Yalvaç

district de Turquie

Yalvaç
Antioche de Pisidie
Yalvaç
Musée de Yalvaç
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région méditerranéenne
District Yalvaç
Province Isparta
Code postal 32400
Indicatif téléphonique international +(90)
Indicatif téléphonique local 246
Plaque minéralogique 32
Démographie
Population 22 186 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 38° 17′ 44″ nord, 31° 10′ 40″ est
Altitude 1 100 m
Localisation
Localisation de Yalvaç
Districts de la province de Isparta
Géolocalisation sur la carte : Turquie
Voir sur la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Yalvaç
Géolocalisation sur la carte : Turquie
Voir sur la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Yalvaç
Liens
Site du district http://www.yalvac.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Yalvaç est un chef-lieu de district de la province d'Isparta dans la région méditerranéenne de Turquie.

GéographieModifier

La ville est a une altitude de 1 100 m. Le district a une superficie d'environ 1 415 km2 avec une densité de population d'environ 72 hab/km2[1].

Année District Ville
1990[1] 85 053 28 028
1997[2]   34 802
2000[1] 101 628 35 316
2007[2]   20 853
2009[2]   17 736
2011 20 297
2019 22 186

Depuis les années 2000, la région est en train de se dépeupler. Cette baisse de la population est due à l'exode rural vers les grandes villes mais aussi vers l'étranger. Hormis la ville d'Isparta, Yalvaç est la plus grande ville de la province.

HistoireModifier

La région possède de nombreux tumuli qui attestent de la présence humaine depuis les premiers âges de l'humanité[3].

Dès le IIe millénaire av. J.-C., l'Anatolie est témoin de la présence assyrienne, hittite, Lydienne et perse[4]. En 334 av. J.-C., Alexandre le Grand conquiert l'Anatolie.

En 280 av. J.-C., le séleucide Antiochos Ier fonde la ville d’Antioche de Pisidie dont les ruines sont au nord de l'agglomération actuelle. En 19 av. J.-C., elle devient une colonie romaine sous le nom de Colonia Caesarea, c'est alors la capitale de la province romaine de Pisidie[4].

Les Actes des Apôtres nous apprennent que Paul de Tarse et Barnabé se sont rendus deux fois à Antioche en 46 apr. J.-C., mais qu'à leur première visite ils ont été chassés par les Juifs fort nombreux dans cette ville[5]. Antioche fut l'une des premières villes d'Anatolie à adopter le christianisme.

En 713, lors d'une campagne de conquête dirigée par le calife omeyyade Al-Walid ben Abd al-Malik, la ville fut rasée[4].

La première tribu oghouze qui s'installe dans la région s'appelait Yalvaç, c'est elle qui donne son nom à la ville[4].

Après la disparition du sultanat seldjoukide Roum, l'Anatolie est partagée entre diverses principautés. Yalvaç passe alors sous la contrôle des Hamidides dont la capitale est Eğirdir. Au début du XVe siècle, les Ottomans annexent Yalvaç à leurs domaines[4].

C'est avec la république Turque que Yalvaç devient un district de la province d'Isparta[4].

Monuments et sitesModifier

La cité d'Antioche de Pisidie
Le temple du dieu Mên

À environ 4 km au sud est de la cité d'Antioche, au sommet d'une montagne[6] dans une pinède, se trouve le temple du dieu Mên divinité lunaire locale[7].

Dans l'agglomérationModifier

Le musée de Yalvaç

Le musée présente des œuvres provenant des fouilles d'Antioche, mais aussi une section ethnographique[8],[9].

Ancien hammam

L'ancien hammam (Eski hamam) est l'une des curiosites de Yalvaç. Il est conçu selon la tradition ottomane[8].

Mosquée de Devlethan

La mosquée de Devlethan (Devlethan Camii) est au nom de Devlethan, frère du sultan de Roum Kılıç Arslan II. Elle a été construite au XIVe siècle et a été restaurée à plusieurs reprises[10].

Dans le districtModifier

L'île de Limenia

L'île de Limenia[11] (Limenia Adası) se situe dans la partie septentrionale du lac d'Eğirdir (Eğirdir Gölü) appelée « lac Hoyran » (Hoyran Gölü) à 25 km à l'ouest de Yalvaç. Des hypogées sont creusées dans ses pentes. L'île est entourée de murs et a abrité un temple d'Artémis puis un monastère dédié à Marie[8] .

Hypogées

Sur les rives du lacs on peut voir des hypogées de tailles variées. Cette pratique remonte à la période d'Urartu. Les tombes qui ont un fronton orné sont d'origine phrygienne. Certaines de ces tombes ont été utilisées comme église pendant la période Byzantine[12].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier