État de Plateau

état du Nigeria
(Redirigé depuis État du Plateau)

Plateau
Administration
Pays Drapeau du Nigeria Nigeria
Capitale Jos
Date de création
Gouverneur Caleb Mutfwang (en)
Code ISO NG-PL
Démographie
Population 4 717 300 hab. (2022[1])
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 9° 10′ nord, 9° 45′ est
Altitude 400 m
Max. 2 010 m
Superficie 2 602 600 ha = 26 026 km2
Latitude 9.16667
Longitude 9.75
Température min. 20 °C max. 25 °C
Pluviométrie min. 1 317 mm/an max. 1 470 mm/an
Localisation
Localisation de Plateau
Carte de localisation de l'État.

Plateau est un État du centre du Nigeria, il tire son nom du plateau de Jos qui couvre environ un quart de son territoire.

Histoire modifier

L'État de Plateau a été créé le d'un découpage de l'ancien État de Benue-Plateau. En 1996, la partie sud-ouest a été extraite pour former l'État de Nassarawa.

La région est en proie depuis plusieurs années à des tensions religieuses et ethniques. Dans l'État de Plateau comme dans les autres régions du nord-ouest et du centre du Nigeria, les populations vivent dans la terreur des attaques des groupes jihadistes et des bandes criminelles qui pillent les villages, tuent ou enlèvent leurs habitants. Une féroce compétition se déroule également entre éleveurs et agriculteurs sur ce territoire, les seconds accusant les premiers de saccager leurs terres avec leur bétail. Ces tensions sont aggravées par le changement climatique et l’explosion démographique du pays[2],[3].

Entre 2001 et 2004, plusieurs centaines d'habitants de l'état périssent dans des violences atroces[réf. nécessaire].

En 2012, l'État connaît de nouveau d'importantes violences inter-ethniques[4]. En 2016, ces violences récurrentes ont fait 2 500 morts au Nigeria selon l’International Crisis Group[5].

Fin , un massacre se solde par un bilan de plus de 200 morts : des éleveurs peuls ont attaqué des agriculteurs birom, ceux-ci menant des actions de représailles. L'enjeu des conflits est l'accès aux terres fertiles, mais ils se compliquent d'une dimension ethnique ainsi que d'une dimension religieuse, les Peuls étant musulmans et les Birom chrétiens[6].

Entre le 23 décembre 2023 au soir et le 25 décembre, près de 200 villageois sont tués et 500 blessés[7] dans une série d'au moins 17 attaques de villages par des miliciens Haoussas et Peuls[8],[9],[2],[3].

Géographie modifier

L'État est bordé au nord-est par l'État de Bauchi, au sud-est par l'État de Taraba, au sud-ouest par l'État de Nassarawa et au nord-ouest par l'État de Kaduna

Les principales villes, outre la capitale Jos, sont Bukuru, Barkin Ladi, Pankshin, Shendam, Langtang et Vom.

Divisions modifier

L'État de Plateau est divisé en 17 zones de gouvernement local : Bakkos, Barkin Ladi, Bassa, Jos East, Jos North, Jos South, Kanam, Kanke, Langtang North, Langtang South, Mango, Mikang, Pankshin, Qua'an Pan, Riyom, Shendam et Wase.

Économie modifier

L'économie de l'État de Plateau est assez diversifiée :

Cultures et variété ethnique et religieuse modifier

 
Délégation de l'État de Plateau lors d'un festival culturel.

Comme souvent au Nigeria, l'État est marqué par une forte variété ethnique et religieuse

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. (en) « Nigeria: Administrative Division », sur le site City Population (consulté en ).
  2. a et b Nigeria : 198 personnes tuées dans des attaques dans le centre du pays, selon un nouveau bilan des autorités locales, lemonde.fr, 27 décembre 2023
  3. a et b Attaques dans le centre du Nigeria : 198 morts selon un nouveau bilan, ouest-france.fr, 27 décembre 2023
  4. Un massacre en entraine un autre au Nigeria, fr.euronews.com, le 9 juillet 2012.
  5. (en) « Herders against Farmers: Nigeria’s Expanding Deadly Conflict », Crisis Group,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Plus de 200 morts dans des affrontements entre éleveurs et agriculteurs au Nigeria », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  7. La rédaction avec AFP, « Attaques du "Noël noir" au Nigeria : près de 200 morts, des victimes "abattues comme des animaux"... ce que l' », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Après les massacres du « Noël noir », le centre du Nigeria en deuil réclame justice », sur Radio France internationale, (consulté le ).
  9. (en) Chinedu Asadu, « At Least 140 Villagers Killed by Suspected Herders in Nigeria », sur Time, (consulté le ).