Ouvrir le menu principal

Étienne Bignou

marchand d'art français spécialisé dans l'art des XIXe et XXe siècles
Étienne Bignou
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Père-Lachaise - Division 92 - Bonjean 01.jpg
Vue de la sépulture.

Étienne Bignou, né en et mort en , est un marchand d'art français spécialisé dans l'art des XIXe et XXe siècles.

BiographieModifier

Il travaille d'abord avec son beau-père, un marchand de la rue Laffitte, spécialiste d'art ancien[1]. Après la Première Guerre mondiale, il se tourne vers l'art moderne et vend Boudin, Fantin-Latour et les impressionnistes.

En 1927, il ouvre sa propre galerie à Paris, au 8 rue La Boétie, et vend Daumier, Corot, Degas, Renoir, Cézanne, Derain, Utrillo, Matisse, Picasso. Il est le premier marchand de Raoul Dufy et conseille de grands collectionneurs américains comme Chester Dale, dont il est le marchand attitré. Il vend à Dale le célèbre portrait de Soutine par Modigliani[2], en compte à demi avec César de Hauke, ou encore La jungle du Douanier Rousseau[3]. Il succède à Paul Guillaume, comme conseiller et marchand du docteur Albert Barnes. Il agit comme expert dans plusieurs ventes aux enchères, aux côtés de ses confrères Jos Hessel ou André Schoeller (ce dernier, installé 13 rue de Téhéran, Paris 8e).

« Le matin, il est à Londres ; dans la soirée, il ouvre une exposition à Paris ; le lendemain, il prend le bateau ou l'avion pour New York. [...] Partout où il y a un tableau à voir, il est attiré comme par un aimant »[4].

En 1920, associé à Bernheim-Jeune, il avait racheté la galerie Georges Petit et, en 1929, il y place Georges Keller comme directeur. Bignou y organise une exposition Matisse en juin-juillet 1931[5], Picasso en juin-juillet 1932[6].

La même année, après la fermeture de la galerie Georges Petit, Keller rejoint Bignou, puis dirige sa succursale new-yorkaise, Bignou Gallery (en), installée sur la 57e rue, à partir de 1935. Il y organise une exposition Renoir en décembre de la même année[7]. Après la mort de Bignou en 1950, Keller continue de diriger la galerie, puis la ferme en 1953 et rejoint Carstairs Gallery.

Bignou possédait une collection de manuscrits et d'autographes. Cette collection a été dispersée par Pierre Bérès, à partir de 1975[8]. Elle comptait notamment le premier manuscrit du Voyage au bout de la nuit de Céline que l'écrivain avait vendu au marchand contre dix mille francs et un tableau de Renoir, le 29 mai 1943[9].

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (92e division).

Notes et référencesModifier

  1. Frick Art Reference Library, notice Bignou Gallery
  2. A. Modigliani, Chaïm Soutine, huile sur toile, 1917, National Gallery of Art
  3. H. Rousseau, La jungle, huile sur toile, 1909, National Gallery of Art
  4. Ambroise Vollard, Souvenirs d'un marchand de tableaux (Paris : Albin Michel, 1937).
  5. Henri-Matisse, 16 juin-25 juillet 1931, Galeries Georges Petit, exposition organisée au profit de l'Orphelinat des arts, Paris : Galeries Georges Petit, 1931, 51 p.
  6. Exposition Picasso, Galeries Georges Petit, 16 juin-30 juillet 1932, documentation réunie par Charles Vrancken, préface d'Etienne Bignou, Paris : Galeries Georges Petit, 1932, 78 p.
  7. Renoir, 1841-1919, December 1945, Bignou Gallery, New York : Bignou Gallery, 1935, 4 p.
  8. Lettres autographes d’artistes, dessins, gravures : vente à Paris, Hôtel Drouot, 6 juin 1975, Paris : Pierre Bérès, 1975, 34 p.
  9. J. Dupuis, "Le mystérieux itinéraire du Voyage", L'Express, 10 mai 2001

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Christian Zervos, "Entretien avec Étienne Bignou", Cahiers d'art, 1927, n° 7-8, p. 1-2.
  • Ph. Mariot, "Plaques de verre photographiques provenant des archives d'Etienne Bignou", 48/14. Revue du Musée d'Orsay, 2007, n° 25, p. 79.

Liens externesModifier