Zur wahren Eintracht

Zur wahren Eintracht (À la vraie Concorde en français) est une loge maçonnique fondée le à Vienne par quinze membres de la loge « Zur gekrönten Hoffnung » (« À l'Espérance couronnée »).

Zur wahren Eintracht
Cadre
Type
Siège social

HistoireModifier

Le premier vénérable maître est le médecin Ignaz Fischer. Le , Ignaz von Born lui succède. Sous sa direction, la loge prend une orientation scientifique et approche les Illuminés de Vienne.

Une particularité de la loge est que ses « dessins » (des conférences en dehors de la « réunion des frères »), sept questions, sont publiés entre 1783 et 1788. La loge a sa propre bibliothèque et un cabinet de sciences naturelles acquis par von Born.

Le , l'empereur Joseph II délivre un brevet de franc-maçonnerie qui limite le nombre de loges et réclame la déclaration officielle de leurs membres. En conséquence, plusieurs loges dont Zur wahren Eintracht fusionnent le pour former la loge Zur Wahrheit (À la Vérité), avec von Born comme vénérable maître. Cependant gagné par des conflits internes, elle est officiellement dissoute en . En 1793, les deux autres loges viennoises sont dissoutes aussi. En 1795, l'empereur François II interdit la franc-maçonnerie dans toute la monarchie.

MembresModifier

La liste de présence de la loge est conservée par les archives autrichiennes.

Parmi plus de deux cents frères, on trouve des artistes, des scientifiques et des intellectuels de renom comme les musiciens Joseph Haydn et Johann Holzer (de), les écrivains Alois Blumauer, Johann Baptist von Alxinger, Joseph Franz Ratschky (de), Cornelius Hermann von Ayrenhoff (de), Johann Georg Schlosser, Johann Pezzl (de), Karl Leonhard Reinhold, Otto Heinrich von Gemmingen-Hornberg (de), le sculpteur Franz Anton von Zauner, le botaniste Emmanuel von Canal, le minéralogiste Karl Ludwig Giesecke, le juriste et réformateur Joseph von Sonnenfels, le théologien Carl Wilhelm Hilchenbach (de)... Angelo Soliman, le "Prince Maure", fut vice-maître des cérémonies.

Wolfgang Amadeus Mozart, membre d'une autre loge (Zur Wohltätigkeit), est un invité fréquent dans les travaux de Zur wahren Eintracht et est promu compagnon[1].

Notes et référencesModifier

  1. Deutsch, p. 231. Le livre de Deutsch répertorie les visites de Mozart à Zur wahren Eintracht, conservées dans les livres de visites de la loge.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Otto Erich Deutsch, Mozart : A Documentary Biography, Stanford University Press, , 692 p. (ISBN 0-8047-0233-0, lire en ligne)
  • Hans-Josef Irmen: Die Protokolle der Wiener Freimaurerloge „Zur Wahren Eintracht“, 1781–1785. Frankfurt am Main [u.a.], 1994.
  • Heinz Schuler: Die St. Johannis-Freimaurerloge “Zur wahren Eintracht”. Die Mitglieder der Wiener Elite-Loge 1781 bis 1785., in: Genealogisches Jahrbuch 31 (1992), Neustadt/Aisch 1992, S. 5–41.
  • Die Übungslogen der gerechten und vollkommenen Loge Zur wahren Eintracht im Orient zu Wien 1782–1785. Herausgegeben von Erich Lessing. Wien, Großloge von Österreich, 1984.