Érythème noueux

maladie de la peau
Érythème noueux
Description de cette image, également commentée ci-après
Érythème noueux chez une personne ayant eu récemment une pharyngite à streptocoque
Spécialité DermatologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 L52
CIM-9 695.2, 017.1
DiseasesDB 4462
MedlinePlus 000881
eMedicine 1081633Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine derm/138 
MeSH D004893
Médicament ThalidomideVoir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Érythème noueux chez un sujet tuberculeux.
Une lésion d'érythème noueux.

L'érythème noueux est une dermo-hypodermite septale. C'est la variante clinico-pathologique la plus fréquente des panniculites[1]. C'est une hypodermite nodulaire aiguë, considérée comme une réaction d'hypersensibilité non spécifique à divers allergènes.
La lésion élémentaire est une nouure : c'est-à-dire un nodule ferme enchâssé dans la peau, arrondi, sensible à la palpation, parfois rouge, et chaud. Ces lésions dermatologiques, qui évoluent rapidement, apparaissent au niveau des jambes en nombre variable.

DiagnosticModifier

L'Érythème noueux est souvent suivi de la sarcoïdose (maladie assez rare) .

TerrainModifier

Atteinte fréquente des femmes (25 à 70 ans).

PositifModifier

Le diagnostic est simplement clinique.

Phase pré-éruptiveModifier

Elle peut associer une fièvre, une asthénie, des arthralgies.

Phase éruptiveModifier

Elle est caractérisée par l'apparition de nodules arrondis dermo-hypodermiques (ou nouures), rouge vif ou violacés, bilatéraux, symétriques, localisés à la face d'extension des membres, adhérant au plan profond et à la peau.

Évolution en plusieurs poussées, disparition en 1 à 6 semaines sans séquelles.

HistologieModifier

La lésion biopsiée montre une infiltration inflammatoire du derme, avec accumulation de polynucléaires, de lymphocytes, et de macrophages. L'érythème noueux est cependant « la seule hypodermite qui ne requiert pas de biopsie dans sa forme clinique typique » selon Velter & Lipsker (2016)[2].

BiologieModifier

Syndrome inflammatoire non spécifique.

ÉtiologieModifier

Les formes dites idiopathiques sont assez fréquentes[3], sinon de nombreuses causes peuvent être évoquées :

Maladies inflammatoiresModifier

InfectionsModifier

MédicamentsModifier

Allergie à des Sulfamidés, des antalgiques et AINS, ou à dérivés iodés.

AutresModifier

Indiquons que dans 20 à 25 % des cas, aucune étiologie n'est retrouvée.[réf. nécessaire][3]

TraitementModifier

Notes et référencesModifier

  1. Piérard G.E & Piérard-Franchimont C (2017). Erythema nodosum: a panniculitis of diverse origins. Revue medicale de Liege, 72(1), 43.
  2. C. Velter et D. Lipsker, « Panniculites cutanées », La Revue de Médecine Interne, vol. 37, no 11,‎ , p. 743-750 (ISSN 0248-8663, DOI 10.1016/j.revmed.2016.05.008)
  3. a et b Bouissar, W., Echchilali, K., Moudatir, M. M., Alaoui, F., & Elkabli, H. (2016). Profil étiologique de l’érythème noueux dans un service de médecine interne: 70 cas. La Revue de Médecine Interne, 37, A147-A148.
  4. Mekinian, A., Soussan, M., Saadoun, D., Gomez, L., Comarmond, C., & Fain, O. (2017). Prise en charge de la maladie de Takayasu. Revue du rhumatisme monographies.
  5. Kelati, A., Meziane, M., Soughi, M., & Mernissi, F. (2016). L’érythème noueux, une complication des teignes à Trichophyton mentagrophytes. Archives de Pédiatrie, 23(7), 727-730
  6. Dicko, A., Faye, O., Berthé, S., Traoré, A., Tall, K., Guindo, B., ... & Keita, S. (2016, April). P 19: Erythème noueux révélant une lèpre lépromateuse. In Annales de Dermatologie et de Vénéréologie (Vol. 143, No. 4, p. S43). Elsevier Masson.
  7. Polat, A., Dinulescu, M., Droitcourt, C., Nimubona, S., Toutain, F., Jouneau, S., ... & Dupuy, A. (2016, December). Manifestations cutanées chez les patients ayant une mutation GATA2. In Annales de Dermatologie et de Vénéréologie (Vol. 143, No. 12, pp. S288-S289). Elsevier Masson.
  8. Méchineaud M, François S, Ingster O, Descamps P, Bellanné-Chantelot C & Martin L (2016). Condylomatose et myélodysplasie familiales associées à une mutation du gène GATA2. In Annales de Dermatologie et de Vénéréologie (Vol. 143, No. 12, p. S289). Elsevier Masson |résumé.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier