Émile Petit
Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie anonyme d'Émile Petit

Naissance
Perpignan, Drapeau de la France France
Décès (à 76 ans)
Perpignan, Drapeau de la France France
Activité principale Organiste et compositeur
Style Musique romantique
Activités annexes Professeur de piano
Lieux d'activité Perpignan
Années d'activité 1869-1921
Ascendants Bonaventure Petit
Descendants Marie-Antoinette Belloc, née Petit

Émile Jean Ludovic Petit, né le à Perpignan, où il est mort le , est un professeur de piano, organiste et compositeur français.

Biographie modifier

 
Émile Petit dessiné par Han Coll aux claviers du grand-orgue Aristide Cavaillé-Coll de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan

Émile Petit a suivi une carrière musicale analogue à son père Bonaventure Petit. À Perpignan, il est tour à tour professeur de musique à l'École normale (1874-1880), professeur de piano au Pensionnat du sacré-Cœur, pendant 30 ans, directeur de la Société Sainte-Cécile et organiste de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste (1900-1921). En outre, il réorganise en 1869 la maîtrise de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste (École du Sanctuaire) qui obtient le 1er prix ex-æquo avec celle de Langres lors de l'inspection de Vervoitte, Inspecteur général de la musique religieuse.

Son œuvre consultable aux Archives départementales des Pyrénées-Orientales (Fonds musical Petit 124 J), comprend une Cantate aux morts de 1870, une Messe pour grand orchestre en sol majeur, l'oratorio Les sept douleurs de la Vierge ainsi que des cantiques, des motets, des pièces pour piano, pour orgue et de la musique de salon.

Comme écrit dans ses nécrologies, pour ses contemporains, à l'orgue, il fut un improvisateur remarquable, doué d'une riche imagination et d'une grande virtuosité[1]. Au piano, il fut remarqué par la qualité de son jeu, notamment dans l'interprétation des œuvres de Chopin et de Beethoven[2].

De son union avec Gracieuse Franceschi (1851-1896) à Perpignan le naîtront quatre enfants. Sa fille aînée, Antoinette (1873-1942), professeur de piano et compositrice, se marie à Perpignan le avec le sculpteur Jean-Baptiste Belloc.

Notes et références modifier

  1. « Nécrologie », La semaine religieuse du diocèse de Perpignan, no 24,‎ , p. 259-260.
  2. « L'orgue de la Cathédrale : Ce qu'en disait Viollet-le-Duc. – Sa description. – Biographie de M. Petit, organiste. – Anecdote », La Veu del Canigó, no 79,‎ , p. 36
 
Transcription pour piano et chant de l'Oratorio Les sept douleurs de la Vierge (1892)

Bibliographie modifier

  • « L'orgue de la Cathédrale : Ce qu'en disait Viollet-le-Duc. – Sa description. – Biographie de M. Petit, organiste. – Anecdote », La Veu del Canigó, no 79, , p. 34-36.
  • « Nécrologie », Le Roussillon, no 67, , p. 2.
  • Rosine, « Après Bodin de Boismortier c'est au XIXe siècle surtout que les compositeurs roussillonnais se sont distingués », Reflets du Roussillon, no 47, Automne 1964, p. 36-41.
  • Fonds musical Petit 124 J des Archives départementales des Pyrénées-Orientales (Notice dans le Catalogue collectif de France).
  • Émile Claverie, « Une saga familiale qui commence à Prades », L'Indépendant,‎ , p. 20