Abbaye de Kladruby

abbaye tchèque

Abbaye de Kladruby
Image illustrative de l’article Abbaye de Kladruby
Vue de l'abbaye
Présentation
Nom local Kladrubský klášter
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction 1115
Style dominant Architecture baroque
Site web www.klaster-kladruby.czVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la Tchéquie République tchèque
Ville Kladruby
Coordonnées 49° 42′ 44″ nord, 12° 59′ 44″ est
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
(Voir situation sur carte : Tchéquie)
Abbaye de Kladruby

L'abbaye de Kladruby est une ancienne abbaye bénédictine située à Kladruby, en République tchèque, entre Plzeň et la frontière avec l'Allemagne.

C'est un remarquable édifice baroque, mais dans un très mauvais état de conservation. La partie la mieux préservée est l'église Notre Dame de l'Assomption, un chef-d'œuvre de Jean-Blaise Santini, qui y appliqua sa synthèse très personnelle entre architectures baroque et gothique.

HistoireModifier

Le monastère a été fondé en 1115 par Vladislav Ier, qui y fut d'ailleurs enterré. L'église conventuelle, romane à l'origine, fut dédicacée en 1233 à Notre Dame de l'Assomption et aux saints Benoît et Wolfgang. Elle fut reconstruite en style gothique au XIVe siècle.

Fortement endommagé par les guerres hussites et la guerre de Trente Ans, le monastère fut reconstruit à partir de 1701 à l'initiative de l'abbé Maurus Fintzguth. Celui-ci fit successivement appel aux deux architectes les plus en vue à Prague à l'époque : Jan Blažej Santini-Aichel pour l'église, et K.I. Dientzenhofer, pour les bâtiments conventuels.

Santini a produit là un des chefs d'œuvre de son style baroque-gothique si particulier. La coupole de la croisée est une de ses réalisations les plus impressionnantes et une œuvre unique en son genre, au moins en Europe centrale. Le prolongement du chœur par une triple abside est l'autre grande originalité de l'édifice ; l'arabesque de ses voutes entrelacées a été décrite par Christian Norberg-Schulz comme « une des pièces d'architecture les plus irréelles qui ait jamais été conçue ». On pourrait les croire inspirées de modèles anglais s'il n'était très peu probable que Santini ait pu les connaître.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et référencesModifier