Émile Soldi

sculpteur, tailleur de camées, graveur en médailles et écrivain d'art français

Émile Arthur Soldi (1846-1906), est un sculpteur, médailleur et historien de l'art français.

Émile Soldi
Naissance
Décès
(à 59 ans)
Rome (Italie)
Nom de naissance
Emile Arthur Soldi
Autres noms
Émile Soldi-Colbert de Beaulieu
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Distinctions

BiographieModifier

Son père était d'origine danoise et naturalisé français. Émile Soldi débute comme médailleur et suit les cours de l'École des beaux-arts de Paris, dans les ateliers de Jean-Baptiste Farochon (1812-1871), Auguste Dumont (1801-1884) et Eugène-Louis Lequesne (1815-1887). Il obtient le prix de Rome en gravure de médaille en 1869 avec La Fortune et l'Enfant.

Selon le plan du site d'Angkor Thom relevé par Louis Delaporte, il exécute un modèle de l'une des portes d'un des temples en restauration en 1880.

Émile Soldi est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1878[1].

ŒuvresModifier

Œuvres dans les collections publiquesModifier

MédaillesModifier

  • Médaille défense nationale 1870-1871, avec Aimé Millet.
  • À la mémoire des victimes de l'invasion de 1870-1871, médaille en bronze.
  • Médaille à la mémoire des mobiles de la Seine-Inférieure.
  • La duchesse Colonna de Castiglionne, portrait en médaillon.

PublicationsModifier

  • L'Art et ses procédés depuis l'Antiquité : La sculpture égyptienne, Paris, Édition E. Leroux, 1876.
  • L'Art égyptien, Paris, Édition E. Leroux, 1876.
  • Les erreurs d'un érudit, Lettre à M. E. Saglio, Paris, E. Leroy, 1879.
  • L'article Caelatura du dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, signé par M. E. Saglio, Paris, Hachette et Cie, 1879.
  • Les Arts méconnus, Paris, E. Leroux, 3e édition, 1881.
  • Recueil et Mémoire pour l'Histoire de l'Art, 1881.
  • Les nouveaux musées du Trocadéro, Paris, E. Leroux, 1881.
  • La Langue sacrée. Le mystère de la création, Paris, Heymann, 1897.
  • La Langue sacrée : la cosmoglyphie, le mystère de la création, Paris, Heymann, 1897.
  • La langue sacrée : le temple et la fleur ; Les signes construits et fleuris ; des pyramides au Parthénon ; le voyagede l'âme dans l'autre monde ; Origine de l'art, Paris, Heymann, 1899.
  • L'arbre de la science : origine de l'écriture et de l'alphabet, la lettre S., Paris, E. Leroux, 1900.
  • Les armes magiques : le signe de croix, 1 partie ; l'enveloppe universelle, la lettre teth ø, Paris, E. Leroux, 1903.

SalonsModifier

  • 1872 : Actéon, plâtre.
  • 1873 : Gallia, haut-relief en plâtre ; Actéon, onyx, il obtient une médaille de troisième classe.
  • 1874 : Souvenir de Venise ; Giotto enfant ; Les Armes de Persée et de Bellérophon.
  • 1875 : Hommage à Beethoven ; Médaille allégorique de la reconstruction des monuments de Paris ; Portrait de M. et Mlle.
  • 1876 : La Science ; L'Art, deux bas-reliefs en marbre.
  • 1877 : Paris.
  • 1879 : Mme Ujfalvy ; Mlle S. Perois.
  • 1880 : Mme Thérèse Tua, lauréate du Conservatoire.
  • Salon des artistes français :
    • 1881 : Le Baron Fernand de Tombelle ;
    • 1882 : À l'Opéra ; Le Marquis de Turbilly ;
    • 1883 : Portrait de Chevreul ;
    • 1887 : Portrait du peintre Gustave Guillaumet, buste ;
    • 1888 : Gallia, haut-relief en marbre ;
    • 1891 : Actéon, marbre ; Walbecq-Adam ;
    • 1895 : Louis David ;
    • 1898 : La Rosée ; La Flamme.

Notes et référencesModifier

  1. Base Léonore
  2. « Flore », notice sur musee-orsay.fr.
  3. « Gallia », notice sur musee-orsay.fr.
  4. « À la mémoire des victimes de l'invasion de 1870-1871 », notice sur musee-orsay.fr.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Grande Encyclopédie Larousse.
  • Dictionnaire Bénézit.
  • Christian Ferault et Jacques Risse, A propos du buste de Michel-Eugène Chevreul à l'Hôtel de l'Académie d'agriculture de France, mars 2020, 7p., academie-agriculture.fr

IconographieModifier

Liens externesModifier