Ouvrir le menu principal

Yannick Ripa

historienne française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ripa.
Yannick Ripa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Yannick Ripa (née en ) est une historienne française. Professeure à l'université de Paris VIII à Saint-Denis, elle est également membre de l'axe genre du LabEx EHNE[1], membre de l'UMR SIRICE et collaboratrice régulière au journal Libération.

BiographieModifier

Spécialiste, dans un premier temps, d'histoire du XIXe siècle, elle a d'abord soutenu une thèse de doctorat sous la direction de Michelle Perrot, ayant donné lieu à une première publication : La ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXe siècle (Aubier, 1985)[2]. Elle s'est ensuite intéressé à l'Histoire du rêve, regards sur l'imaginaire des français au XIXe siècle (Olivier Orban, 1988)[3]. Par la suite, elle est devenue spécialiste de l'histoire des femmes espagnoles au XXe siècle, s'intéressant particulièrement aux violences exercées sur celles-ci (viols, tontes, etc.) et publiant divers articles sur ce sujet.

Après avoir soutenu une thèse d'habilitation à diriger des recherches sous la direction d'Alain Corbin, elle a publié le premier manuel d'histoire des femmes : Les femmes actrices de l'Histoire. France, 1789-1945 (SEDES, 1999). Elle est aussi l'auteur d'un livre d'idées reçues sur Les femmes (Cavalier bleu, 2002) et, en 2010, d'un ouvrage sur Hersilie Rouy, une artiste du XIXe siècle internée arbitrairement en asile, qui réussit à en sortir et qui lança dès lors un combat contre les internements psychiatriques abusifs[4],[5]. En 2015, elle dirige la publication d'un ouvrage collectif, L'étonnante histoire des Belles-Mères, analysant les clichés sur ces femmes[6]. Dans le cadre du labex EHNE.fr, elle participe à l'élaboration collective de l'ouvrage L'Europe des femmes en 2017 (Perrin), puis l'année suivante elle publie au Cavalier bleu Femmes d'exception, les raisons de l'oubli.

En 2007, elle appelle à voter pour Ségolène Royal, dans un texte publié dans Le Nouvel Observateur, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance »[7].

OuvragesModifier

  • Femmes d'exception. Les raisons de l'oubli, Le Cavalier bleu, 2018.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Karine Lambert, « Yannick Ripa, L’affaire Rouy. Une femme contre l’asile au XIXe siècle, Paris, Taillandier, 2010, 304 p. », Genre & Histoire,‎ (lire en ligne).
  • Thomas Ferenczi, « Histoire : Splendeur et misère du rêve », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • R. J., « L'idiote, l'hystérique et la nymphomane », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Dictionnaire des Créatrices, Antoinette Fouque-Éditions des Femmes, 2013.
  • Nicole Edelman, « Yannick Ripa, L’Affaire Rouy. Une femme contre l’asile au XIXe siècle », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique,‎ , p. 112-113 (lire en ligne).
  • Alix Ratouis, « Au XXIe siècle, la belle-mère est toujours caricaturée », Le Point,‎ , p. 112-113 (lire en ligne).

WebographieModifier

Article connexeModifier