Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Ne pas confondre avec la 9e Panzerdivision SS Hohenstaufen

9e Panzerdivision
Création 3 janvier 1940
Dissolution Mai 1945
Pays Flag of the German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Wehrmacht
Type Division blindée
Fait partie de District militaire (Wehrkreis) XVII
Ancienne dénomination 4e division légère
4. Leichte-Division
Guerres Seconde Guerre mondiale

La 9e Panzerdivision était une division blindée de la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été créée le 3 janvier 1940.

Sommaire

Emblèmes divisionnairesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HistoireModifier

La 9e Panzerdivision est née de la '4. Leichte-Division (division légère) qui a été réorganisée le 3 janvier 1940.

La 4. Leichte-Division est formée à Wien le 1er avril 1938 à partir de la Schnelle Division de la Bundesheer autrichienne à la suite de l'Anschluss (annexion de l'Autriche).

En septembre 1939, elle participe à l'invasion de la Pologne. En raison des lacunes que la campagne a révélé dans l'organisation des Leichte-Division, qui faisait alors partie de la cavalerie, elle a été réorganisée comme la 9e Panzerdivision le 3 janvier 1940.

Peu après, en mai 1940, la 9e Panzerdivision prend part aux combats de la Bataille de France et atteint Lyon avant l'armistice du 22 juin 1940. Puis, elle est envoyée en Pologne comme force d'occupation avant de participer début 1941 à l'Invasion de la Yougoslavie et à l'opération Marita (bataille de Grèce) en parcourant l'Europe orientale de la Roumanie à la Grèce en passant par la Yougoslavie.

À la veille de l'opération Barbarossa, la 9e Panzerdivision avait une force totale de 143 blindés :

À partir de l'été 1941, elle participe à l'opération Barbarossa au sein du Groupe d'armées Sud et combat à Ouman et Kiev où sa participation active permet la capture de 600 000 soldats russes. Elle est alors transférée dans le groupe d'armées Centre pour la tentative de capture de Moscou et subit durement la contre-offensive russe de l'hiver 1941-1942.

Après l'échec de la capture de Moscou, Adolf Hitler convoite les champs pétrolifères du Caucase et lance en juin 1942 l'opération Fall Blau, dans laquelle participe la 9e Panzerdivision incorporée dans le groupe d'armées Sud.

Début 1943, elle retourne dans le groupe d'armées Centre et participe en juillet à la bataille de Koursk. La 9e Panzer est subordonnée à la 9e armée et combat dans le cadre de la 47e Panzer Korps. Combattant aux côtés de la 2e, de la 4e, de la 20e Panzerdivision et de la 6e Infanterie Division, elle tente en vain de percer la ceinture défensive soviétique. Après une avance de seulement 15 km et subissant de lourdes pertes, elle renonce à sa tentative de parvenir à Koursk.

Puis, elle combat sous le groupe d'armées Sud et le groupe d'armées Centre jusqu'au printemps 1944, date à laquelle elle est retirée vers la France pour se reconstituer après avoir subi de lourdes pertes.

En France, elle absorbe les actifs de la 155e Reserve-Panzerdivision au complet. Par la suite, elle combat dans la bataille de Normandie et dans la meurtrière poche de Falaise où elle est presque anéantie. En octobre 1944, elle englobe la Panzer-Brigade 105 pour compenser ses pertes.

Elle combat à Aix-la-Chapelle pour défendre la ligne Siegfried. Ayant perdu près des 2/3 de ses effectifs, elle reçoit des renforts avant de participer en décembre 1944 à la bataille des Ardennes dans laquelle elle obtient quelques résultats. En mars 1945, elle prend part à la contre-offensive du pont de Remagen qui se solde par un échec.

Elle est finalement emprisonnée dans la poche de la Ruhr et se rend aux américains en avril 1945.

CommandantsModifier

Ordre de bataillesModifier

4. Leichte-DivisionModifier

  • Kavallerie-Schützen-Regiment 10
  • Kavallerie-Schützen-Regiment 11
  • Aufklärungs-Regiment 9
  • Panzer-Abteilung 33
  • Artillerie-Regiment 102
  • Panzer-Abwehr-Abteilung 50
  • Pionier-Bataillon 86
  • Nachrichten-Abteilung 85
  • Infanterie-Divisions-Nachschubführer 60

Composition en mars 1940Modifier

  • Schützen-Brigade 9
    • Schützen-Regiment 10
    • Schützen-Regiment 11
  • Panzer-Regiment 33
    • Panzer-Abteilung I
    • Panzer-Abteilung II
  • Artillerie-Regiment 102
    • Artillerie-Abteilung I
    • Artillerie-Abteilung II
  • Aufklürungs-Abteilung 9
  • Panzerjäger-Abteilung 50
  • Pionier-Abteilung 86
  • Kradschutze-Bataillon 59

Composition en juin 1943Modifier

  • Panzergrenadier-Regiment 10
  • Panzergrenadier-Regiment 11
  • Panzer-Regiment 33
    • Panzer-Abteilung I
    • Panzer-Abteilung II
    • Panzer-Abteilung III
  • Kradschutze-Bataillon 59
  • Panzer-Artillerie-Regiment 102
    • Panzer-Artillerie-Abteilung I
    • Panzer-Artillerie-Abteilung II
    • Panzer-Artillerie-Abteilung III
    • Panzer-Artillerie-Abteilung IV
  • Panzer-Aufklärungs-Abteilung 9
  • Flak-Artillerie-Abteilung 287
  • Panzerjäger-Abteilung 50
  • Panzer-Pionier-Abteilung 86
  • Panzer-Nachrichten-Abteilung 85
  • Versorgungsdienste 60

Théâtres d'opérationsModifier

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 9th Panzer Division (Wehrmacht) » (voir la liste des auteurs).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Panzertruppen: Les Troupes Blindées Allemandes 1935-1945 de Francois De Lannoy et Josef Charita, Éditions Heimdal, (ISBN 978-2-84048-151-5)
  • Les divisions blindées de la Wehrmacht 1939-45 : Le guide d'identification des blindés de Jorge Rosado et Chris Bishop, Éditions de Lodi, (ISBN 978-2-84690-287-8)
  • Sarthe, aout 1944 - Histoire d'une Liberation de Fabrice Avoie, auto-édition, 452 pages A4, 850 photos, (ISBN 9782951336919)
  • Examen de conscience de August von Kageneck, Éditions Perrin, collection Tempus. A. von Kageneck a servi dans la 9e Panzer.

Articles connexesModifier

Lien externeModifier