Éric Trappier

chef d'entreprise français

Éric Trappier est un dirigeant d'entreprise français, né le . En 2013, il est devenu le 5e président-directeur général (PDG) de Dassault Aviation depuis sa création en 1929[1],[2] et aussi le plus jeune à prendre ce poste (52 ans)[3].

Éric Trappier
Image dans Infobox.
Éric Trappier en 2011.
Fonctions
Président
Association des industries aérospatiales et de défense de l'Europe - Normalisation
depuis
Président
Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
depuis
Biographie
Naissance
(61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Biographie résuméeModifier

Éric Trappier est un ingénieur diplômé de Télécom SudParis. Il a servi comme officier dans la Marine nationale durant son service militaire en 1983 et 1984. Il entre ensuite dans le groupe Dassault Aviation à l'âge de 24 ans.

Le , Éric Trappier est coopté comme administrateur de Dassault Aviation, en remplacement de Philippe Hustache, pour la durée restant à courir du mandat de ce dernier, soit jusqu’à l’issue de l’assemblée générale qui statuera sur les comptes de l’exercice 2014[4]. Quelques jours après, le , le conseil d’administration le nomme président-directeur général.

En , Éric Trappier est élu président de l'Association européenne des industries aérospatiale et défense (ASD)[5].

Le , Éric Trappier est élu président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS), dont il était précédemment premier vice-président[6].

Le , Eric Trappier est nommé à la tête du Conseil des Industries de Défense Françaises (CIDEF), une association qui réunit les groupements professionnels de l’industrie française de défense. Il succède ainsi à Hervé Guillou[7].

Détail de son cursus au sein du groupe Dassault AviationModifier

  • 1984 - 1987
Direction générale technique : bureau d'études - direction des systèmes d'armes.
  • 1987 - 1991
Direction technique internationale : négociations avec la Corée, Singapour, l'Arabie Saoudite, le Chili, l'Allemagne et participation à la vente de l'avion de patrouille maritime Atlantique[a].
  • 1991 - 1995
Direction générale internationale : responsable des ventes avec l'Asie - contrat Mirage avec l'Inde[8].
  • 1995 - 2000
Direction générale internationale : responsable des ventes avec les Émirats arabes unis - contrat Mirage 2000-9 avec les Émirats[9].
  • 2000 - 2001
Direction générale internationale : directeur régions Moyen-Orient & Afrique[10].
  • 2001 - 2005
Direction générale internationale : directeur des exportations militaires[10].
  • 2002 - 2005
Directeur général international adjoint : négociations et signatures des Accords nEUROn avec Saab/Suède, RUAG/Suisse, Alenia/Italie, HAI/Grèce, EADS/Espagne.
  • Négociateur des accords industriels pour la fabrication du drone de combat, le nEUROn : Eric Trappier a négocié le partenariat avec des industriels au niveau international et notamment avec les acteurs suédois (Saab), espagnol (EADS), italien (Alenia) suisse (RUAG) et grec (HAI)[11].
  • 2006
Directeur général international
Président-directeur général[12],[13],[14].

Autres activitésModifier

  • Membre du comité de direction de Dassault Aviation.
  • Administrateur de Thales Systèmes aéroportés SA
  • Administrateur-gérant du GIE Rafale International[15].
  • Administrateur Odas, Sofema, Eurotradia.
  • Président de l'ASD (Aerospace and Defense Industries Association of Europe ASD-STAN) à Bruxelles.
  • Président et administrateur du GIFAS[16].
  • Président du CIDEF (Conseil des Industries de Défense Françaises)[17].

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

NotesModifier

  1. Appareil qui ne sera finalement jamais vendu à l'export.

RéférencesModifier

  1. « Le Figaro du 18 décembre 2012 : Eric Trappier, nouveau pilote de Dassault Aviation ».
  2. « Blooberg TV : Dassault Names Eric Trappier as Chief to Succeed Edelstenne ».
  3. « Marianne du 18 décembre 2012 : Dassault-Aviation : Eric Trappier succède à Charles Edelstenne, l'avionneur fait le choix de la coopération internationale ».
  4. « Journal de l'aviation du 18 décembre 2012 : Dassault Aviation : Charles Edelstenne passe les commandes à Éric Trappier ».
  5. « Le 30 mai 2017, l’AeroSpace and Defence Industries Association of Europe (ASD) a annoncé la nomination de M. Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, en tant que Président de l’Association »
  6. « Eric Trappier (Dassault) prend le manche du GIFAS avant le salon du Bourget », sur latribune.fr, (consulté le ).
  7. « Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, devient Président du CIDEF », sur dassault-aviation.com, (consulté le )
  8. « Les Echos du 28 décembre 2012 : Eric Trappier, dur en affaires ».
  9. « Le Monde Économie du 18 décembre 2012 : Eric Trappier, nouveau PDG de Dassault Aviation ».
  10. a et b « Eric Trappier nommé à la tête de Dassault Aviation à la place de Charles Edelstenne », sur challenges.fr, .
  11. « Le Parisien du 19 décembre 2012 : Déclaration d'Eric Trappier : « Nous, Dassault, sommes convaincus que le futur avion de combat européen, qu'il soit piloté ou non piloté, se fera en coopération européenne » ».
  12. « Les Echos du 18 décembre 2012 : Le directeur général de l'international succède à la tête de l'avionneur à Charles Edelstenne, atteint par la limite d'âge des 75 ans ».
  13. « L'Usine nouvelle du 18 décembre 2012 : En nommant Eric Trappier, Dassault veut mettre le paquet sur le Rafale ».
  14. « Le Point du 10 janvier 2013 : Éric Trappier passe le mur du son ».
  15. Prisma Media, « DASSAULT AVIATION : Le G.I.E. Rafale composé de Dassault Aviation, Thales et Snecma se met en ordre de bataille en Grèce et renforce sa présence à Athènes. », sur Capital.fr (consulté le ).
  16. « Le Journal de l'Aviation du 11 juillet 2013 : Nomination d'Eric Trappier en tant que premier vice-président du CA au GIFAS ».
  17. « Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, devient Président du CIDEF ».
  18. « Décret du 31 décembre 2015 », (consulté le ).
  19. « Décret du 14 novembre 2003 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).