Élections aux Cortes de Castille-La Manche de 2019

Élections aux Cortes de Castille-La Manche
de 2019
33 députés des Cortes
(majorité absolue : 17 députés)
Type d’élection Élections parlementaires régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 606 121
Votants 1 091 900
67,98 %  −3,5
Votes exprimés 1 080 394
Votes blancs 8 754
Votes nuls 11 506
Durée de campagne du au
Emiliano García-Page 2018 (cropped).jpg PSOE – Emiliano García-Page
Voix 476 469
44,10 %
 +8
Députés élus 19  +4
Francisco Núñez Núñez 2012 (cropped).jpg PP – Francisco Núñez
Voix 308 184
28,53 %
 −9
Députés élus 10  −6
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Cs – David Muñoz Zapata
Voix 122 955
11,38 %
 +2,7
Députés élus 4  +4
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Vox – Daniel Arias Vega
Voix 75 813
7,02 %
 +6,5
Députés élus 0  0
(José García Molina) 20181015 1510 Exposición Biblioteca regional (31467836228) (croppedb).jpg Podemos-IU-Equo – José García Molina
Voix 74 777
6,92 %
 −2,8
Députés élus 0  −2
Xe législature des Cortes
Diagramme
Président de la Junte
Sortant Élu
Emiliano García-Page
PSOE
Emiliano García-Page
PSOE
resultados2019.castillalamancha.es

Les élections aux Cortes de Castille-La Manche de 2019 (en espagnol : elecciones a las Cortes de Castilla-La Mancha de 2019) se tiennent le , afin d'élire les 33 députés de la Xe législature des Cortes de Castille-La Manche, pour un mandat de quatre ans.

ContexteModifier

EnjeuxModifier

Les Cortes de Castille-La Manche sont la législature décentralisée et monocamérale de la communauté autonome de Castille-La Manche, dotée d'un pouvoir législatif en matière régionale tel que défini par la Constitution espagnole et le statut d'autonomie de Castille-La Manche, ainsi que de la capacité de voter la confiance en un président de la Junte ou de la retirer. Conformément à l'article 69.5 de la Constitution, les Cortes ont la faculté de désigner des sénateurs représentant la communauté autonome au Sénat.

Dissolution des CortesModifier

Le mandat des Cortes de Castille-La Manche expire quatre ans après la date de son élection précédente, à moins qu'elles n'aient été dissoutes plus tôt. Le président de la Junte doit déclencher des élections vingt-cinq jours avant la date d'expiration des pouvoirs des Cortes, le jour des élections ayant lieu le cinquante-quatrième jour suivant celui de la convocation et devant correspondre au quatrième dimanche du mois de mai. La séance constitutive a lieu dans un délai de vingt-cinq jours à compter de la célébration des élections.

Le président de la Junte a néanmoins la possibilité de dissoudre les Cortes et de convoquer des élections à tout moment, à condition qu'aucune motion de censure ne soit en cours et que cette dissolution n'intervienne pas avant un an après la précédente, ni lorsqu'il ne reste qu'un an avant l'expiration naturelle de la législature ou qu'un processus électoral national est en cours. En cas de dissolution, le mandat de la chambre élue sera limité à la durée naturelle de la législature originelle. Si un processus d'investiture échoue à élire un président régional dans un délai de deux mois à compter du premier tour de scrutin, le candidat du parti disposant du plus grand nombre de sièges est automatiquement désigné chef de l'exécutif régional.

Mode de scrutinModifier

Conformément à l'article 10 du statut d'autonomie de Castille-La Manche, les Cortes sont composées d'un nombre de députés compris entre vingt-cinq et trente-cinq. La loi électorale castillane 5/1986, modifiée en 2014, fixe ce nombre à 33 députés (en espagnol : diputados) élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt à listes fermées par l'ensemble des personnes résidant dans la communauté autonome où résidant momentanément à l'extérieur de celle-ci, si elles en font la demande.

Comme dans toute l'Espagne, le vote blanc est reconnu et comptabilisé comme un vote valide. Il est par conséquent pris en compte pour déterminer si un parti a franchi ou non le seuil électoral. En revanche, conformément à l'article 96.5 de la LOREG, seuls les suffrages exprimés sont pris en compte pour la répartition des sièges à pourvoir.

Conformément à l'article 15 de la loi électorale, la circonscription électorale correspond à la province. L'article suivant dispose que chaque province élit un minimum de trois députés. Les 18 sièges restants sont distribués entre les provinces en fonction de leur population, selon la procédure suivante :

  • on divise le nombre total d'électeurs de la communauté autonome par 18 pour obtenir un quota de partage ;
  • on divise le nombre d'électeurs de chaque province par le quota de partage et on attribue à chacune des provinces autant de députés que la partie entière du quotient ;
  • les députés restants sont distribués aux provinces dont la partie décimale du quotient est la plus élevée.
Circonscriptions Députés Carte
Tolède 9  
Albacete et Ciudad Real 7
Cuenca et Guadalajara 5

Conditions de candidatureModifier

La loi électorale prévoit que les partis, fédérations, coalitions et groupements électoraux sont autorisés à présenter des listes de candidats. Toutefois, les partis, fédérations ou coalitions qui n'ont pas obtenu de mandat aux Cortes lors de l'élection précédente sont tenus d'obtenir au moins la signature de 0,1 % des électeurs inscrits au registre électoral de la circonscription dans laquelle ils cherchent à se faire élire, alors que les regroupements d'électeurs sont tenus d'obtenir la signature de au moins 1 % des électeurs. Il est interdit aux électeurs de signer pour plus d'une liste de candidats. En même temps, les partis et les fédérations qui ont l'intention d'entrer en coalition pour participer conjointement à une élection sont tenus d'informer la commission électorale compétente dans les dix jours suivant le déclenchement de l'élection. L'ordre de présentation des candidats et suppléants sur la liste doit obligatoirement alterner entre des individus de sexe opposé.

Répartition des siègesModifier

Toute candidature qui n'a pas obtenu un minimum de 3 % des voix dans une circonscription n'est pas admise à participer à la répartition des sièges. La répartition se déroule de la manière suivante :

  • on ordonne les candidatures sur une colonne en allant de la plus votée vers la moins votée ;
  • on divise le nombre de voix obtenues par chaque candidature par 1, 2, 3... jusqu'au nombre de sièges à pourvoir dans le but de former un tableau ;
  • on attribue les sièges à pourvoir en tenant compte des plus grands quotients selon un ordre décroissant ;
  • lorsque deux candidatures obtiennent un même quotient, le siège est attribué à celle qui a le plus grand nombre total de voix ; lorsque deux candidatures ont exactement le même nombre total de voix, l'égalité est résolue par tirage au sort et les suivantes de manière alternative.

Les sièges propres à chaque formation politique sont attribués aux candidats en suivant l'ordre de présentation sur la liste. En cas de décès, incapacité ou démission d'un député, le siège vacant revient au candidat ou, le cas échéant, au suppléant placé immédiatement derrière le dernier candidat élu de la liste.

CampagneModifier

Principaux partisModifier

Parti Chef de file Résultat en 2015
Parti populaire de Castille-La Manche
Partido popular de Castilla-La Mancha
Francisco Núñez 37,5 % des voix
16 députés
Parti socialiste ouvrier espagnol
Partido socialista obrero español
Emiliano García-Page 36,1 % des voix
15 députés
Podemos José García Molina 9,8 % des voix
2 députés
Ciudadanos David Muñoz Zapata 8,6 % des voix

SondagesModifier

Sondages en vue des élections aux Cortes de Castille-La Manche de 2019
Institut Date PSOE PP Podemos Cs Autres
SyM Consulting[1] 24/03/18 35 %
(13-17)
32,2 %
(11-14)
9,5 %
(1-2)
14,3 %
(3-4)
3,4 %
Celeste Tel 09/04/2018 37,2 %
(14-17)
28,6 %
(11)
9,0 %
(1-3)
16,8 %
(4-6)
8,4 %
NC Report[2] mai 2018 32,9 %
(13-14)
33,3 %
(13-14)
9,9 %
(2)
15 %
(4-5)
7 %

RésultatsModifier

ParticipationModifier

Taux de participation aux élections
Taux de participation En 2015 En 2019 Différence
à 14 heures 38,45 % 37,72 %  −0,73
à 18 heures 55,32 % 53,40 %  −1,92
à 20 heures 71,52 % 70,82 %  −0,7

Voix et siègesModifier

Total régionalModifier

Partis Voix % Sièges +/−
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) 476 469 44,10 19  +4
Parti populaire de Castille-La Manche (PP) 308 184 25,53 10  −6
Ciudadanos (Cs) 122 955 11,38 4  +4
Vox 75 813 7,02 0  0
Podemos-IU-Equo 74 777 6,92 0  −2
Autres 13 442 1,24
Blanc 8 754 0,81
Votes valides 1 080 394 98,95
Votes nuls 11 506 1,05
Total 1 091 900 67,98 33  
Abstentions 514 221 32,02
Inscrits 1 606 121 100,00

Par circonscriptionModifier

Circonscription Albacete Ciudad Real Cuenca Guadalajara Tolède
Sièges 7   1 7   1 5   5   9  
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Inscrits 310 059 100,00 396 239 100,00 155 157 100,00 220 384 100,00 524 282 100,00
Abstentions 101 304 32,67 125 109 31,57 37 228 23,99 93 063 42,23 157 517 30,04
Votants 208 755 67,33 271 130 68,43 117 929 76,01 127 321 57,77 366 765 69,96
Nuls 2 113 1,01 3 044 1,12 1 325 1,12 1 102 0,87 3 922 1,07
Exprimés 206 642 98,99 268 086 98,88 116 604 98,88 126 219 99,13 362 843 98,93
Partis Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/− Voix % Sièges +/- Voix % Sièges +/-
PSOE 86 626 41,92 4  +1 124 028 46,26 4  0 54 160 46,45 3  +1 49 932 39,56 3  +1 161 723 44,57 5  +1
PP 60 059 29,06 2  −1 76 569 28,56 2  −2 38 226 32,78 2  −1 30 704 24,33 1  −1 102 626 28,28 3  −1
Cs 27 191 13,16 1  +1 30 196 11,26 1  +1 9 174 7,87 0  0 18 220 14,44 1  +1 38 174 10,52 1  +1
Vox 11 744 5,68 0  0 16 032 5,98 0  0 6 521 5,59 0  0 12 024 9,53 0  0 29 492 8,13 0  0
Podemos 16 398 7,94 0  0 16 480 6,15 0  0 6 391 5,48 0  0 11 808 9,36 0  −1 23 700 6,53 0  −1
Autres 2 920 1,41 2 473 0,92 1 002 0,86 2 639 2,09 4 408 1,21
Blanc 1 704 0,82 2 308 0,86 1 130 0,97 892 0,71 2 720 0,75

AnalyseModifier

ConséquencesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) « El PSOE ganaría claramente las elecciones autonómicas de 2019 en Ciudad Real, según un sondeo de SyM Consulting - Lanza Digital », Lanza Digital,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2018).
  2. (es) « Una alianza entre PP y Ciudadanos dejaría a García-Page fuera del Gobierno de Castilla-La Mancha », sur La Razon, (consulté le 30 mai 2018).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier