Ouvrir le menu principal

Élection présidentielle estonienne de 2016

Élection présidentielle estonienne de 2016
(1er tour)
(2e et 3e tours)
(4e et 5e tours)
(6e tour)
Type d’élection Élection présidentielle
Kersti Kaljulaid, Tartu Ülikool (crop).jpg Kersti Kaljulaid – Indépendante
Voix 81
80 %
Président de la République d'Estonie
Sortant Élue
Toomas Hendrik Ilves Kersti Kaljulaid

L’élection présidentielle estonienne de 2016 (en estonien, 2016. aasta Eesti presidendivalimised) se tient au scrutin indirect les et pour les trois premiers tours et le pour les quatrième et cinquième tour. Elle doit désigner le successeur de Toomas Hendrik Ilves, qui, après deux mandats de cinq ans, n'est plus rééligible[1].

Sommaire

RèglesModifier

ProcédureModifier

Le président de la République d'Estonie est élu pour un mandat de cinq ans, renouvelable consécutivement une seule fois, au suffrage universel indirect selon une procédure en deux temps.

Aux trois premiers tours de scrutin, seuls votent les 101 députés membres du Riigikogu. Pour être élu, tout candidat doit recueillir le soutien d'au moins les deux tiers des députés, soit en l'espèce 68 voix. En cas d'échec au premier tour, un deuxième tour a lieu le lendemain. Si celui-ci ne permet pas de désigner un nouveau chef de l'État, un troisième tour de scrutin est tenu le même jour, où seuls peuvent se présenter les deux candidats arrivés en tête du deuxième tour.

Si personne n'a été élu à l'issue de ces trois tours, un collège électoral, constitué des députés et de représentants des collectivités locales, est convoqué par le président du Riigikogu dans un délai d'un mois. Est élu celui qui obtient la majorité absolue des voix. Si ce quatrième tour est infructueux, un cinquième est organisé, et voit la victoire du candidat qui obtient la majorité absolue.

Conditions de candidatureModifier

Aux deux premiers tours, seuls peuvent être candidats les citoyens estoniens âgés d'au moins 40 ans et pouvant justifier du soutien d'au moins un cinquième des députés, c'est-à-dire 21 élus. Au quatrième tour, outre les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix au Riigikogu, tout citoyen justifiant du soutien de 21 membres du collège électoral a le droit d'être candidat.

RiigikoguModifier

CandidatsModifier

Candidats confirmésModifier

Candidats confirmés

Allar Jõks
Union de la patrie et Res Publica et Parti libre d'Estonie
Ancien chancelier de justice[2]
 
Siim Kallas
Parti de la réforme et Parti social-démocrate (2e et 3e tour)
Ancien Premier ministre et commissaire européen[3]
 
Mailis Reps
Parti du centre
Membre du Parlement, ancienne ministre de l’Éducation[4]
 
Eiki Nestor
Parti social-démocrate et Parti de la réforme (1er tour)
Président du Riigikogu, ancien ministre

DésignationModifier

Le 25 mai 2016, le Parti social-démocrate (SDE), approuve la candidature du président du Riigikogu Eiki Nestor[5] tandis que l'Union de la patrie et Res Publica (IRL) propose Allar Jõks. Ce dernier obtient également le 6 août suivant le soutien du Parti libre d'Estonie (EVA)[2].

Le 11 juin, le Parti du centre (EK) élit l'ancienne ministre Mailis Reps par 53 % des voix et avec le soutien de 30 députés. Elle est préférée à l'ancien maire de Tallinn, Edgar Savisaar.

Le 12 juin, le Parti populaire conservateur (EKRE) nomme son président Mart Helme comme son candidat mais avec seulement le soutien de sept députés, sa candidature ne peut être validée.

Le 3 août, le Parti de la réforme (ERE) nomme Siim Kallas, ancien Premier ministre et commissaire européen comme son candidat officiel.

Le 23 août, le Parti social-démocrate et le Parti de la réforme annoncent s'être entendus pour soutenir lors du premier tour Eiki Nestor, l'actuel président du Riigikogu. Si celui-ci ne parvenait pas à être élu, c'est Siim Kallas qui sera soutenu pour les deuxième et troisième tour de scrutin.

Candidats potentielsModifier

Les candidats peuvent être désignés par un cinquième, soit 21, des députés du Riigikogu[6]. À côté des candidats confirmés, les personnes suivantes sont prêtes à être candidats si elles sont désignées:

  • Urmas Paet, membre du Parlement européen, ancien ministre des Affaires étrangères[9],

Candidats dont la candidature n'a pas été validéeModifier

RésultatsModifier

Le 29 août, le président du Riigikogu, Eiki Nestor n'obtient que 40 voix au premier tour alors qu'il lui en faut 68 pour être élu. À la suite de cet échec, il retire sa candidature. Le lendemain, le Parti social-démocrate et le Parti de la réforme proposent Siim Kallas, ancien Premier ministre, comme candidat.

Lors du second tour, le 30 août, Siim Kallas arrive en tête avec 45 voix tandis que Mailis Reps obtient 32 voix et Allar Jõks 20 voix.

Pour le troisième tour, seuls les deux candidats arrivés en tête lors du vote précédent peuvent y participer. Siim Kallas obtient 42 voix et Mailis Reps obtient 26 voix, loin des 68 voix nécessaires pour être élu.

