Édouard Cumenge

minéralogiste français

Édouard Cumenge est un ingénieur des mines et minéralogiste français. Né à Castres (Tarn) le , mort à Paris le .

BiographieModifier

Reçu à l’École navale, il y renonce et entre à Polytechnique en 1845 (sorti classé 7e sur 131 élèves), puis choisi l’École des mines de Paris (entré classé 4e sur 7 élèves)[1]. Le 28 janvier 1851, il entre au Bureau d'Essais de l'École des Mines en tant qu'ingénieur ordinaire. Le 11 mars 1852, il prend un congé illimité… jusqu'à la fin de sa carrière[1]. Jusqu'en 1873 il va travailler avec son beau-père, M. Guibal, un des promoteurs de l'industrie du caoutchouc[1]. Il devient ensuite ingénieur-conseil pour le compte d'investisseurs intéressés par l'industrie minière[2] et fera de nombreux voyages à travers le monde : Espagne, Italie, Grèce, Venezuela, Colombie, États-Unis, Mexique, etc[1] Il interviendra à de nombreuses reprises pour le compte de la banque Mirabaud et Cie et la banque de la Famille Rothschild et sera à l'origine de brillantes réussites, comme la Compagnie du Boléo à Santa Rosalia (Basse-Californie du Sud). C'est en effet le rapport rédigé par Edouard Cumenge et Georges de la Bouglise le 15 décembre 1884[3] qui a décidé la banque Mirabaud et Cie à créer la Compagnie du Boléo le 16 mai 1885[4]. Edouard Cumenge sera le premier directeur général de la Compagnie du Boléo, de 1885 à 1895, et toute sa vie, même après n'être plus en poste, il restera attaché à cette entreprise et fera régulièrement des visites sur le site minier, jusqu'en 1902, quelques mois avant son décès[5]. Edouard Cumenge sera toute sa vie féru de sciences, en particulier de minéralogie et sera même nommé correspondant du Muséum national d'histoire naturelle en 1895[6]. Il est aussi amateur de poésie[7] et défenseur de la langue d'Oc[8].

HéritageModifier

Edouard Cumenge ramènera de ses missions de multiples échantillons de minéralogie qui permettront la description de nouvelles espèces minérales dont la Guejarite, trouvée dans le district de Guejar de la Sierra Nevada ; la Boléite, la Pseudoboléite et la Cumengeite du Boleo, étudiées sur ses échantillons par François Ernest Mallard[9] ; un minerai d'urane, la Carnotite, venant de Montrose (Colorado), dont l'examen fut fait par Charles Friedel. Enfin, il est l'auteur en 1898, d'une espèce déclassée l'andiestite qui est un mélange de tellurobismutite (en) et de hessite (en). À noter que le minéralogiste Kenngott (en) lui avait également dédié une espèce la Cumengite (celle-ci a été déclassée au rang de synonyme de stibiconite (en)).

SourcesModifier

  • Louis de Launay, Notice sur Edouard Cumenge, t. 4, Annales des mines, , p. 577-583
  • « Bernard Louis Philippe Édouard CUMENGE (1828-1902) », sur Annales des Mines (consulté le 2 octobre 2011)
  • Isabelle Dumielle-Chancelier (dir. François-Xavier Guerra), La Compagnie du Boléo 1885-1954, Paris, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (Thèse de doctorat), 1993
  • Isabelle Dumielle, Messieurs Mirabaud et Cie : d'Aigues-Vives à Paris, via Genéve et Milan, Editions familiales,

BibliographieModifier

  • Edouard Cumenge, Etude sur les gisements de charbon et de bitume, de la Trinidad, Dunod,
  • Edouard Cumenge, Notes sur Rio-Tinto, Imprimerie de Chaix,
  • Edouard Cumenge et Georges de la Bouglise, Etude sur le district cuprifère du Boléo, Basse-Californie, Imprimerie et Librairie Centrales des Chemins de Fer,
  • Edouard Cumenge, Edmond Fuchs et Edmond Fremy (dir.), Métaux. 16e cahier, L'Or, ses propriétés, ses gisements et son extraction, t. 3, Vve Ch. Dunod, coll. « Encyclopédie chimique »,
  • Edouard Cumenge, Edmond Fuchs, Fernand Robellaz, Charles Laforgue, Edouard Saladin et Edmond Fremy (dir.), Applications de chimie inorganique. 2e section, Industries chimiques. 2e partie, Métallurgie. L'Or. 1re section. Exploitation et traitement des minerais aurifères, t. 5, Vve Ch. Dunod, coll. « Encyclopédie chimique »,
  • Edouard Cumenge, Edmond Fuchs, Fernand Robellaz, Charles Laforgue, Edouard Saladin et Edmond Fremy (dir.), Application de chimie inorganique. 2e section, Industries chimiques. 2e partie, Métallurgie. L'Or. 2e section. Traitement des minerais auro-argentifères, t. 5, Vve Ch. Dunod, coll. « Encyclopédie chimique »,
  • Edouard Cumenge, Note sur deux espèces minérales nouvelles, la boleite et la cumengèite, Imprimerie de Lahure,
  • Edouard Cumenge, Contes noirs et contes bleus (1878-1895) : Souvenirs de voyages, Imprimerie générale Lahure, (lire en ligne)
  • Edouard Cumenge, Répapiatsès d'un biel d'al pais dé léngo d'oc, Imprimerie de Lahure,
  • Edouard Cumenge et Fernand Robellaz, L'or dans la nature : Minéralogie - Géologie, étude des principaux gites aurifères, statistiques, P.Vicq-Dunod et Cie, (lire en ligne)
  • Edouard Cumenge, Répapiatsés : d'un Biel d'al pais dé léngo d'oc. Ségoundo partido, Imprimerie de Lahure,


Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Bernard Louis Philippe Édouard CUMENGE (1828-1902) », sur Annales des Mines (consulté le 2 octobre 2011)
  2. Isabelle Dumielle-Chancelier, La Compagnie du Boléo 1885-1954, 1993, p. 35
  3. Edouard Cumenge et le jeune ingénieur centralien Georges de la Bouglise, par ailleurs fondateur de la société exploitant le vélocipède, Étude sur le district cuprifère du Boléo, Basse-Californie, 1885
  4. Isabelle Dumielle-Chancelier, La Compagnie du Boléo 1885-1954, 1993, p. 84,88-89
  5. Isabelle Dumielle-Chancelier, La Compagnie du Boléo 1885-1954, 1993, p. 162-164
  6. Bulletin du Muséum d'histoire naturelle, « 7e réunion des naturalistes du Muséum », sur Gallica, (consulté le 27 septembre 2011)
  7. Edouard Cumenge, Contes noirs et contes bleus, 1895
  8. Edouard Cumenge, Répapiatsès d'un biel d'al pais dé léngo d'oc, 1897
  9. Mallard et E. Cumenge, « Sur une nouvelle espèce minérale, la Boléite », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences de Paris, vol. 113,‎ , p. 519-524 (lire en ligne)