Ouvrir le menu principal

Émile Gounin

personnalité politique française

Émile Gounin
Illustration.
Fonctions
Maire d'Amboise
[1]
Prédécesseur Edouard Vernon
Successeur Maurice Mercier
Conseiller général d'Indre et Loire
[2]
Successeur Michel Debré
fondateur et président du Syndicat Départemental d'Electrification
Successeur André-Georges Voisin
Biographie
Nom de naissance Michel Émile Gounin
Date de naissance [3]
Lieu de naissance Issoudun
Date de décès (à 92 ans)[3]
Lieu de décès Amboise (Indre-et-Loire)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Parti républicain, radical et radical-socialiste
Profession Industriel (Chaussures)

Émile Gounin, né le à Issoudun et mort le à Amboise[3], est un homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Industriel dans la chaussure et fils d'artisan fabricant de chaussons, il a été maire d'Amboise de 1919 à 1953 [1].

Émile Gounin prend une part importante dans l'électrification du département dès 1925 en particulier dans les campagnes. Cette action aboutira à la création du Syndicat Départemental d’Électrification en 1937. Le SIEIL (Syndicat intercommunal d’énergie d’Indre-et-Loire) se saisit ainsi de la création l'année précédente du Fonds d'amortissement des charges d'électrification (FACÉ) qui vise à organiser la solidarité entre les zones denses (urbaine) et les zones moins denses (rurales).

En 1949, le SIEIL voit ses statuts modifiés afin de prendre la loi de nationalisation de la production d'électricité (création d'EDF) de 1946 en compte.

Il est aussi le fondateur et le premier président de la coopérative d'HLM d'Amboise. Il étendit ensuite son activité au reste du département.

La résistance : le réseau DariusModifier

Émile Gounin appartiendra au Réseau Darius pendant la Seconde Guerre mondiale. Les membres du réseau Darius sont pour la plupart originaires d'Amboise et de sa région ; quelques éléments viennent de Tours, de Loches et de Chinon.

Tous et toutes proviennent de différents milieux : fonctionnaires, artisans, professions libérales, cultivateurs, industriels. Quelques-uns, Gounin, maire d'Amboise, Patry, conseiller général de Beaulieu-lès-Loches sont des radicaux, des modérés ; beaucoup n'ont pas de couleur politique, mais sont des patriotes sincères et ardents. Notons pour quelques-uns leur appartenance à plusieurs réseaux. Madame Rigatte, institutrice, travaille avec Hercule pour Buckmaster ; Gabriel Feuillet est membre de la CND et est inscrit à Libération-Nord, Fernande Nivert est affiliée à la CND Castille. Il en est de même pour Boisseau, fabricant de biscottes, qui est attaché à Libération-Nord.

Formellement constitué au printemps 1944, ses membres ont des activités attestées et coordonnées dès 1942. En 1944 le réseau Darius se fondra dans Libération Nord.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier