L'école de Laval est une école historique de l'Université Laval dirigée par Marcel Trudel, Jean Hamelin et Fernand Ouellet. Ces historiens ont pour modèle le père Georges-Henri Lévesque.

L'école de Laval pose la thèse du recul des Canadiens français et répond que la cause profonde du malaise est le cléricalisme ou influence néfaste du clergé sur la société. Leurs recherches doivent beaucoup à l'apport de la sociologie moderne[1].

Cette école est souvent mise en en comparaison à l'école historique de Montréal pour qui le problème vient surtout de la Conquête britannique[2] de la Nouvelle-France. Les divergences d'opinions importantes entre historiens ont récemment donné à des controverses historiographiques, en particulier depuis l'arrivée du programme d'histoire et éducation à la citoyenneté du Renouveau pédagogique[3].

Quelques historiens affiliésModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'histoire nationale à l'école québécoise, sous la direction de Félix Bouvier, Michel Allard, Paul Aubin et Marie-Claude Larouche, Éditions du Septentrion, 2012, page 339.
  2. L'histoire nationale à l'école québécoise, sous la direction de Félix Bouvier, Michel Allard, Paul Aubin et Marie-Claude Larouche, Éditions du Septentrion, 2012, page 338.
  3. « Enseigner une histoire « orientée » ? », Lisa-Marie Gervais, Le Devoir (page consultée le 11 mai 2013)