Élections sénatoriales burundaises de 2020

Élections sénatoriales burundaises de 2020
Au moins 36 sièges du Sénat
20 juillet 2020
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 495
Votants 3 459
98,97 %
Votes blancs et nuls 63
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Conseil national pour la défense de la démocratie-FDD
Voix 2 485
73,17 %
Sièges obtenus 34  +1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Congrès national pour la liberté
Voix 802
23,62 %
Sièges obtenus 1  +1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Union pour le progrès national
Voix 107
3,15 %
Sièges obtenus 1  −1
CENI

Les élections sénatoriales burundaises de 2020 ont lieu le afin de renouveler les membres du Sénat du Burundi.

Le Conseil national pour la défense de la démocratie-FDD conserve une large majorité des sièges.

ContexteModifier

 
Pierre Nkurunziza.

Le scrutin intervient dans la continuité de la réélection très controversée du président Pierre Nkurunziza en 2015, ayant débouché sur une crise pré puis post-électorale accompagnée d'une tentative avortée de coup d'État de la part d'une partie de l'armée, et d'une vive remontée des tensions interethniques au Burundi. Les élections législatives de juin 2015 sont remportées par son parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD), avec 77 sièges sur les 100 directement élus.

Bien qu'ayant fait modifier la constitution par référendum en mai 2018, lui permettant de se représenter jusqu'en 2034, Pierre Nkurunziza annonce le ne pas être candidat à sa succession en 2020, à la surprise générale[1].

Le gouvernement burundais maintient le scrutin malgré la progression de la Pandémie de Covid-19, qui contraint la quasi totalité des autres pays à reporter les leurs. Le premier vice-président Gaston Sindimwo va jusqu'à qualifier les partisans d'un report d'« ennemis de la démocratie », affirmant que la pandémie n’empêchera pas les élections car les burundais sont « un peuple béni par Dieu »[2].

Système électoralModifier

Le Sénat est la chambre haute du parlement bicaméral du Burundi. Il est doté d'un minimum de 39 sièges pourvus pour cinq ans dont 36 au Scrutin majoritaire indirect par les conseillers communaux des 18 provinces du pays. Deux sénateurs sont élus dans chacune d'elles lors de votes séparés, les deux sénateurs d'une même province ne pouvant appartenir à la même ethnie de manière à assurer la parité entre Hutus et Tutsis[3],[4].

Chacun de ces sénateurs, âgé d'un minimum de 35 ans, est élu au scrutin majoritaire en un maximum de trois tours de scrutin. Au cours des deux premiers, la majorité absolue des suffrages est requise. Si aucun candidat ne l'obtient lors de ces deux tours, un troisième et dernier tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au second, et celui recueillant le plus de suffrages est déclaré élu[3].

A ce total de 36 sénateurs élus s'ajoute trois sénateurs de l’ethnie Twa cooptés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) sur la base de liste présentées par leurs organisations représentatives reconnues, en tenant compte du sexe et de la répartition géographique[4]. De plus, les anciens présidents de la république sont de droit sénateur à vie.

Enfin, un quota de 30 % de femmes est appliqué, dont sont seuls exclus les sénateurs à vie. Si ce pourcentage n'est pas atteint par les sénateurs initiaux, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) procède à des cooptations en attribuant à des candidates féminines de chaque parti un nombre égal de sièges supplémentaires de manière à atteindre le quota de 30 % tout en conservant la part des sièges de chaque parti à la chambre.[4],. L'ensemble des membres cooptés sont choisis par la Céni parmi les candidates non élues figurant sur les listes des partis ayant remporté au moins 2 % des suffrages exprimés au niveau national, en concertation avec ces derniers[3].

La part variable des sièges peut ainsi donner un total bien supérieur au minimum de 39 sénateurs. Lors des premières élections en 2005, malgré un nombre de province de seulement dix sept, antérieur à la scission de celle de Bujumbura, le nombre de sénateur s'élève ainsi à 49 du fait de l'addition de quatre anciens présidents[a] et de huit femmes cooptés pour atteindre le quota[5].

Calendrier électoralModifier

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) rend public en le chronogramme des élections. Les sénatoriales sont organisées le , trois mois après les législatives, les municipales et le premier tour de la présidentielle du [6].

Si un total de cinq partis et un candidat indépendant sont en lice, seuls le Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD–FDD) et le Congrès national pour la liberté (CNL) présentent des candidats dans les 18 provinces du pays. L'Union pour le progrès national (Uprona) en présente quant à elle dans 8 provinces, tandis que le Parti pour la démocratie et la réconciliation (Sangwe-PADER) et l'Alliance pour la paix, la démocratie et la réconciliation (APDR) n'en présentent que dans une chacun. La Ceni annonce fin juin n'avoir rejeté la candidature que d'un seul candidat, un indépendant, pour cause de dossier non complet[7],[8]. La campagne s'étale du au [9].

