SNCF 050 TQ
Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie officielle d'une 050 TQ
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation 050 TQ
Type Ten coupled
Concepteur Division des études des locomotives (DEL)
Constructeur(s) Société française de constructions mécaniques
No  de série 1 à 35
Mise en service de 1948 à 1949
Période de service de 1948 à 1970
Production totale 35
Affectation Nord
Utilisation Manœuvre
Préservation Aucune
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux OOOOO -
Écartement 1 435 mm
Surface de la grille 2,770 m2
Pression de la chaudière 12 kg/cm2
Surface de chauffe 140,400 m2
Surface de surchauffe 38,400 m2
Moteur Simple expansion
 Cylindres 2
 Alésage × course 630 × 660 mm
 Distribution Walschaerts
 Échappement Kylchap
Ø roues motrices 1 350 mm
Tare 72,600 t
Masse en service 95 t
Masse adhérente 95 t
Longueur HT 13,410 m
Largeur 3,050 m
Hauteur 4,250 m
 Capacité en eau 11,160 m3
 Capacité en charbon 5,100 t
Vitesse maximale 60 km/h

Les Ten coupled de la série 050 TQ numéros 1 à 35 sont des locomotives à vapeur unifiées de la SNCF mises en service entre avril 1948 et novembre 1949. La série fut immatriculée 2-050 TQ car seule la région Nord utilisera ces machines.

GenèseModifier

Ces machines furent les dernières locomotives-tender de manœuvre mises en service par la SNCF. Si l'autorisation de construire ces machines fut accordée dès le 1942, la commande ne fut passée que le 1946 auprès de la Société française de constructions mécaniques (Anciens Établissements Cail) à Denain. Cette société construisit les machines d'après les plans de la division des études des locomotives (DEL) qui partit des 050 TA 1 à 47 et des 050 TA 501 à 525 de la région Sud-Ouest, dérivant elles-mêmes des locomotives classe T16.0 de l'État prussien.

Utilisation et servicesModifier

Les dépôts de Creil et de La Plaine touchèrent les 12 premières locomotives en juillet 1948 et par la suite cette liste s'agrandit avec les dépôts de : Somain, Fives, Lens et Aulnoye au fur et à mesure des livraisons. Les nouvelles venues provoquèrent un grand mouvement de machines avec :

À partir de 1950 les mutations commencèrent dans les rangs des 050 TQ avec la création de nouvelles affectations à partir de 1958. Ainsi on vit apparaître ces machines aux dépôts :

Une autre affectation fut créée le 1968 mais dans le dépôt de grande banlieue de Persan-Beaumont ce qui peut surprendre pour des machines de manœuvres lourdes !

Si les nouvelles affectations furent créées comme on le voit jusqu'en 1968 le déclin commença pourtant dès 1963 avec la venue des locomotives diesel. La série mit bas les feux avec les 2-050 TQ 17 du dépôt des Joncherolles le 1970, et 2-050 TQ 13 et 20 du dépôt de Boulogne le 1970.

DescriptionModifier

Si les caractéristiques de la machine de départ ont été conservées, des améliorations furent néanmoins apportées sur le plan du châssis (renforcement), de l'augmentation des capacités des soutes et sur la visibilité en marche arrière. De plus on utilisa un maximum d'éléments unifiés tel : les tampons, la porte de boîte à fumée, etc. C'étaient des machines disposant d'un moteur à simple expansion à deux cylindres et la distribution était du type « Walschaerts ». L'échappement était de type « Kylchap ». Le changement de marche s'effectuait par servomoteur à air comprimé.

CaractéristiquesModifier

 
Plaque d'immatriculation de locomotive 050 TQ.
  • Pression de la chaudière : 12 kg/cm2
  • Surface de grille : 2,77 m2
  • Surface de chauffe : 140,4 m2
  • Surface de surchauffe : 38,4 m2
  • Diamètre et course des cylindres : 630 mm × 660 mm
  • Diamètre des roues motrices : 1 350 mm
  • Capacité des soutes à eau : 11,16 m3
  • Capacité de la soute à charbon : 4,6 t
  • Capacité de l'abri (briquettes) : 0,5 t
  • Masse à vide : 72,6 t
  • Masse en ordre de marche : 95 t
  • Charge par essieu : 19 t (adhérence totale)
  • Hauteur : 4 250 mm
  • Longueur hors tout : 13,41 m
  • Vitesse maxi en service : 60 km/h

Aucune locomotive 050 TQ n'a été préservée.

ModélismeModifier

Les 2-050TQ ont été reproduites à l'échelle HO par les firmes suisses de haut de gamme Métropolitan et Fulgurex et par la firme française TAB.

Notes et référencesModifier


BibliographieModifier

  • Bernard Collardey - André Rasserie, Les locomotives à vapeur unifiées (tome 2), 232 R, S, U, 151 TQ, 050 TQ et les prototypes, Paris, La Vie du Rail, , 191 p. (ISBN 2-902 808-02-X)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Deux vues de 050 TQ en gare de Paris-Nord en ici et ici.