Candidate Premier tour Second tour Troisième tour
Votes % Votes % Votes %
Allar Jõks 25 24,75 21 20,79
Siim Kallas 45 44,55 42 41,58
Eiki Nestor 40 39,60
Mailis Reps 26 25,74 32 31,68 26 25,74
Invalidés/Votes blancs 8 7,92 1 0,99 30 29,70
Abstentions 2 1,98 2 1,98 3 2,97
Total 101 100,00 101 100,00 101 100,00

Collège électoralModifier

Le troisième tour ayant échoué à faire élire un nouveau président, le collège électoral, constitué des députés et de représentants des collectivités locales, soit au total 335 membres, est convoqué par le président du Riigikogu pour le 24 septembre. Sera élu celui ou celle qui obtiendra la majorité absolue des voix de 168 au premier tour ou au second tour.

Le , Marina Kaljurand démissionne de son poste de ministre des Affaires étrangères et annonce sa candidature à l'élection présidentielle ayant reçu le soutien de 21 membres du collège électoral.

Le , le président du Parti populaire conservateur d'Estonie, Mart Helme, annonce sa candidature. Il obtient les 21 voix nécessaires pour être candidat.

CandidatsModifier

Candidats confirmés

Allar Jõks
Union de la patrie et Res Publica et Parti libre d'Estonie
Ancien chancelier de justice
 
Siim Kallas
Parti de la réforme
Ancien Premier ministre et commissaire européen
 
Mailis Reps
Parti du centre
Membre du Parlement, ancienne ministre de l’Éducation
 
Mart Helme
Parti populaire conservateur
Membre du Parlement, ancien ambassadeur
 
Marina Kaljurand
Parti social-démocrate
Ancienne ministre des Affaires étrangères et ambassadrice

RésultatsModifier

Candidate Quatrième tour Cinquième tour
Votes % Votes %
Mart Helme 16 4,78 - -
Allar Jõks 83 24,78 134 40
Marina Kaljurand 75 22,39 - -
Siim Kallas 81 24,18 138 41,19
Mailis Reps 79 23,58 - -
Invalidés/Votes blancs 0 0 60 17,91
Abstentions 1 0,03 3 0,09
Total 335 100,00 335 100,00

Retour au ParlementModifier

Pour la première depuis l'indépendance du pays en 1991, le président n'est pas élu après les 5 premiers tours. La procédure recommençant, le sixième tour sera similaire au premier et aura lieu le .

CandidatsModifier

Le 24 septembre, après le dévoilement des résultats du cinquième tour, les candidats Allar Jõks, Siim Kallas, Mart Helme et Marina Kaljurand annoncent qu'ils ne participeront pas au sixième tour. S'ensuit une inquiétude face à une éventuelle future crise constitutionnelle, les autres candidats n'ayant toujours pas confirmé leur participation.

Le 27 septembre, le conseil des anciens du Parlement estonien (composé du président et des deux vice-présidents du Parlement et des présidents de groupe parlementaire), dans le but de trouver un candidat commun pour tous les partis, décide de proposer le nom de Kersti Kaljulaid, ancienne membre de la Cour des comptes européenne comme candidate. La proposition est accueillie favorablement par les partis représentés au Parlement, la plupart des députés soutenant cette candidature.

RésultatsModifier

Candidate Sixième tour
Votes %
Kersti Kaljulaid 81 80,19
Invalidés/Votes blancs 17 16,83
Abstentions 3 2,98
Total 101 100,00

Sondages d'opinionModifier

Bien que le président soit élu au Riigikogu, il y a de nombreux sondages de l'opinion publique[11].

Source du sondage Date(s) Taille de l'échantillon                    
Kaljurand
Ind.
Savisaar
Kesk
Tarand
Ind.
Kallas
Ref
Rüütel
EKRE
Ergma
IRL
Paet
Ref
Helme
EKRE
Jõks
Ind.
Nestor
SDE
Reps
Kesk
TNS Emor Juin 2016 1 375 25% 14% 6% 11% 4% 5% 11% 2% 2%
TNS Emor Avril 2016 1 293 30% 14% 10% 12% 5% 3% 2%
Turu-uuringute AS Janvier 2016 1 001 23% 14% 9% 8% 5% 4% 3% 3%
TNS Emor Décembre 2015 20,3% 12,6% 9,5% 10,6% 3,2% 4% 2,9% 1,4%
TNS Emor Août 2015 1 203 14,3% 13,2% 10,1% 11,2% 3,4% 5,4% 4,8% 2,3%
TNS Emor Mars 2015 1 251 10,4% 13% 9,6% 13% 3,6% 6,7% 1,3%

Notes et référencesModifier

  1. « L'Estonie au quotidien », Rodolphe Laffranque (consulté le 10 août 2016).
  2. a et b (en) « Allar Jõks confirms intention to run for president in the Riigikogu », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  3. (en) « Reform Party Board of Directors confirms Siim Kallas as party's presidential candidate », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  4. (et) « Keskerakonna presidendikandidaadiks valiti Mailis Reps », Postimees, (consulté le 10 août 2016).
  5. (en) « Eiki Nestor announces bid for Estonian presidency », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  6. (et) « President of the Republic of Estonia Elections », Vabariigi Valimiskomisjon (consulté le 10 août 2016).
  7. (en) « Jaak Jõerüüt also prepared to run for president », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  8. (en) « Foreign minister Marina Kaljurand ready for presidential nomination », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  9. (en) « MEP Urmas Paet ready to run for president in Estonia », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  10. (en) « EKRE Council proposes convention choose Mart Helme as party’s presidential candidate », Eesti Rahvusringhääling, (consulté le 10 août 2016).
  11. (en) « Poll: Foreign Minister Marina Kaljurand would be most popular presidential candidate », Eesti Rahvusringhääling, .

Voir aussiModifier