RésultatsModifier

Sur les 36 sénateurs élus, répartis en raison de la loi électorale en 18 Hutus et 18 Tutsi, 21 sont des hommes et 15 des femmes, soit respectivement 58,33 % et 41,67 % du total. A ces sénateurs élus s'ajoutent les trois sénateurs Twas par cooptation, dont 2 hommes et 1 femme, soit un final de 58,97 % d'hommes et 41,03 % de femmes. Le quota de 30 % de femmes de la loi électorale étant ainsi déjà respecté, il n'est pas procédé à davantage de cooptations[10].

Résultats des élections sénatoriales burundaises de 2020[11],[12],[10]
 
Parti 1er tour Sièges +/-
Voix % Élus Cooptés Total
Conseil national pour la défense de la démocratie–FDD 2 485 73,17 34 0 34   1
Congrès national pour la liberté (CNL) 802 23,62 1 0 1   1
Union pour le progrès national (Uprona) 107 3,15 1 0 1   1
Parti pour la démocratie et la réconciliation (Sangwe-PADER) 2 0,06 0 0 0  
Alliance pour la paix, la démocratie et la réconciliation (APDR) 0 0,00 0 0 0  
Indépendants 0 0,00 0 0 0  
Sièges réservés aux Twas[b] 3 3  
Sénateurs à vie[a] 4  
Suffrages exprimés 3 396 98,18
Votes blancs et invalides 63 1,82
Total 3 459 100 36 3 43  
Abstentions 36 1,03
Inscrits / participation 3 495 98,97

Analyse et conséquencesModifier

Le parti au pouvoir conserve une large majorité des sièges. Le président sortant de l'assemblée nationale Pascal Nyabenda échoue cependant à se faire élire[13].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Jean-Baptiste Bagaza, Pierre Buyoya, Sylvestre Ntibantunganya et Domitien Ndayizeye.
  2. Un siège chacun à l'Union chrétienne pour le développement des déshérités (UCDD), à l'Union pour le développement des Batwa du Burundi (UDBB) et à l'Union des jeunes pour le développement communautaire (UJEDECO)

RéférencesModifier

  1. « Burundi : le président Pierre Nkurunziza annonce qu'il ne se représentera pas en 2020 », sur Europe 1 (consulté le 11 décembre 2019).
  2. « Burundi/Covid-19 : « Pas de question d’ajourner les élections », dixit Gaston Sindimwo – IWACU », sur www.iwacu-burundi.org (consulté le 21 avril 2020).
  3. a b et c « Loi électorale », sur www.droit-afrique.com (consulté le 11 décembre 2019).
  4. a b et c Inter-Parliamentary Union, « IPU PARLINE database: BURUNDI (Inama Nkenguzamateka), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 11 janvier 2020).
  5. Inter-Parliamentary Union, « Élections en 2005 », sur archive.ipu.org (consulté le 11 janvier 2020).
  6. « Burundi / Elections 2020 : la commission électorale dévoile son calendrier », sur www.aa.com.tr (consulté le 11 décembre 2019).
  7. « Sénatoriales: cinq partis et un indépendant en lice – IWACU », sur www.iwacu-burundi.org (consulté le 4 juillet 2020).
  8. Lisa, « Burundi: la CENI recommande aux candidats de respecter les dispositions légales », sur french.china.org.cn, (consulté le 10 juillet 2020).
  9. (en) https://www.facebook.com/agnews.aboumoussadiallo, « Burundi : La CENI donne les dernières consignes pour les sénatoriales 2020 - Nouvelles du Burundi - Africa Generation News », sur Nouvelles du Burundi - Africa Generation News, (consulté le 10 juillet 2020).
  10. a et b (sv) « ARRET RCCB 395 DU 28 JUILLET 2020. », sur www.ceniburundi.bi (consulté le 9 août 2020).
  11. « Ceni », sur www.ceniburundi.bi (consulté le 13 juin 2020).
  12. (en) https://www.facebook.com/agnews.aboumoussadiallo, « Burundi : CENI - Proclamation des résultats des sénatoriales 2020 », sur Nouvelles du Burundi - Africa Generation News, (consulté le 24 juillet 2020).
  13. « Sénatoriales : victoire sans surprise du CNDD-FDD – IWACU », sur www.iwacu-burundi.org (consulté le 31 juillet 2020).