historique..., Chez Brunet à Paris,1775, t.IV, p.537.
  3. C'est par erreur que dans le texte de Hugues Du Tems, est porté l'année 1741, puisque cette religieuse fut pourvue en 1750
  4. Hugues Du Tems, op.cit, p.537.
  5. Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne..., chez Antoine de Fay, Dijon, 1739, CLXXXVI: sentence arbitrale qui déclare que l'abbaye de Pouligny est dépendante de l'abbaye de Tart année 1233.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier