32e régiment d'infanterie (2e régiment d'infanterie thuringeois)

32e régiment d'infanterie (2e régiment d'infanterie thuringeois)
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Type
Siège
Pays
Organisation
Organisations mères

Le 32e régiment d'infanterie (2e régiment d'infanterie thuringeois) est une unité d'infanterie de l'armée prussienne.

Histoire modifier

Le régiment est issu de plusieurs bataillons de la Landwehr qui ont combattu ensemble pendant les guerres napoléoniennes et sont réunis en un seul régiment d'infanterie à Wesel le 25 novembre 1815. Il s'agissait d'un bataillon du régiment de l'Elbe, du régiment de la Landwehr westphalienne et du régiment de la Landwehr haute-saxonne. Les garnisons changent fréquemment au cours des premières décennies et se trouvent à Münster, Dortmund, Hamm et Soest en 1816, à Erfurt en 1817, à Coblence en 1830, à Cologne en 1831, à Erfurt à nouveau en 1832 et à Halle-sur-Saale en 1860.

Le 7 mai 1861, le régiment devient finalement le 32e régiment d'infanterie (2e régiment d'infanterie thuringeois) est basé à Mayence[1] pendant quelques années sous les ordres du général d'infanterie Hans Wilhelm von Schack, avant qu'il ne soit finalement stationné à Meiningen, la capitale du duché de Saxe-Meiningen, après la guerre austro-prussienne. Là, les 1er et 2e bataillons s'installent dans la caserne principale (de), également appelée caserne de la ville, qui est nouvellement construite de 1865 à 1867. Le 3e bataillon (fusiliers) est initialement resté à Cassel. Après la guerre franco-prussienne de 1871, il est stationnée à Hersfeld et, à partir de 1895, également à Meiningen. Là, le bataillon s'installe dans la nouvelle caserne nord de la Leipziger Strasse.

Première guerre de Schleswig modifier

Participation à la première guerre de Schleswig de 1848/51.

Guerre austro-prussienne modifier

Dans la guerre contre l'Autriche en 1866, le régiment combat à Hammelburg (10 juillet), Helmstadt (25 juillet) et Uettingen (26 juillet).

Guerre franco-prussienne modifier

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870/71, le régiment participe aux batailles de Frœschwiller-Wœrth (6 août 1870), Sedan (1er septembre), Paris (22 septembre au 6 octobre), Artenay (10 octobre), Orléans (11 octobre), Châteaudun (18 octobre), Chartres (21 octobre), Châteauneuf-en-Thymerais (18 novembre), Bretoncelles (21 novembre), Loigny-Paupry (2 décembre), Orléans (3/4 décembre), Beaugency-Cravant (8 au 10 décembre), Bellême (8/9 janvier 1871), Le Mans (10/11 janvier) et Alençon (15 janvier).

Première Guerre mondiale modifier

Au début de la Première Guerre mondiale, le régiment est mobilisé le 2 août 1914 et est ensuite déployé d'abord avec la 22e division d'infanterie, puis à partir du 15 mai 1915 avec la 103e division d'infanterie sur les fronts ouest et est. Le 26 septembre 1918, l'unité est mise en déroute à Ripont sur la Dormoise et une grande partie y est faite prisonnière. Un jour plus tard, les restes forment un bataillon avec trois compagnies et trois compagnies de mitrailleuses. Le régiment est réorganisé début octobre 1918. À la suite de lourdes pertes lors de la bataille de Vouziers, le 3e bataillon est dissous le .

Après-guerre modifier

Après la fin de la guerre, les restes du régiment rentrent chez eux, où ils sont démobilisés à Meiningen du 15 au 18 décembre 1918, puis dissous. Des parties rejoignent le 4e département du 2e régiment volontaire Landesjäger.

La tradition est reprise dans la Reichswehr par décret du 24 août 1921 du chef du commandement de l'armée général de l'infanterie Hans von Seeckt, par la 5e compagnie du 15e régiment d'infanterie à Sondershausen, à partir de 1925 à Weimar.

La caserne principale accueille à partir de 1921 le 1er bataillon du 14e régiment d'infanterie de la Reichswehr, 1934/35 les 1er et 2e bataillons du régiment d'infanterie de Meiningen, divers bataillons de la Wehrmacht de 1935/45 et le 23e bataillon de Panzer de 1945/91. Bataillon Panzer et le 11e bataillon de reconnaissance de la 8e armée de la Garde de l'armée soviétique. Aujourd'hui, un centre de justice s'y trouve. Les bâtiments de la caserne Nord servent de bâtiments résidentiels à partir de 1919, sont réactivés comme caserne en 1935/45 et complètement démolis à partir des années 1990.

Chefs de régiment modifier

Le premier chef de régiment depuis le 20 septembre 1861 est le général d'infanterie Hans Wilhelm von Schack. À sa mort, le poste est resté vacant du 25 septembre 1866 jusqu'à ce que le roi Guillaume Ier nomme le duc Georges II de Saxe-Meiningen le 31 octobre 1867 comme nouveau chef du régiment.

Commandants modifier

 
La caserne du régiment à Meiningen vers 1880
Dienstgrad Name Datum
Oberstleutnant/Oberst Wilhelm Benedikt von Clausewitz (de) 28 décembre 1815 au 20 juillet 1822
Oberstleutnant/Oberst Friedrich Wilhelm von Brünneck (de) 21 juillet 1822 au 29 mars 1832
Oberstleutnant/Oberst Friedrich von Drigalski 30 mars 1832 au 29 mars 1838
Oberstleutnant/Oberst Ferdinand von Salisch (de) 30 mars 1838 au 29 mars 1844
Oberst Hans Wilhelm von Schack 30 mars 1844 au 21 mars 1845
Oberstleutnant Hermann von Suckow (de) 22 mars au 14 août 1845
Oberstleutnant/Oberst Hermann von Suckow 15 août 1845 au 5 novembre 1848
Oberst Karl Friedrich von Steinmetz 6 novembre 1848 au 16 avril 1851
Oberst Friedrich von Hering (de) 17 avril 1851 au 9 mai 1855
Oberst August Wernecke (de) 10 mai 1855 au 17 septembre 1858
Oberst Julius von Rohrscheidt 18 septembre 1858 au 21 juin 1861
Oberst Otto von Hoffmann 22 juin 1861 au 24 juin 1864
Oberst Kurt von Schwerin 25 juin 1864 au 21 mars 1868
Oberst Otto von Foerster (de) 22 mars 1868 au 12 octobre 1872
Oberstleutnant/Oberst Ferdinand von Zeuner (de) 12 décembre 1872 au 29 décembre 1875
Oberst Arnold von Bessel 30 décembre 1875 au 11 juillet 1879
Oberstleutnant/Oberst Ferdinand von Wulffen 12 juillet 1879 au 18 février 1885
Oberst Gerhard von der Osten 19 février 1885 au 5 novembre 1888
Oberstleutnant Adolf Boecklin von Boecklinsau (de) 6 novembre au 12 décembre 1888 (chargé de la direction)
Oberst Adolf Boecklin von Boecklinsau 13 décembre 1888 au 23 octobre 1891
Oberst Louis Stoetzer 24 octobre 1891 au 15 juin 1894
Oberst Alexander von der Goltz 16 juin 1894 au 16 avril 1897
Oberst Hermann von Viebahn (de) 17 avril 1897 au 17 mai 1901
Oberst Kurt von Seydlitz-Kurzbach 18 mai 1901 au 21 avril 1905
Oberst Bodo von Oheimb 22 avril 1905 au 15 octobre 1906
Oberst Martin Chales de Beaulieu (de) 16 octobre 1906 au 20 février 1911
Oberst Alfred von Lewinski (de) 21 février 1911 au 30 septembre 1913
Oberst Paulus von Stolzmann (de) 1er octobre 1913 au 1er août 1914
Oberstleutnant Julius Fischer 2 août au 12 septembre 1914
Oberstleutnant Hans von Wangenheim 25 septembre 1914 au 10 juillet 1916
Oberstleutnant Hans von Bojan 15 juillet 1916 au 17 août 1918
Oberstleutnant Wilhelm von Marcard 18 août au décembre 1918

Bibliographie modifier

  • Jürgen Kraus: Handbuch der Verbände und Truppen des deutschen Heeres 1914–1918. Teil VI: Infanterie. Band 1: Infanterie-Regimenter. Verlag Militaria, Wien 2007, (ISBN 978-3-902526-14-4), S. 75f.
  • Alfred Richter, Das 2. Thüring. Infanterie-Regiment Nr. 32, Oldenburg i.O. / Berlin, Stalling, Digitalisat de la Bibliothèque d'État de Wurtemberg
  • Dieter Zeigert, Militärbauten in Thüringen. Ein Katalog der Kasernenbauten mit ausführlicher Darstellung der militärhistorischen Umstände in Thüringen seit der deutschen Wehrverfassung von 1821, Bad Homburg /Leipzig, Verlag Ausbildung + Wissen, , 65–69, 238 ff. (ISBN 3-927879-94-0)
  • Kuratorium Meiningen: Lexikon zur Stadtgeschichte. Bielsteinverlag, Meiningen 2008, (ISBN 978-3-9809504-4-2).

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. Alfred Börckel (de), Mainz als Festung und Garnison von der Römerzeit bis zur Gegenwart, Verlag von J. Diemer, Mainz, , 293 p.