Ouvrir le menu principal

Abbaye Saint-Jean de Laon

abbaye française

Abbaye Saint-Jean
L'abbaye Saint-Jean-Baptiste de Laon dans le Monasticon Gallicanum.
L'abbaye Saint-Jean-Baptiste de Laon dans le Monasticon Gallicanum.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction VIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1911, Chapelle)
 Inscrit MH (1927, Escalier)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Ville Laon
Coordonnées 49° 33′ 44″ nord, 3° 37′ 21″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Abbaye Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye Saint-Jean

L'abbaye Saint-Jean de Laon est une abbaye bénédictine fondée à Laon en 641 par sainte Salaberge[1], sœur de Saint Bodon.

Salaberge est une disciple de saint Eustase, deuxième abbé de Luxeuil. Veuve, elle se retire à Laon, où elle fonde hors les murs, au sud de la ville[2], un monastère de femmes qu’elle dote elle-même et qu’elle dédie à saint Jean-Baptiste[3],[4]. Il regroupe bientôt 300 moniales. Salaberge en fait ensuite un monastère double[5] dont elle est la première abbesse.

AbbessesModifier

La deuxième abbesse est sainte Astrude, fille de sainte Salaberge et de saint Blandin[4].

EnseignementModifier

Le scriptorium fut très riche et comptait plus de trois cents livres, il servit de base aux premiers enseignements de ce qui deviendra l'école de Laon.

Beaux-ArtsModifier

Un tableau, que la tradition locale attribue au père de Nicolas Poussin, représente l’arrivée de sainte Salaberge à Laon. Il est présenté au musée d'art et d'archéologie de Laon[6].

UsageModifier

 
Salon de la préfecture, début XXe siècle.

Actuellement l'emprise de l'abbaye accueil les services de l'Hôtel de préfecture de l'Aisne.

Le portail de la chapelle a été classé au titre des monuments historiques en 1911 et l'escalier monumental ainsi que le grenier d'abondance ont été inscrits en 1927[7].

Notes et référencesModifier

  1. Dominique Barthélemy, Rénovation d'une seigneurie : les chartes de Crécy-sur-Serre en Laonnois (1190), Bibliothèque de l'école des chartes, 1985, vol. 143, p. 240.
  2. Ville de Laon, service archéologique, « Laon des origines à la Révolution »
  3. Louis de Beaumont, « Salaberge (Sainte) », exultet
  4. a et b « Sainte Astrude », Les amis de saint Colomban
  5. « Saint Bodon ou Saint Leudin (Leudinus-Bodo), VIIe siècle » Les amis de saint Colomban
  6. « L'Arrivée de sainte Salaberge à Laon », notice no IM02000201, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « Ancienne abbaye de Saint-Jean », notice no PA00115705, base Mérimée, ministère français de la Culture

Articles connexesModifier